Votre météo par ville

Rencontre avec Brigitte Delanghe, élue MOF Primeur en 2011

03-11-2022

Actualité

Les rencontres

Vendeuse en fruits et légumes sur les marchés puis dans son magasin de Courrières, Brigitte Delanghe est devenue MOF Primeur en 2011.

Brigitte Delanghe, MOF Primeurs © J. D. P.

Née à Hénin-Beaumont (62), Brigitte Delanghe a travaillé dans la banque, de 1970 à 1979, avant de reprendre l’activité de ses beaux-parents : vente de fruits et légumes sur les marchés. La sexagénaire y voyait là une continuité : la banque ou les fruits et légumes, ça restait du commerce et le commerce, elle adorait ça !

Début des années 80, la jeune mère de famille passe son permis poids lourd. Et tant pis si ses collègues la regardent bizarrement quand elle arrive au bureau dans son camion école, elle, se sent à sa place. Pendant 27 ans, le couple fait les marchés et Brigitte Delanghe se spécialise dans la confection de corbeilles de fruits à offrir. « Ça ne se faisait pas beaucoup à l’époque. Dans le camion il y a une partie fragile où on ne peut pas trop marcher, on l’appelle le col-de-cygne : j’avais décidé d’y installer des étagères pour mes corbeilles  », se souvient-elle avec un enthousiasme non altéré. « Il m’arrivait d’en confectionner plus de 500 sur le mois de décembre, ça devenait de la folie », se remémore celle qui obtiendra la plus haute distinction possible grâce à ses talents de composition.

Une passion du végétal qu’elle aura assaisonnée d’une bonne part d’administratif. « J’ai vite été attrapée par l’Union nationale des fruits et légumes et d’autres associations qui ont mis à profit mon habitude de la paperasse. Et le lundi, quand je ne travaillais pas, je remplissais les formulaires… J’ai participé aux toutes premières conventions collectives, j’ai été présidente de la toute première association de détaillants de fruits et légumes, Le Fruitier.  »

Abonnée à Air Inter, elle va à la rencontre des commerçants de France pour promouvoir la jeune charte du Fruitier, et va jusqu’à représenter la filière à São Paulo, au Brésil.

La défense du métier

Brigitte Delanghe a vu la filière se professionnaliser en même temps qu’avec son mari, ils se sont peu à peu dirigés vers un remisage du camion pour ouvrir un magasin spécialisé. Nous sommes en 2005 et ils « osent acheter un terrain en face du McDo’ et de Cora  », à Courrières (62). Le couple se partage un temps entre les marchés et le Fruitier de Courrières avant de se consacrer exclusivement au magasin qu’ils tiendront jusqu’en 2017, date de la cession de leur activité. Brigitte Delanghe n’a depuis rien perdu de son ardeur à défendre le métier de primeur. C’est qu’elle porte un col bleu-blanc-rouge qui l’oblige, en quelque sorte.

Ça remonte à 2010 quand les fruitiers et primeurs rejoignent le prestigieux concours de Meilleur ouvrier de France (MOF) et que le métier lui demande de s’y coller. « Je ne voulais pas, moi. J’étais cool, j’avais déjà obtenu des trophées pour mes réalisations de corbeilles et je donnais même des cours à ce sujet pour la fédération des fruits et légumes.  » Loyale, elle finit toutefois par accepter.

C’est alors que sa maison se remplit de livres sur les végétaux. Des livres sur l’arboriculture, sur l’agriculture en tapissent chaque recoin. Le moindre temps libre est consacré à un apprentissage encyclopédique. En 2010 elle est finaliste, avec trois autres collègues. En 2011 elle est lauréate. «Un bonheur et un grand soulagement : je n’aurais pas pu le refaire une troisième fois », analyse la désormais MOF primeurs. Qui n’a pas arrêté de composer pour autant.

Pour l’Élysée comme pour l’Ehpad

« Le 1er mai, je réalise le buffet à l’Élysée avec mes collègues », explique-t-elle. Une date symbolique où, outre la remise du muguet au Président, un buffet mettant à l’honneur l’ensemble des produits de Rungis est dressé au cœur de la République. Brigitte Delanghe s’occupe des découpes de fruits et légumes, des compositions.

À chaque année, un nouveau défi. «  Comme cette fois où il a fallu proposer des mises en bouche végétales sans supports. J’ai choisi de servir un taboulé de légumes dans des feuilles d’endives  », sourit-elle au souvenir de cette mise à l’honneur de la perle du Nord.

Mais elle s’éclate tout autant quand elle va faire un cours de découpe d’ananas dans un Ehpad, s’émerveille face aux « artistes cuisiniers  » qui font exploser les produits sans artifices, ne se lasse pas du dernier week-end d’août où «  l’ensemble des ambassadeurs de France sont conviés au château de Saint-Cloud pour une piqûre de rappel des bons produits français », participe aussi volontiers au jury de l’assiette Gourm’hand, concours de cuisine pour personnes handicapées organisé chaque année à Bailleul (59). « On n’a pas assez d’une carrière pour faire le tour de la question  », pose tranquillement Brigitte Delanghe. Qui en aura fait une bonne partie tout de même.

Brigitte Delanghe en trois dates

1979. Elle quitte la banque pour vendre des fruits et légumes sur les marchés avec son mari.

2006. Elle ouvre son magasin, Le fruitier de Courrières.

2011. Elle remporte le concours de Meilleur ouvrier de France catégorie primeurs. Depuis, elle intervient dans les concours de Meilleurs apprentis de France (MAF) primeurs.

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Le casier français : Le pari super gagnant de Manuel Moutier

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires