Votre météo par ville

L’utilisation des produits phytosanitaires en baisse en France depuis 20 ans

07-01-2020

Actualité

Culture

Le 7 janvier 2020, industries phytopharmaceutiques d’un côté et gouvernement de l’autre ont communiqué leurs chiffres sur l’évolution de l’utilisation des produits phytosanitaires.

En 2018, l’UIPP constate une hausse des quantités de matières actives contenues dans les produits phytosanitaires vendus en France mais sur une période longue, la tendance est tout autre. © E. Baratte

Le 7 janvier 2020, la publication simultanée du rapport annuel de l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP), et du bilan du gouvernement sur le plan Ecophyto II apporte un éclairage – mais aussi son lot d’interrogations – sur l’évolution des ventes de produits phytosanitaires sur le temps court et sur le temps long.

D’après l’UIPP, en 2018, les ventes aux distributeurs ont progressé de 8 % par rapport à l’année précédente. Les données “tonnage de matières actives” sont issues des déclarations annuelles des adhérents de l’UIPP, qui représentent, en valeur, 96 % du marché français des produits phytopharmaceutiques à usage agricole. Elles concernent les quantités de matières actives contenues dans les produits achetés par les distributeurs pour le compte des agriculteurs.

Pour les quatre ministères (Agriculture, Écologie, Enseignement supérieur et Transition écologique) qui signent le communiqué gouvernemental, la hausse de la quantité de substances actives (QSA) totale augmente de 21 % sur la même période. Dans tous les cas, il s’agit de données de vente et non d’utilisation.

Gouvernement et industriels s’accordent à dire que cette hausse s’explique essentiellement par une anticipation des achats par les agriculteurs avant la hausse de la redevance pour pollution diffuse (RPD) entrée en vigueur le 1er janvier 2019 et par une hausse des ventes de soufre et de cuivre. Ces évolutions peuvent aussi s’expliquer par les conditions climatiques de 2018 favorables aux maladies fongiques au printemps et aux insectes durant l’été.

Des tendances longues contradictoires

Sur une période longue, la tendance n’est pas la même selon que l’on soit le gouvernement ou l’UIPP. “Il est primordial d’analyser les tendances d’utilisation des produits phytopharmaceutiques sur une période longue“, indique l’UIPP. Objectif : s’affranchir d’un effet “année”.

Les conditions météorologiques et la pression des bioagresseurs conditionnent les quantités de produits à utiliser et peuvent en effet varier très sensiblement d’une année à l’autre. Selon l’organisme, en 20 ans, les quantités de matières actives utilisées ont baissé de façon spectaculaire. En 1999, environ 120 000 tonnes ont été achetées par les distributeurs contre 68 000 tonnes en 2018, soit un recul de 40 %.

Côté ministère, on indique que la QSA a progressé de 22 % entre 2009-2011 et 2016-2018 (moyennes triennales).

Points de convergence

En parallèle, depuis 2010, la part des produits phytopharmaceutiques de biocontrôle (ensemble des méthodes de protection des végétaux qui utilisent des mécanismes naturels) ne cesse de progresser alors que la part des produits conventionnels diminue.

En 2017, 23,7 % des volumes vendus correspondaient à des produits de biocontrôle . “Nous voyons clairement une tendance de fond se confirmer au cours des dix dernières années. “ précise Bruno Baranne, président de l’UIPP.

Autre point positif, la QSA a diminué pour les substances les plus préoccupantes. Enfin, le gouvernement souligne une augmentation de 46 % du nombre d’exploitations engagées dans la certification environnementale (HVE) en six mois (entre le 1er janvier et le 1er juillet 2019, soit 19 772 exploitations), et de 13 % du nombre d’exploitations engagées en agriculture biologique entre 2017 et 2018 (41 600 exploitations fin 2018).

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires