Votre météo par ville

Revenir sur la ferme de son grand-père

22-09-2020

Actualité

Les rencontres

Premier épisode de notre série sur la transmission. Dans la vallée de la Créquoise (62), Aymeric Hubo a troqué son bureau pour l’ancienne bergerie de son grand-père. Il s’y installe pour lancer sa propre bière. Un retour à la ferme qui perpétue l’histoire familiale.

série installation transmission Aymeric Hubo © Victorine Alisse
Jacqueline et Gérard Alisse, aux côtés de leur petit-fils, Aymeric Hubo, qui s’est installé sur l’exploitation familiale à Torcy. © Victorine Alisse

Depuis quelques années, de manière confidentielle, une nouvelle bière circule dans les Hauts-De-France. La Bois de la chapelle est une bière artisanale, difficile à trouver, car distribuée uniquement en circuit court. Son logo, un tracteur récoltant de l’orge. Il raconte l’histoire de toute une famille sur les terres de Torcy, au cœur de la vallée de la Créquoise, dans le Pas-de-Calais.

Le tracteur c’est celui de Gérard Alisse. Père de quatre enfants, il s’occupait de l’exploitation avec son épouse Jacqueline, comme son père avant lui. Lorsqu’il avait une dizaine d’années, Aymeric Hubo, leur petit-fils, 32 ans aujourd’hui, jouait dans la ferme familiale. Vingt ans plus tard, c’est lui qui occupe désormais les bâtiments.

À lire aussi (réservé aux abonnés) : Les clés pour se lancer dans le parcours d’installation

Aymeric Hubo. © Victorine Alisse

Se diversifier pour viabiliser le projet

Les vacances à la campagne chez ses grands-parents expliquent en partie l’attachement d’Aymeric au monde agricole : « Faire perdurer la ferme familiale, c’est travailler dans un milieu dans lequel on a grandi. Je n’ai jamais voulu être agriculteur, mais force est de constater que j’ai toujours voulu revenir passer du temps dans la ferme de mes grands-parents. »

Après un BTS agricole « gestion et maîtrise de l’eau » et un diplôme d’ingénieur généraliste, ce père de famille a eu plusieurs expériences professionnelles avant d’avoir « l’envie de créer mon entreprise et de pouvoir prendre mes propres décisions ».

série installation transmission Aymeric Hubo © Victorine Alisse
Vue sur la ferme familiale à Torcy, au cœur de la vallée de la Créquoise. © Victorine Alisse

En 2016, Aymeric franchit le pas et s’installe dans l’exploitation de son grand-père avec l’idée de produire ses propres bières grâce à l’orge de la ferme. Alors que les enfants de Gérard ont fait des études et se sont destinés à d’autres professions, c’est lui qui revient près de ses grands-parents. L’ancienne bergerie, qui date de 1900, se transforme alors en microbrasserie. D’anciens tanks à lait sont convertis pour la production de sa bière fermière.

Rapidement, il se rend compte que la diversification est indispensable pour la viabilité économique de l’exploitation. Il reprend alors l’élevage de vaches charolaises-salers et devient officiellement agriculteur, ce qui lui permet de bénéficier d’une dotation jeune agriculteur (DJA).

Sur les 30 hectares dont il dispose, 24 sont des prairies et six autres sont destinés à la culture de l’orge. Pour s’assurer du bien-fondé de sa démarche, il suit une formation au sein du PAIT (Point accueil installation transmission), animée par les chambres d’agriculture des Hauts-de-France. Cette étape lui permet de savoir si son projet est mûr ou s’il mérite d’être approfondi.

Mentorat familial

Alors qu’Aymeric étiquette ses bouteilles, sa grand-mère l’interpelle pour savoir si la boulangère est passée. La présence chaleureuse de ses grands-parents sur la ferme est essentielle pour ce jeune agriculteur. « J’ai besoin de m’appuyer sur mon grand-père pour prendre les meilleures décisions », explique-t-il.

série installation transmission Aymeric Hubo © Victorine Alisse
Aymeric Hubo a repris depuis un an l’élevage de charolaises-salers. © Victorine Alisse

Il sollicite son aide lorsqu’un veau est malade ou lorsqu’une machine est endommagée. « Il me donne des numéros de personnes qu’il connaît à contacter. Tandis que ma grand-mère veille aux aspects pratiques. Elle me rappelle de fermer les lumières », dit Aymeric en souriant.

En retour, le jeune homme peut veiller sur ses grands-parents. Il vérifie que tout se passe bien pour eux et partage de temps en temps le repas du midi.

Aujourd’hui, Aymeric croit en la pérennisation des petites exploitations par la vente directe. C’est pourquoi il développe la vente de ses bières et de sa viande en circuit court. Régulièrement, il vend ses produits via le drive fermier du Montreuillois, où il tient une permanence avec d’autres agriculteurs.

Victorine Alisse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires