Votre météo par ville

Pomme de terre : l’aide « Covid » enfin ouverte

12-01-2021

Actualité

Culture

FranceAgriMer a communiqué les modalités d’attribution de l’aide au dégagement des pommes de terre d’industrie vers d’autres débouchés en raison de la crise sanitaire. Les producteurs ont jusqu’au 2 février pour faire leur demande en ligne.

Une enveloppe maximale de 4 millions d’euros est ouverte pour les producteurs. © Pixabay

Tout vient à point à qui sait attendre. Après six mois d’attente, les producteurs de pommes de terre vont enfin pouvoir être indemnisés « pour compenser les pertes résultant de l’évacuation des pommes de terres non transformées vers d’autres débouchés, dans le contexte de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 ». C’est ce qu’indique FranceAgrimer sur son site internet.

Compenser les pertes

La demande s’effectue exclusivement via un formulaire en ligne sur la Plateforme d’acquisition des données de FranceAgrimer. Les producteurs ont jusqu’au 2 février pour se manifester.

En raison du confinement et de la fermeture des établissements de restauration collective, « un important stock de tubercules n’a pu être valorisé nécessitant d’être détruit par envoi vers la méthanisation, le compostage industriel et l’alimentation animale », constate FranceAgrimer. L’organisme public reconnaît également que « l’arrivée de la récolte 2020 a nécessité de vider rapidement les bâtiments de stockage de tubercules ».

Conditions et montant de l’aide

C’est pourquoi « le ministère de l’Agriculture a décidé de mettre en place un dispositif de compensation des préjudices financiers », poursuit FranceAgrimer.

Pour prétendre à l’aide, les producteurs doivent avoir évacués leurs pommes de terre sur la période allant du 1er mai au 15 septembre 2020. L’accès au formulaire ne pourra se faire qu’à l’aide d’un numéro Siret valide.

Le forfait pour les pommes de terre envoyées vers l’alimentation animale, le compostage industriel ou la méthanisation est de 50 € par tonne.

Le seuil de pertes éligibles minimales est de 24 tonnes de pommes de terre par exploitation agricole et par demandeur, ce qui correspond à un montant minimum de 1 200 €.

Une enveloppe maximale de 4 millions d’euros est ouverte pour ce dispositif. Un montant qui ne satisfait pas entièrement la filière. En juin, Didier Guillaume, alors ministre de l’Agriculture, avait, en effet, promis d’accorder une aide de 10 millions d’euros.

Virginie Charpenet

Lire aussi : Plan protéines: téléprocédure ouverte pour l’aide aux agroéquipements et semences

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
« Déployer une stratégie syndicale de conquête »
Le 75e congrès de la FNSEA se déroule à Niort, dans les Deux-Sèvres, du 21 au 23 septembre. Retour sur la présentat [...]
Lire la suite ...

Ferme des 1000 vaches: le Conseil d’Etat déboute les porteurs du projet
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la Ferme [...]
Lire la suite ...

Une nouvelle solution connectée pour faciliter le suivi cultural des agriculteurs
Du nouveau pour l’agriculture connectée : Semences de France a intégré Météoscope à l’application Sencrop. [...]
Lire la suite ...

Raviver la flamme du four à pain
Édifice datant de 1817, le four à pain de Thérouanne dans le Pas-de-Calais a été sélectionné, fin août, par le l [...]
Lire la suite ...

Mais que fait la police (rurale) ?
Dans les communes patrouille une sentinelle bien particulière : la police rurale. Peu connue, elle est pourtant au pl [...]
Lire la suite ...

Bilan de la moisson régionale
La moisson s'est terminée début septembre dans le Nord et le Pas-de-Calais. L'heure est au bilan avec les différents [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires