Votre météo par ville

Pommes de terre : les producteurs saluent les meilleurs prix de contrats des industriels

31-01-2022

Actualité

Culture

Manque de “terres à pommes de terre”, coûts de production élevés, durcissement des conditions de location en Flandre… Ces éléments pourraient avoir une influence sur le développement des exploitations de pommes de terre en Wallonie et en France selon le NEPG.

terres et territoires pommes de terre surfaces plantation rangs © Pixabay
© Pixabay

Tous les intrants ont vu leurs prix augmenter au cours des derniers mois, de l’énergie aux engrais, en passant par les produits phytosanitaires et les matériaux de construction, mais aussi les machines et autres pièces de rechange, note le NEPG (groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen) dans un communiqué du 28 janvier.

Les coûts de location d’un hectare de terre ont augmenté et les “terres à pommes de terre” sont parfois introuvables. Le très récent durcissement des conditions de location en Flandre pourrait avoir une influence sur les développements en Wallonie et en France.

Les derniers prix de contrats des industriels viennent de sortir, et proposent généralement des prix plus élevés que les premiers prix publiés à la fin de l’année dernière. Les prix pour livraison départ champ sont généralement plus élevés de +2,5 à +4,0 €/100 kg, selon les pays, les transformateurs et/ou les variétés.

Certains couvrent les coûts de production auxquels les producteurs sont confrontés, d’autres pas. “Certains industriels, voyant la réticence des producteurs à signer les nouveaux contrats, ont modifié leurs tableaux de prix initiaux à la hausse pour essayer d’inciter plus d’agriculteurs à le faire” selon le NEPG. Celui-ci exhorte ainsi les producteurs à effectuer une analyse précise de leurs coûts de production avant de signer quoi que ce soit. “Les coûts de production moyens donnent une indication, mais les calculs individuels sont essentiels et nécessaires pour prendre une décision.” poursuit le NEPG.

Des contrats encore incomplets

Les conditions contractuelles sont plus importantes que les grilles de prix, mais celles-ci sont généralement absentes ou incomplètes.” affirme le NEPG. Les principales lacunes concernent la force majeure, le partage des coûts, des charges et des risques (effets du changement climatique et perte de solutions phytos) entre producteurs et transformateurs et durabilité de la production de pommes de terre tout au long de la chaîne.

Avec les nouvelles réglementations européennes sur le verdissement de l’agriculture (réforme de la PAC), toute une série de nouveaux défis sont apparus. “Les producteurs de pommes de terre pensent que leurs acheteurs et la société dans son ensemble doivent également prendre leurs responsabilités !” affirme le NEPG. Tout cela de manière à ce que “le flux soit régulier et suffisamment important“.

Besoins accrus des transformateurs, difficultés pour les producteurs à y répondre

Différentes entreprises et transformateurs ont investi et investissent encore dans des infrastructures de transformation nouvelles ou rénovées dans toute la zone du NEPG. Ces investissements montrent que les possibilités de développement à long terme du marché des produits finis sont inchangées.

Au cours des deux dernières décennies, le développement du secteur de la pomme de terre de transformation a été motivé par une demande croissante de produits transformés. Les prochaines années pourraient marquer un tournant : les industriels veulent toujours plus de pommes de terre, mais les producteurs n’ont plus la possibilité de produire davantage (pas assez de “terres à pommes de terre”, coûts de production élevés, baisse de rendement, changement climatique, etc.).

Le “monde de la pomme de terre” passe ainsi d’une crise de la demande (pandémie COVID-19) à une crise de l’offre. D’où le questionnement du NEPG “Les producteurs seront-ils aussi désireux de produire des pommes de terre dans les années à venir qu’il y a 5 ou 10 ans ?

Lire aussi : McCain : Les prix des contrats en augmentation de 20 %

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Potager : Les 1 000 plantes du jardin de Yann Lebœuf
Yann Leboeuf est un passionné de jardinage et de botanique. Depuis plus de 30 ans, il s'occupe de son jardin qu'il a d [...]
Lire la suite ...

Point météo : Mai 2023, entre instabilité et ensoleillement
Rendez-vous chaque début de mois avec Patrick Marlière, directeur du bureau d'expertise météorologique Agate. Notre [...]
Lire la suite ...

Betteraves : Comment réduire les intrants ?
Le campus agro-environnemental de Tilloy-lès-Mofflaines a accueilli une série d'ateliers pour répondre à une questio [...]
Lire la suite ...

Damien Dubrulle : « J’ai deux choses en tête : l’innovation et l’international »
Le Nordiste Damien Dubrulle, à la tête de la success story Downs, vient de prendre la présidence d'Axema, le syndicat [...]
Lire la suite ...

JNA : Trois jours pour découvrir l’agriculture et ses métiers
C'est l'un des rendez-vous incontournables d'échanges entre le public et les professionnels du monde agricole, les jour [...]
Lire la suite ...

Marché en berne : Unéal mise sur l’expertise
Après une année 2022 où les prix ont fait le grand écart, la coopérative Unéal mise sur l'expertise pour pouvoir p [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires