Votre météo par ville

Betteraves à sucre : encore une centaine d’hectares à arracher

08-01-2020

Actualité

Culture

Jusqu’à 400 millimètres d’eau sont tombés ces trois derniers mois sur la zone littorale de la région. Un cumul qui met en péril les arrachages dans certains champs, toujours impraticables. À quelques jours de la fermeture des sucreries, la CGB Nord-Pas de Calais craint que des betteraves ne soient perdues.

© DR

La fin de campagne 2019-2020 approche pour les betteraviers. L’heure était au bilan début janvier avec huit réunions organisées aux quatre coins du Nord et du Pas-de-Calais par la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB). Les difficultés d’arrachage des betteraves rencontrées cette saison étaient au cœur des échanges.

« Impossible de récolter »

Un manque d’eau puis un trop-plein. C’est ainsi que se résume l’année 2019 dans les parcelles de betteraves. « L’entame des arrachages, dans des sols très secs, a été difficile en septembre mais les fortes précipitations depuis octobre ont nettement compliqué les chantiers », souligne Jean-François Bariseau, directeur adjoint de la CGB Nord-Pas de Calais, lors d’une réunion de Vimy (62), le 6 janvier 2020.

« Il faut voir comment les machines s’enfoncent dans certains champs gorgés d’eau, indique Christophe Mullie, président du syndicat. Impossible de récolter dans ces cas-là ». À ce jour, « il reste environ 100 hectares à arracher, notamment entre Dunkerque et Calais », poursuit Emmanuel Pigeon, directeur de la CGB.

Si, selon Guillaume Wullens, vice-président, « les arrachages ont bien avancé cette semaine dans le Calaisis », des craintes demeurent quant à l’avenir des betteraves restantes encore en terre, alors que la fermeture des sucreries d’Attin ou de Lillers (62) est prévue dans les prochains jours.

Gestion des silos de betteraves : à revoir

Aux bords des champs, de nombreux silos restent également à collecter. « Avec le retard pris, les sucreries ne traînent pas pour les ramasser », remarque Christophe Mullie. L’élu, comme plusieurs planteurs, a néanmoins déploré « la gestion du bâchage » de ces tas de racines contre les intempéries.

Les betteraviers aimeraient « être prévenus en amont » du bâchage ou du débâchage des silos (prestations réalisées par les services agricoles des sucreries). Ils réclament aussi davantage de soin et de rigueur lors de ces opérations.

Rendement tenu

Malgré les aléas de la météo et quelques frayeurs liées à la sécheresse estivale, la productivité est au rendez-vous. « Le rendement moyen (90,5 t/ha à 16°, voir tableau ci-dessous) est correct, dans la moyenne des cinq dernières années », annonce Jean-François Bariseau.

« Les résultats sont tout de même très hétérogènes, avec des secteurs à moins de 80 t/ha et d’autres à plus de 100 t/ha », note Christophe Mullie. En dépit d’un taux de tare terre en hausse en raison de l’humidité des sols (11,5 à 12 % en moyenne), la récolte du Nord et du Pas-de-Calais devrait rester la plus prolifique de France.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Une enquête pour mesurer l’impact de la crise sur les exploitations agricoles des Hauts-de-France
La chambre d’agriculture des Hauts-de-France lance une enquête en ligne, accessible ici. Objectif : mesurer l&rsq [...]
Lire la suite ...

Top chef, fan de carottes
Alexandre Bédague, producteur de carottes de Tilques, est venu faire concourir son produit dans les « Grands duels » [...]
Lire la suite ...

4000 maroilles achetés par le département de l’Aisne pour soutenir la filière
Alors que la crise sanitaire du Covid-19 a fait s’effondrer les ventes de fromages AOP, le Conseil départemental [...]
Lire la suite ...

Les abeilles sont-elles plus productives cette année ?
Les amalgames ont vite fait de mettre la bonne production de miel actuelle sur une soit-disant baisse de l’activit [...]
Lire la suite ...

Exploitations en difficulté : nouveau rallongement des procédures pénales
Dans le cadre de la réponse à l’épidémie de Covid-19, le gouvernement rallonge une nouvelle fois les procédur [...]
Lire la suite ...

Les moulins des Hauts-de-France dans l’attente de la reprise
S’il y a eu pénurie de farine dans les supermarchés, c’est en raison de l’approvisionnement, à l&r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires