Votre météo par ville

Moules : les mytiliculteurs, agriculteurs de la mer

18-09-2023

Actualité

Élevage

Alors que la saison s’achève, Philippe Quinault, patron de l’Épaulard, à Dunkerque, nous recevait jeudi 7 septembre 2023 pour nous parler de l’élevage de moules, et plus particulièrement de celui des moules de filières, élevées au large de la ville et jusqu’à la frontière belge. Parce ce qu’ils sont éleveurs, on parle bien d’agriculteurs et non de pêcheurs.

Philippe Quinault, gérant de l’Épaulard, dernier éleveur de moules de Dunkerque. © J. D. P.

Jeudi 7 septembre 2023, alors que son bateau venait de récolter 4 tonnes de moules, Philippe Quinault, le patron de l’Epaulard, à Dunkerque, faisait un point sur sa saison et sur les spécificités des moules de Dunkerque. Il commence par ce rappel : les mytiliculteurs, ou éleveurs de moules, sont surnommés “les agriculteurs de la mer” comme les éleveurs d’huîtres et autres conchyliculteurs. De fait, ce corps de métier n’est pas rattaché au ministère de la Mer mais bien à celui de l’Agriculture.

On ensemence, on élève, on entretient nos champs et on organise les rotations : nous sommes bien plus proches des agriculteurs que des pêcheurs “, résume Philippe Quinault jeudi 7 septembre 2023 en début d’après-midi. Comme chaque jour en saison, son bateau est sorti en mer le matin même, récoltant quatre tonnes de moules de filière. Ça aura pris trois heures à l’équipage mais le travail a commencé bien en amont, et n’est pas terminé. ” Comme nous sommes classés en zone B par l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, ndlr) , nous ne pouvons pas commercialiser directement les moules mais devons les purifier pendant 12 heures avec de l’eau de mer “, décrypte-t-il face aux caisses remplies de coquilles noires arrosées en continu d’une eau rafraîchie qui permet de purifier les moules, organismes très filtrants. Suite à cette étape, les bacs seront placés un à un sur une machine appelée débyssusseuse qui va permettre de nettoyer les moules en leur ôtant, notamment, le filament appelé byssus.

Se diversifier

L’élevage de moules n’est pas une tradition à Dunkerque, où on a surtout longtemps pêché la sole, espèce noble par excellence. “Puis il y a eu de moins en moins de ce poisson de fond, et les pêcheurs ont eu la possibilité, pour se diversifier d’exploiter des concessions en mer afin d’élever des moules“, explique celui qui n’était pas encore là. Philippe Quinault vient de La Rochelle, région de mytiliculture s’il en est, où il a d’abord été ingénieur dans l’industrie.

150 champs marins

Sa rencontre avec les moules a précisément eu lieu dans sa Charente natale quand les pêcheurs dunkerquois, alors qu’ils se lançaient dans la moule, sont venus se former sur ces “terres historiques de conchyliculture (la culture des coquillages)”.

Son arrivée à Dunkerque coïncide avec la vague de fermetures qui a suivi cet élan vers les champs marins. “L’État a établi une concession en mer à 3 miles de la côte (4 à 5 kilomètres) de 7 kilomètres de long sur 1 kilomètre de large, qu’il a divisé en 150 champs exploitables selon un cahier des charges précis. Une dizaine de pêcheurs ont tenté l’aventure à l’époque mais il n’en est très vite resté que deux, nous avons repris l’une des deux affaires il y a 8 ans, l’Épaulard.” Compliqué d’être à la fois en mer et au champ, tout marin soit-il.

Moules de filières

À Dunkerque on élève des moules de filières. Une filière c’est un système de 100 mètres de long équipé de bouées sur lequel sont accrochées les cordes accueillant les moules. Immergées en continu, les moules mangent davantage et grossissent donc plus vite, avec un cycle de production d’un an contre trois environ pour les moules de fond.

Les moules de Dunkerque sont exclusivement élevées sur des filières, ces longues cordes immergées en mer © Epaulard

Les moules de filière sont à mi-chemin entre les moules de bouchots – ces pieux plantés sur les plages par des agriculteurs en quête de diversification souvent, et dont les concessions sont de moins en moins nombreuses -, soumises au mouvement des marées, et les moules de fond que l’on retrouve essentiellement aux Pays Bas, plus grand pays européen exportateur de moules (notre édition du 1er septembre 2023). Philippe Quinault avance surtout une intensivité de l’activité hollandaise en comparaison à la française : “Avec 10 sociétés, ils font 70 000 tonnes de moules, soit le même volume que nous, en France… avec 300 sociétés.

“C’est compliqué, car nous sommes en mer ouverte”

Dunkerque, une terre de moules ? “C’est compliqué car nous sommes en mer ouverte ce qui n’est pas si courant dans ce type de culture davantage implantée dans les baies et les sites abrités : nous subissons les marées qui réduisent l’espérance de vie du matériel et causent parfois des pertes. Une tempête hivernale peut provoquer la perte totale de plusieurs filières : c’est notre hantise “, explique le patron qui modère : “Heureusement que nous sommes partiellement protégés par les bancs de sable au large et à marée basse, nous sommes protégés de la houle.

L’Epaulard 1 en mer ©Epaulard

L’élevage de moules implique un travail à l’année, difficilement compatible avec les campagnes de pêche, pense le patron qui détaille : “D’avril à juin c’est la période de captage des naissains de moules. Nous ensemençons nos descentes de cordes de 4 mètres de long puis nous suivons l’évolution des moules, procédons au dédoublement à un moment pour que les grappes ne tombent pas, en général entre septembre et février. La période de récolte est optimale en juin, même si nous commençons dès Pâques pour répondre à la demande et commencer à libérer les champs.

600 tonnes l’an dernier

À L’Épaulard, dix personnes et deux bateaux s’affairent sur l’une des 27 concessions de l’entreprise, qui compte à chaque fois six filières, donc 162 au total potentiellement. Passé de 120 tonnes récoltées il y a huit ans à 600 l’an dernier grâce à l’acquisition du deuxième bateau, Philippe Quinault précise : “La densité de captage varie chaque année, et avec elle le rendement final : moins 15 % pour cette année“, observe-t-il. Le taux de chair a son importance aussi : 25 à 26 % en moyenne mais avoisinant les 19 % en ces premiers jours de septembre caniculaires, “car les moules sont déboussolées avec ces chaleurs et pensent qu’elles doivent se reproduire“, décrypte le gérant. Avec une forte concentration en protéines et un excellent bilan carbone, c’est une culture d’avenir.

Les moules dépendent toutefois de la température de l’eau (maximum 28°C, on a de la marge) et surtout de l’acidification des océans : rappelons que les coquilles sont en calcium, pas fan de l’acidité, et que tous les coquillages sont touchés.

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires