Votre météo par ville

Commercial et fermier, un choix de vie

29-09-2020

Actualité

Les rencontres

Suite de notre série sur la transmission des exploitations agricoles. Cette semaine, rencontre avec Emmanuel Hedoire, 46 ans. Il a fait le choix de reprendre la ferme familiale dans les Weppes (59), tout en étant, en parallèle, commercial en machines agricoles.

Portrait D'Emmanuel Hedoire transmission © Victorine Alisse
Sur la ferme Hedoire, à Aubers, dans les Weppes (59), on est agriculteur de génération en génération. © Victorine Alisse

Sur la ferme Hedoire, à Aubers, dans les Weppes (59), on est agriculteur de génération en génération. Aujourd’hui c’est Emmanuel, 46 ans, qui tient les rênes de l’exploitation.

Il est 7 h. Emmanuel se lève de bon matin. Ombeline, son épouse, conduira bientôt leurs deux filles à l’école, tandis que lui, sillonnera les routes du Nord-Pas de Calais. Depuis 25 ans, il vend des machines agricoles. La journée finie, comme la plupart des soirs et des week-ends, Emmanuel troque ses chaussures pour une paire de bottes. Il rejoint, à 30 kilomètres de là, l’exploitation familiale de 30 hectares de cultures céréalières qu’il a reprise le 1er janvier 2006. Il en profite pour passer le bonjour à ses parents, Hubert et Marie-Hélène. Ceux-ci vivent encore dans le corps de ferme.

Double actif, comme un cinquième des agriculteurs de la région

Comme un cinquième des agriculteurs des Hauts-de-France, Emmanuel Hedoire est double actif. Une situation chronophage qui lui permet pourtant d’assouvir sa passion pour l’agriculture tout en complétant son revenu.

Emmanuel Hedoire est double actif : commercial et agriculteur. © Victorine Alisse

L’exploitation, lui vient de son père qui cultivait des choux-fleurs, des endives, des féveroles, du blé, de l’escourgeon, du maïs, des pommes de terre et des betteraves. « Dans le temps, tout le monde faisait de tout et c’était vendu en circuit court », raconte Hubert. Il se souvient encore de son cheval de trait, dont il a dû se séparer pour le remplacer par des machines. Symbole d’une transition qui va favoriser les grandes exploitations au dépit des petites fermes aux productions diversifiées mais aux rendements trop faibles. « On a été accablé de charges, explique Hubert. Il y a 20 ans, il fallait 50 ha pour vivre, maintenant, il en faut 100. » Une vie que ce père ne souhaitait pas pour son fils. « On m’a mis en formation mécanique industrielle alors que je voulais être agriculteur », raconte en effet Emmanuel.

À lire aussi (réservé aux abonnés) : Révéler le potentiel de l’exploitation

Hubert (à gauche), Emmanuel (à droite) et Hélène (au centre), dans la cuisine de la ferme. Emmanuel qui habite à quelques kilomètres de la ferme apprécie venir y travailler et passer du temps avec ses parents. © Victorine Alisse

Dix ans plus tard, alors que son père prend sa retraite, c’est pourtant lui qui va reprendre les terres : « Le choix était naturel. On ne s’est pas posé beaucoup de questions. Je voulais aussi garder le patrimoine », complète-t-il. Céder la ferme familiale dans laquelle il a grandi à quelqu’un d’une autre famille n’était pas envisageable pour lui. Si au début, la reprise semblait complexe et risquée, toute la famille en est aujourd’hui fière et heureuse.

Se réinventer

Pour reprendre la petite exploitation, il a fallu se réinventer. « Je ne pouvais pas reprendre à temps plein, la ferme était trop petite et l’agrandissement aurait coûté trop cher », explique Emmanuel. C’est ce qui l’a poussé à conserver son emploi de commercial qui lui permet d’obtenir une sécurité économique tout en vivant de sa passion.

Pour pouvoir lier les deux occupations, il a fallu revoir le modèle de production. « J’ai simplifié le système et optimisé certains coûts notamment en partageant le matériel agricole avec mon voisin », détaille Emmanuel. Finies les cultures maraîchères demandant trop d’attention et de travail. « J’ai enlevé les cultures à haute valeur ajoutée et gourmandes en main-d’œuvre. » Il se concentre sur la production céréalière, plus facile à gérer grâce à la mécanisation. Une nouvelle situation, exigeante, souvent chronophage mais qui lui permet de jongler entre ses deux métiers, et de maintenir en vie l’exploitation familiale.

Emmanuel Hedoire a trouvé un équilibre familial et professionnel. © Victorine Alisse

Il a ainsi trouvé un équilibre familial et professionnel. En menant une double activité, Emmanuel est capable de faire vivre une ferme de 30 ha, présente dans sa famille depuis plus de deux siècles. Ainsi, comme son père, et le père de son père avant lui, à Aubers, dans les Weppes, Emmanuel cultive la terre des Hedoire.

Victorine Alisse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salaires : nouvelle revalorisation en agriculture, avancée dans l’industrie de la volaille 
Les partenaires sociaux se sont mis d'accord pour augmenter de 0,9 à 1% les salaires minimaux de la branche production [...]
Lire la suite ...

Chambres d’agriculture : une ordonnance crée un nouveau modèle de réseau régional 
Une ordonnance parue au Journal officiel le 21 janvier permet la création d'un nouveau modèle d'organisation dans le r [...]
Lire la suite ...

Le loup présent dans la Somme
Plusieurs brebis ont été blessées par un loup dans la nuit du 20 au 21 janvier dans la commune de Lasfresguimont-Sain [...]
Lire la suite ...

Egalim 2 : le médiateur « enquête » sur la légalité des baisses de prix chez Sodiaal 
Le ministère de l'Agriculture confirme la saisie en début de semaine du médiateur des relations commerciales pour "en [...]
Lire la suite ...

Bio : le taux de déconversions pourrait atteindre 5% en 2021 (Agence bio)
En 2021, selon les chiffres provisoires de l’agence bio publiés le 21 janvier, près de 4% des exploitations convert [...]
Lire la suite ...

Protéines animales : Ÿnsect démarrera sa ferme verticale au second semestre
Entreprise de production de protéines et d’engrais naturels d’insectes fondée en 2011, Ÿnsect a annoncé [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires