Votre météo par ville

Se confiner au vert, ils préfèrent

03-04-2020

Actualité

Hors-champ

Une étude récente des lieux de consommation prouve que les citadins se sont massivement déplacés vers la côte et la campagne. Un phénomène qui pose la question du choix de son lieu de vie. Témoignages.

valise
Confinement des villes ou confinement des champs ? © Freepik

En termes de consommation, la première semaine du confinement, du 16 au 22 mars 2020, a été particulièrement révélatrice : les achats des produits de première nécessité des Français dévoilent en effet une tendance manifeste.

Selon le panéliste Nielsen, ces comportements ont démontré les changements de lieux d’habitation des Français. Les zones balnéaires comme les îles de Ré et d’Oléron, le bassin d’Arcachon, les côtes normandes et bretonnes, ont bénéficié d’un afflux de résidants lors de la mise en place du confinement, comme le montrent les chiffres des magasins d’alimentation générale.

Le chiffre d’affaires global des produits de grande consommation a notamment fait un bond, dans les Hauts-de-France, sur la côte d’Opale (+ 58 % au Touquet). Résidences secondaires, maisons familiales… Certains ont fait le choix du confinement aux champs.

L’espace, besoin vital

« Il y a bientôt trois semaines, quand Emmanuel Macron a annoncé le confinement, j’avais déjà récupéré mes affaires au bureau pour faire du télétravail. Le soir, j’ai fait mes valises et le mardi matin, j’étais en route pour aller chez mes parents dans le Douaisis », témoigne Camille, 24 ans, commerciale à Bondues. « Si j’étais restée dans mon petit appartement, je n’ose même pas imaginer mon état. Je n’ai fait qu’une seule journée de télétravail là-bas, ça m’a suffi… » 

La peur de l’enfermement, sans extérieur, c’est aussi ce qui a poussé Matthieu, 32 ans, à quitter Lille pour une maison de campagne dans le Morbihan. « Je vis et je travaille chez moi, dans un petit appartement du centre de Lille. Peu de temps avant les annonces du confinement, des infos circulaient déjà sur le fait que ça durerait 45 jours… Il faut avouer que j’étais assez réticent à l’idée de partager le quotidien avec les 40 voisins de notre courée : je pense au digicode, au portillon… Forcément, quand le collectif entre en jeu, les mesures d’hygiène nous échappent ! »

Mais l’élément déterminant, selon ce travailleur indépendant, c’est le besoin d’espace : « Je ne supporte pas d’être enfermé dans un espace clos. J’ai la chance d’avoir un pied-à-terre spacieux et isolé, ça se prête bien au confinement. »

Bosser, souffler

Si elles ont habituellement une saveur de vacances, ces résidences sont aujourd’hui les nouveaux bureaux de ces citadins exilés. « Je bosse toute la journée, non-stop », explique Camille. Et pour cause, sa société est spécialisée dans la vente de produits d’hygiène (gel hydroalcoolique notamment).

Mais le cocon familial où elle s’est réinstallée lui offre des pauses salvatrices : « Vers 17 h 30, 18 h, je m’oblige à fermer mon ordi, quitte à reprendre bien plus tard et je vais traire les vaches de mes parents ou faire une petite balade sur les chemins. Ça fait une vraie coupure. »

Jouer le jeu du confinement total

La question de partir s’est vraiment posée pour moi, car je voulais être sûr d’avoir une bonne connexion et c’est le cas, avoue Matthieu qui partage son temps entre appels aux clients et bricolage. En tout cas, ça confirme qu’on peut télétravailler en étant parfaitement autonome !

Abandonner son appartement pour raison de confinement pose de profondes questions sur son lieu de vie. “Je m’étais installée en ville pour des raisons pratiques, le boulot, le copain… Mais, mon appart je n’y suis que pour dormir !“, admet Camille qui a d’ailleurs programmé un déménagement pour retourner vivre à la campagne.

C’est lié à des temporalités, analyse Matthieu, la ville me plaisait mais maintenant que j’ai revu mes façons de consommer, elle m’attire moins… Et je m’aperçois que le week-end, toutes les raisons sont bonnes pour m’évader.”

Si l’exode des citadins est apparu massif et a pu être critiqué pour des raisons sanitaires notamment ni l’un, ni l’autre n’estiment regretter leur choix. “Cette critique est juste, il fallait éviter tout déplacement. Mais tout dépend de la façon dont chacun prend ses responsabilités. J’ai pris toutes les précautions nécessaires, je n’ai pas fait de pauses durant le voyage et ici, je joue le jeu du confinement total, justifie Matthieu. Je ne suis sorti qu’une fois pour faire les courses, avec un masque et des gants. Mais sur la route, j’ai croisé des voitures avec des canoës ou vélos sur le toit… ça avait comme un goût prononcé de départ en vacances !

À ces critiques, Camille, elle, fille de la campagne, élue aux JA, n’a strictement rien à répondre mais craint plutôt le revers de bâton des citadins, des vrais. “C’est bien beau de venir s’installer à la campagne, mais qu’on ne vienne pas nous dire que ça sent mauvais en cette période d’épandage…“, souffle-t-elle. Faudrait pas non plus pousser mémé dans le fumier.

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires