Votre météo par ville

Vin : Stacia Urbaniak, la vigneronne d’Arras

01-12-2022

Actualité

Culture

Stacia Urbaniak ne se destinait pas à devenir vigneronne… Cette jeune femme, originaire de Bouvigny-Boyeffles, est tombée dans le tonneau un peu par hasard. Un métier qu’elle exerce à Cité Nature à Arras avec un objectif : démocratiser le vin.

Stacia Urbaniak © H.G

Stacia Urbaniak est la vigneronne de Cité Nature à Arras. Depuis 2020, la jeune femme de 30 ans s’occupe des 800 pieds de vignes plantés dans le jardin du centre culturel et scientifique dédié à la nourriture, l’agriculture, la nature et la santé d’Arras.

Sa passion pour le vin, elle ne lui vient pas de sa petite enfance, « même si je me souviens que mon grand-père était un adepte de bons vins », sourit-elle. Elle l’a plutôt découverte sur le tard. « Je rêvais de devenir vétérinaire, mais je n’ai pas réussi le concours », explique-t-elle.

Elle s’inscrit alors en biologie, à la faculté des sciences Jean-Perrin à Lens (62). « Des études qui mènent principalement à la recherche ou au métier de professeur, ce qui ne m’intéressait pas vraiment. » En 2015, Stacia Urbaniak décide donc de quitter la France pour quelques mois et s’envole pour l’Australie. C’est en travaillant dans un vignoble qu’elle se découvre une passion pour le vin.

À son retour dans l’Hexagone, son choix est fait : elle veut travailler dans le domaine du vin. Et c’est dans un master des sciences du vin et de la vigne de l’université de Bordeaux qu’elle poursuit ses études. Elle effectue son stage de fin d’année à l’Institut français de la vigne et du vin d’Angers et y décroche son premier contrat. « J’y travaillais en tant qu’ingénieure. Je passais mes journées derrière un ordinateur et je me suis rapidement rendu compte que ce n’était pas ma conception du métier. J’ai besoin d’aller sur le terrain. »

Et c’est à 20 000 kilomètres de la France qu’elle décide de poursuivre sa jeune carrière professionnelle, en Nouvelle-Zélande. « Travailler et voyager en même temps, c’est ce que j’aime faire. » Là-bas, elle décroche un poste dans un grand vignoble. « Tout était démesuré, surdimensionné », se souvient-elle. Un travail intéressant qui lui permettra d’affiner son projet professionnel : Stacia Urbaniak ne veut pas travailler dans une grande structure, « c’est trop de pression ».

Retour sur ses terres natales

Après quelques mois sur place, elle rentre en France, trouve une place dans un vignoble du Gard, puis décide de revenir dans sa région natale. « Les gens du Nord me manquaient », reconnaît la jeune femme. En plus, elle a entendu parler du chardonnay, ce vin provenant de vignes plantées sur le terril d’Haillicourt. Alors pourquoi ne pas tenter sa chance aussi ?

À son retour, elle tombe sur une belle opportunité : le vigneron de Cité Nature vient de partir à la retraite et le musée lui cherche un remplaçant. C’est donc Stacia Urbaniak qui, depuis 2020, s’occupe des 800 pieds de vignes de chardonnay et de pinot meunier, plantés à Arras, et transforme ce raisin en vin.

Un environnement dans lequel elle s’épanouit : « J’adore être dehors, travailler au contact de la nature. Le matin, quand je viens tailler les vignes, j’entends les oiseaux chanter, je croise des insectes. C’est ce que j’aime faire. »

Les vignes de Cité nature ont uniquement une visée pédagogique : « Le vin produit n’est pas vendu », précise la vigneronne, avant d’expliquer que « pour être commercialisable, il faut des autorisations et statuts spécifiques qu’il faut payer, mais au vu de la petite production, cela ne vaudrait pas le coup. Mais les gens peuvent le goûter à certaines occasions, notamment lors de la fête de Cité Nature. »

En 2021, Stacia Urbaniak a sorti sa première cuvée : 300 litres ont été mis en bouteille. « C’est un vin blanc. Si on devait le comparer on peut dire qu’il ressemble au vin du pays nantais, un peu acide, qui se marie parfaitement avec des huîtres », détaille-t-elle. Et de poursuivre : « Ce n’est pas un vin de garde qui se bonifie avec le temps. Il faut le boire dans l’année où il a été fait. »

À la recherche d’un terrain pour s’installer

D’ailleurs, si la vigneronne d’Arras apprécie les grands crus, elle souhaite surtout démocratiser le vin. « C’est un produit qui reste encore parfois assez élitiste, certains ont toujours l’image d’une boisson qui ne s’adresse qu’à des fins connaisseurs. Les vins d’entrée de gamme sont d’ailleurs rarement mis en valeur. C’est dommage, d’autant qu’il ne faut pas forcément mettre le prix pour avoir une bonne bouteille… », assure-t-elle.

Stacia Urbaniak espère un jour avoir ses propres vignes et son objectif est de pouvoir vendre son vin à moins de 10 euros la bouteille. « C’est un souhait. Mais je sais que ce n’est pas forcément facile… On verra ! »

Un projet sur lequel elle travaille activement puisque, depuis bientôt deux ans, elle est à la recherche du terrain idéal pour s’installer. Elle souhaiterait le trouver dans les environs d’Arras, « une ville qui a une dynamique qui me plaît », et sur une colline, « cela permet de planter davantage de vigne et de profiter d’un ensoleillement optimal. »

Une quête qui ne s’avère pas facile : « Il y a peu de terrains disponibles. » D’autant que la jeune trentenaire n’est, à l’origine, pas d’un tempérament très patient, « mais avec le vin et l’agriculture, j’apprends à le devenir. Ce sont des domaines où on ne peut pas tout maîtriser, il faut donc laisser le temps au temps… » La vigneronne se tourne donc vers les municipalités : « Je suis actuellement en discussion avec la commune de Mont-Saint-Éloi… » On croise les doigts. 

Hélène Graffeuille

Lire aussi : Vin : Premières vendanges pour Ternovéo

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires