Votre météo par ville

Revenir sur la ferme de son grand-père

22-09-2020

Actualité

Les rencontres

Premier épisode de notre série sur la transmission. Dans la vallée de la Créquoise (62), Aymeric Hubo a troqué son bureau pour l’ancienne bergerie de son grand-père. Il s’y installe pour lancer sa propre bière. Un retour à la ferme qui perpétue l’histoire familiale.

série installation transmission Aymeric Hubo © Victorine Alisse
Jacqueline et Gérard Alisse, aux côtés de leur petit-fils, Aymeric Hubo, qui s’est installé sur l’exploitation familiale à Torcy. © Victorine Alisse

Depuis quelques années, de manière confidentielle, une nouvelle bière circule dans les Hauts-De-France. La Bois de la chapelle est une bière artisanale, difficile à trouver, car distribuée uniquement en circuit court. Son logo, un tracteur récoltant de l’orge. Il raconte l’histoire de toute une famille sur les terres de Torcy, au cœur de la vallée de la Créquoise, dans le Pas-de-Calais.

Le tracteur c’est celui de Gérard Alisse. Père de quatre enfants, il s’occupait de l’exploitation avec son épouse Jacqueline, comme son père avant lui. Lorsqu’il avait une dizaine d’années, Aymeric Hubo, leur petit-fils, 32 ans aujourd’hui, jouait dans la ferme familiale. Vingt ans plus tard, c’est lui qui occupe désormais les bâtiments.

À lire aussi (réservé aux abonnés) : Les clés pour se lancer dans le parcours d’installation

Aymeric Hubo. © Victorine Alisse

Se diversifier pour viabiliser le projet

Les vacances à la campagne chez ses grands-parents expliquent en partie l’attachement d’Aymeric au monde agricole : « Faire perdurer la ferme familiale, c’est travailler dans un milieu dans lequel on a grandi. Je n’ai jamais voulu être agriculteur, mais force est de constater que j’ai toujours voulu revenir passer du temps dans la ferme de mes grands-parents. »

Après un BTS agricole « gestion et maîtrise de l’eau » et un diplôme d’ingénieur généraliste, ce père de famille a eu plusieurs expériences professionnelles avant d’avoir « l’envie de créer mon entreprise et de pouvoir prendre mes propres décisions ».

série installation transmission Aymeric Hubo © Victorine Alisse
Vue sur la ferme familiale à Torcy, au cœur de la vallée de la Créquoise. © Victorine Alisse

En 2016, Aymeric franchit le pas et s’installe dans l’exploitation de son grand-père avec l’idée de produire ses propres bières grâce à l’orge de la ferme. Alors que les enfants de Gérard ont fait des études et se sont destinés à d’autres professions, c’est lui qui revient près de ses grands-parents. L’ancienne bergerie, qui date de 1900, se transforme alors en microbrasserie. D’anciens tanks à lait sont convertis pour la production de sa bière fermière.

Rapidement, il se rend compte que la diversification est indispensable pour la viabilité économique de l’exploitation. Il reprend alors l’élevage de vaches charolaises-salers et devient officiellement agriculteur, ce qui lui permet de bénéficier d’une dotation jeune agriculteur (DJA).

Sur les 30 hectares dont il dispose, 24 sont des prairies et six autres sont destinés à la culture de l’orge. Pour s’assurer du bien-fondé de sa démarche, il suit une formation au sein du PAIT (Point accueil installation transmission), animée par les chambres d’agriculture des Hauts-de-France. Cette étape lui permet de savoir si son projet est mûr ou s’il mérite d’être approfondi.

Mentorat familial

Alors qu’Aymeric étiquette ses bouteilles, sa grand-mère l’interpelle pour savoir si la boulangère est passée. La présence chaleureuse de ses grands-parents sur la ferme est essentielle pour ce jeune agriculteur. « J’ai besoin de m’appuyer sur mon grand-père pour prendre les meilleures décisions », explique-t-il.

série installation transmission Aymeric Hubo © Victorine Alisse
Aymeric Hubo a repris depuis un an l’élevage de charolaises-salers. © Victorine Alisse

Il sollicite son aide lorsqu’un veau est malade ou lorsqu’une machine est endommagée. « Il me donne des numéros de personnes qu’il connaît à contacter. Tandis que ma grand-mère veille aux aspects pratiques. Elle me rappelle de fermer les lumières », dit Aymeric en souriant.

En retour, le jeune homme peut veiller sur ses grands-parents. Il vérifie que tout se passe bien pour eux et partage de temps en temps le repas du midi.

Aujourd’hui, Aymeric croit en la pérennisation des petites exploitations par la vente directe. C’est pourquoi il développe la vente de ses bières et de sa viande en circuit court. Régulièrement, il vend ses produits via le drive fermier du Montreuillois, où il tient une permanence avec d’autres agriculteurs.

Victorine Alisse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salaires : nouvelle revalorisation en agriculture, avancée dans l’industrie de la volaille 
Les partenaires sociaux se sont mis d'accord pour augmenter de 0,9 à 1% les salaires minimaux de la branche production [...]
Lire la suite ...

Chambres d’agriculture : une ordonnance crée un nouveau modèle de réseau régional 
Une ordonnance parue au Journal officiel le 21 janvier permet la création d'un nouveau modèle d'organisation dans le r [...]
Lire la suite ...

Le loup présent dans la Somme
Plusieurs brebis ont été blessées par un loup dans la nuit du 20 au 21 janvier dans la commune de Lasfresguimont-Sain [...]
Lire la suite ...

Egalim 2 : le médiateur « enquête » sur la légalité des baisses de prix chez Sodiaal 
Le ministère de l'Agriculture confirme la saisie en début de semaine du médiateur des relations commerciales pour "en [...]
Lire la suite ...

Bio : le taux de déconversions pourrait atteindre 5% en 2021 (Agence bio)
En 2021, selon les chiffres provisoires de l’agence bio publiés le 21 janvier, près de 4% des exploitations convert [...]
Lire la suite ...

Protéines animales : Ÿnsect démarrera sa ferme verticale au second semestre
Entreprise de production de protéines et d’engrais naturels d’insectes fondée en 2011, Ÿnsect a annoncé [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires