Votre météo par ville

Rencontre avec le nouveau directeur du lycée agricole de Savy-Berlette

27-10-2022

Actualité

#Tracetonsillon

Grégoire Cabot, nouveau directeur du lycée agricole de Savy-Berlette, espère pouvoir attirer un peu plus de filles dans son établissement.

Grégoire Cabot, directeur savy berlette © E. P.

Depuis le 1er septembre, Grégoire Cabot est le directeur du lycée agricole de Savy-Berlette (62). Une institution bien connue dans le milieu agricole et une forme de consécration pour le quadragénaire.

Quel est votre parcours ?

Après un bac passé dans l’Aude et un Deug biologie à Toulouse, j’ai effectué un BTS paysagiste à l’institut de Genech suivi d’un diplôme de paysagiste à Versailles en 2005. J’ai donc été paysagiste quelque temps puis je suis devenu formateur. Je suis passé par un lycée en Seine-Maritime et par le CFA de l’institut de Genech en 2006. Ces deux dernières années, j’étais directeur adjoint dans un lycée agricole près d’Angers. C’était déjà une évolution en soi, mais je voulais un peu plus. Mon épouse, qui est du coin, souhaitait revenir. J’apprécie beaucoup la région, alors ce poste à Savy-Berlette était une vraie opportunité.

Pouvez-vous décrire votre établissement ?

Nous accueillons environ 570 apprenants, dont 300 apprentis, de la 4e à la formation continue. On a des élèves de 13 à 50 ans ! Nous proposons deux grands types de formations : en agroéquipement et en machinisme. Cela représente 19 formations spécialisées. Notre équipe est composée de 29 formateurs et 19 enseignants et nous possédons 4 000 m2 d’ateliers ainsi que 3 hectares de terrains de conduite d’engin. Notre taux de réussite aux examens, toutes formations confondues, est de 92 %.

Vous ne venez pas du tout du monde du machinisme. Est-ce qu’il vous a fallu apprendre deux ou trois choses ?

Disons que j’ai une bonne marge de progression ! Mais je suis très bien entouré, par des équipes très compétentes. Quand on est directeur d’établissement, on est avant tout un chef d’orchestre.

Quels sont les défis et axes de travail de votre établissement ?

Qu’il y ait plus de filles est un premier axe de travail. Actuellement, il y en a six sur 570 apprenants…

Je crois qu’il y a un blocage chez les filles, ce qui est dommage parce que je ne vois pas pourquoi elles ne pourraient pas intégrer les formations qu’on propose. La mécanique est tout à fait accessible aux femmes d’autant qu’elle intègre de plus en plus de numérique, je ne vois pas les compétences qui manqueraient aux femmes pour ça !

Le véritable défi est de garder un niveau d’excellence. Il faut pouvoir recruter des formateurs, or cette tâche est de plus en plus difficile. Nous cherchons des gens qui ont à la fois une compétence technique et une compétence pédagogique.

Pour garder ce niveau d’excellence, il faut aussi conserver le lien avec les entreprises. Ça, ça va car dans quasiment chaque concession du territoire on a un ancien élève !

Des nouveautés ou des projets pour cette année ?

Nous avons lancé un CAP agricole sur la partie lycée. Nous sommes également en train de faire construire un nouveau bâtiment de 2 000 m2, financé en partie par la Région. Il devrait être prêt pour la rentrée prochaine. Face à l’augmentation constante des effectifs, il était nécessaire d’agrandir les locaux.

Dans la région, l’enseignement agricole va bien, il faut le reconnaître. Le fait aussi que l’apprentissage se soit fortement développé, notamment grâce à un changement du discours politique ainsi que les aides gouvernementales, permet cette bonne santé.

Et ce qui est agréable, c’est qu’on sait que nos apprenants trouveront du travail étant donné la demande. Quand nous faisons des enquêtes d’insertion le résultat est sans appel.  

Propos Recueillis Par Eglantine Puel

Lire aussi : Junia : interview de Marie Stankowiak, responsable du département Agriculture et paysages

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires