Votre météo par ville

Dans les bottes (de pluie) d’un piégeur

03-08-2023

Non classé

Les rencontres

En journée, Cyrille Naudet enseigne la chasse au lycée agricole. Sur son temps libre, il traque et piège les rats musqués, des nuisibles aquatiques envahissants, dans les recoins inexplorés de Samer, au cœur du Boulonnais. Embarquement à ses côtés, dans la pluie et la bonne humeur.

Cyrille Naudet est un piégeur “modeste”, avec une centaine de prises par an. © M. L.

Son record, Cyrille Naudet l’a battu la veille : “Onze prises en une matinée ! Et en plus, il faisait beau”, rit-il, comme pour nous narguer. Il faut dire qu’on ne fait pas les fiers, en ce mercredi de fin juillet, sous le crachin du Pas-de-Calais. Lui, au contraire, se déplace dans la pâture boueuse et enjambe les barbelés avec une facilité déconcertante.

“J’ai grandi dans la campagne dijonnaise. Je crapahute dans la forêt depuis que je porte une couche-culotte”, se justifie le grand bonhomme d’un mètre quatre-vingt-dix, au moins. Désormais, son terrain de jeu se trouve à Samer (62), dont il connaît les recoins comme sa poche. “Avec les rats musqués, c’est facile, ils vont toujours aux mêmes endroits.”

“Pas de souffrance inutile”

L’ennemi est nommé : le rat musqué. Un rongeur aquatique de grande taille, qui fréquente marécage et voie navigable, et est très invasif. Depuis son introduction en Europe, au XXe siècle, il a colonisé les espaces agricoles et y commet d’importants dégâts.

“Souvent c’est l’agriculteur qui m’appelle. Il voit son champ dévasté et me demande d’intervenir”, explique Cyrille Naudet. Il reçoit alors l’autorisation de se rendre sur le terrain, quand il le souhaite, durant trois ans. À la quête des “nids”, il dévale les pentes, met les pieds dans le ruisseau et nous guide à la manière d’un expert : “Attention, ici la terre est meuble. Là c’est une motte d’herbe, c’est bon, marchez dessus.”

Une mission d’intérêt général, loin d’être rentable.

Il pourrait avoir les yeux bandés qu’il s’y retrouverait toujours. Pour cause, les mois durant lesquels il piège, il y vient tous les matins. La réglementation oblige en effet les piégeurs à aller lever leurs nasses chaque jour avant midi, pour éviter que les bêtes captives ne souffrent trop. Idem, il est interdit d’immerger les pièges, la mort par noyade étant jugée trop cruelle.

Cyrille Naudet respecte les consignes à la lettre : “On ne veut pas générer de souffrance inutile.” Il soulève une première nasse. Elle est vide. Dans la deuxième, se trouve un rat musqué de petite taille. “C’est un jeune de février”, commente-t-il. Il l’étourdit en remuant la cage et le tue en deux coups de bâton, d’une précision mortelle.

Passion chasse

Puis Cyrille Naudet coupe une pomme en deux qu’il place dans la nasse et la remet à l’eau au même endroit. “Ils préfèrent les carottes, mais ça n’apparaîtrait pas naturel d’en mettre ici“, assure-t-il. Le piégeur connaît son sujet : il est le petit-fils, le fils, le neveu de chasseurs et enseigne la discipline à la Maison familiale rurale de Samer. Parfois, il arrive en classe le pantalon encore boueux.

Il est obligé de se lever une demi-heure plus tôt chaque matin pour aller piéger bénévolement. Une prime d’un euro par “queue” est offerte, mais pour Cyrille Naudet, qui est un “modeste piégeur”, avec une centaine de queues par an, c’est loin d’être rentable. Il ne fait pas ça pour les sous, de toute façon, Cyrille Naudet appartient à ces gentils à qui le sentiment gratifiant du devoir accompli suffit. “Certains se disent que s’ils ne le font pas, d’autres s’en chargeront. C’est faux”, regrette-t-il.

À force de vouloir aider, Cyrille Naudet, aujourd’hui âgé de 52 ans, s’est retrouvé propulsé administrateur de la Fédération régionale de lutte et de défense contre les organismes nuisibles (Fredon) et président du Groupement de défense contre les organismes nuisibles (GDON) du Boulonnais, où il chapeaute une cinquantaine de piégeurs bénévoles. “Avant le covid, nous étions plus de 100, mais beaucoup ne sont jamais revenus”, déplore-t-il.

Une activité à risques

Le métier, il faut le rappeler, n’est pas sans risque. Le rat musqué est porteur de plusieurs maladies, dont celle de Lyme, et surtout, de la leptospirose, qui peut conduire à l’insuffisance rénale, voire à la mort. Un collègue de Cyrille Naudet l’a attrapé, par “gourmandise” raconte-t-il : il a voulu goûter des fruits des bois, oubliant que la même main qu’il mettait à la bouche venait de toucher un rat musqué. “Il n’a jamais voulu revenir piéger”, s’attriste le quinquagénaire. Il y a les pièges en X aussi, qui se rétractent violemment à la manière d’une tapette à souris et peuvent casser des doigts. Sans compter l’environnement de travail en lui-même, la rivière et tous ses périls. “Dans certains secteurs, des professionnels ont l’obligation de travailler à deux tant c’est dangereux”, rapporte Cyrille Naudet. D’autant que la tâche est physique : les piégeurs vieillissent et la relève est difficile à trouver. “J’ai trois ou quatre élèves qui m’ont rejoint au GDON, mais c’est tout”, compte le piégeur.

Enfin, le travail est compliqué par la présence d’autres espèces, à l’instar du canard, ou pire, du castor, espèce protégée qui revient progressivement dans le nord de la France. Les pièges en X tuant sur le coup, il existe un risque de “dommages collatéraux”. Un tabou parmi les piégeurs, qui rechignent à déclarer ces prises par crainte d’avoir des ennuis. “Ça génère aussi de la honte et de la peine, car on aime la nature. La protéger est d’ailleurs au cœur de ce que l’on fait.”

Marion Lecas

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires