Votre météo par ville

Concours : Victor Vasseur laboure pour les Hauts-de-France

15-09-2022

Actualité

Les rencontres

Finaliste de l’épreuve régionale de labour, Victor Vasseur a porté les couleurs des Hauts-de-France aux Terres de Jim, le 11 septembre dans le Loiret. Rencontre avec le jeune agriculteur du Pas-de-Calais.

Victor Vasseur, finaliste du concours de labour régional © LT

C’est une charrue d’amateur, commence Victor Vasseur en présentant sa monture. J’essaie de l’améliorer, de la régler, et de m’entraîner.” Les efforts payent, le jeune homme de 23 ans est arrivé second au concours de labour des Hauts-de-France fin août et représentait la région dans le Loiret aux finales nationales le week-end dernier. “En face, certaines charrues sont des Formule 1“, plaisante Roger Boucher, son beau-père, agriculteur à Doudeauville (62), dans le Boulonnais.

Originaire du Ternois, Victor Vasseur garde de l’enfance le souvenir de ses oncles qui l’emmènent à bord de leur tracteur, auprès des vaches et des cochons. Fils d’une employée de banque et d’un technicien de maintenance en sidérurgie, il n’hésite pas une seconde lorsqu’il faut choisir une orientation professionnelle. “Le choix s’est imposé, je ne me voyais rien faire d’autre.”

Bac Stav puis BTS ACSE en poche, il se spécialise en conduite d’élevage de bovins lait et intègre la coopérative Unéal en tant que technicien. “À l’avenir, je voudrais m’installer.” En attendant, il aide son beau-père sur son exploitation de polyculture élevage – comptant 45 vaches laitières et 70 hectares de blé, escourgeon, ray-grass, maïs – et s’entraîne à labourer.

Retour au point de départ

Pour labourer la parcelle lors des concours, le règlement est strict. “Il faut commencer par tracer une raie d’ouverture, détaille Victor Vasseur. Ce sera le point de repère de la parcelle. Le jury l’évalue puis on trace un second repère sur une base de 20 sillons.” En épreuves régionales, la parcelle s’étend sur une longueur de 70 mètres, avec un côté de 14 mètres et l’autre de 20 mètres traçant ainsi un trapèze rectangle.

Au niveau national, c’est une autre affaire : la parcelle atteint 100 mètres de long. “On a cinq allers-retours à faire, soit 20 sillons, poursuit le finaliste. Si tout se passe bien, on retourne au point de départ.” Le jury évalue la régularité, la profondeur et l’alignement. “La profondeur est fixée par le propriétaire de la parcelle et le président du jury. Elle est connue juste avant l’épreuve.

Épreuve de 2 h 40

À Pierremont pour Terre en Folie, les candidats devaient labourer à 19 centimètres. “On peaufine nos réglages lors des deux premiers allers-retours.” Aux Terres de Jim à Outarville (45), Victor Vasseur affrontait douze autres laboureurs pour la finale nationale.

Dès le vendredi, un transporteur financé par les Jeunes agriculteurs des Hauts-de-France a apporté tracteur et charrue sur les lieux de l’épreuve. Les candidats avaient précisément 2 h 40 pour labourer la parcelle choisie par tirage au sort : 30 minutes pour les raies d’ouverture le matin, puis le déjeuner pris sur place – le candidat n’ayant pas le droit de quitter la parcelle – avant le démarrage de l’épreuve à 13 h et l’arrêt des tracteurs à 15 h 10.

C’est technique et passionnant. Cela permet de montrer ce qu’on fait et pourquoi.” Déçu de son résultat au classement national, le jeune agriculteur ne regrette pas sa participation. “Je garde en tête le plaisir d’avoir passé un bon week-end. J’ai rencontré d’autres personnes, j’ai vu d’autres façons de faire, confie-t-il de retour dans la région. Il faudra juste faire mieux l’année prochaine !

Sur la pratique, Victor Vasseur explique sa vision du labour, “préparer le lit de semences pour la culture. Le fait d’enfouir permet de repartir sur une base à nu et de lutter ainsi contre les adventices.” Alors que son père labourait tous les ans, Roger Boucher expérimente désormais quelques parcelles sans labour. “Les essais sans labour de maïs ensilage sur précédent blé et de blé après ray-grass sont concluants”, indique Victor Vasseur. Pour lui, le labour et le gel permettent “de reprendre les terres au printemps, d’éviter le passage d’outils complémentaires. Dans les Hauts-de-France, on laboure de moins en moins. Parfois, on y revient après des problèmes de résistances, d’adventices ou de structures du sol. Ici, on continuera de labourer, mais plus tous les ans.

Louise Tesse

Lire aussi : Concours de labour : Championne régionale à 10 ans !

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Photovoltaïque : La chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais a sa doctrine
Alors que la volonté est de développer massivement le photovoltaïque dans le monde agricole, de nombreuses questions [...]
Lire la suite ...

Photovoltaïque : installation sur son exploitation, mode d’emploi
Le solaire, oui mais comment ? En tant qu'exploitant, il est possible d'être accompagné par la chambre d'agriculture d [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. Le parc éolien maritime de Dunkerque produira 2,3 TWh par an
2,3 TWh par an, soit la consommation annuelle d'un million d'habitants : c'est l'objectif de production en électricité [...]
Lire la suite ...

Numéro 341: 24 novembre 2023

Noël autrement (1/4) : Un moment de solidarité
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires