Votre météo par ville

Ondes électriques, le chemin de croix de Philippe Marchandier

14-06-2021

Actualité

Élevage

Éleveur à Mazinghien (59), Philippe Marchandier fait face à des comportements anormaux chez ses animaux, dus, selon lui, à l’installation en 1994 d’une ligne à haute tension qui enjambe ses pâtures, et en 2019 de cinq éoliennes à proximité.

philippe marchandier
Situé à proximité d’une éolienne (au fond à gauche) et d’une ligne à haute tension, Philippe Marchandier affirme observer les effets des ondes électriques sur son troupeau. © LDG

Perpendiculaires à l’horizon les pieds de fer géants des pylônes enjambent la pâture. Derrière eux, dans le lointain, s’élève une silhouette blanche et effilée. L’une des cinq éoliennes installées en 2019. C’est là que les choses ont commencé à dérailler chez Philippe Marchandier. « D’avril à septembre, j’ai perdu 50 000 litres (l) sur ma production de lait. Je n’ai pas compris. Mes vaches mangeaient normalement, mais n’en profitaient pas », confie l’éleveur installé depuis 1990 dans la ferme familiale à Mazinghien (59).

Dans un premier temps, pour compenser la perte de production, il augmente son cheptel à 300 bêtes, dont 80 laitières. En vain. De 330 000 l par an pour la coopérative Laitnaa en 2018, il passe en 2020 à 130 000 l. Sans compter les vaches mortes : plus de 70 en 2020, sans que les autopsies n’expliquent quoi que ce soit. « J’ai toujours peur de trouver une vache couchée par terre en arrivant. »

Une veine d’eau sous le bâtiment ?

Il pense d’abord à changer sa mélangeuse. « La ration est bonne, les vaches mangent même trop », lui répond le vendeur après vérification. Puis il fait venir un spécialiste de l’alimentation animale. « Il était 15 h, les vaches étaient toutes debout en tas au milieu du hangar, à piétiner », se souvient-il. « Tu n’as pas une ligne à haute tension ou une éolienne près d’ici ? », lui demande le professionnel. Les deux mon capitaine : en plus des éoliennes, une ligne à haute tension de deux fois 400 000 V installée en 1994 surplombe les pâtures situées dans cette cuvette humide. « Ne cherche pas, on a le même problème en Bretagne. J’espère pour toi qu’il n’y a pas de veine d’eau qui court sous le bâtiment… »

Philippe Marchandier fait alors venir un géobiologue, puis le maire de la commune, sourcier, passe avec ses baguettes. « Les deux ont trouvé des veines d’eau aux mêmes endroits », conclut-il en esquissant de la main la façon dont le cours d’eau serpenterait sous son étable en transportant le courant, ce qui pourrait expliquer l’attitude des animaux qui renoncent trop souvent à aller boire.

La piste sanitaire écartée

Des analyses vétérinaires lui confirment l’absence de toute maladie dans le troupeau. « Alors j’ai fait du bruit dans les journaux », se rembrunit-il. L’association nationale Animaux sous tension (Anast) fait même une descente à Mazinghien mi-septembre l’an dernier. Il veut attirer l’attention des exploitants des installations électriques, Boralex, pour les éoliennes, et RTE et Enedis, pour la ligne haute tension. « Au début, ils m’ont pris pour un guignol, se sont renvoyé la balle… Pourtant, le géobiologue mesurait 12 volts sur un mètre de cornadis ! »

Une rénovation électrique en cours

Le Groupe permanent de sécurité électrique en milieu agricole (GPSE) est alerté en avril 2020. L’exploitation est mise sous perfusion financière le temps d’étudier la situation. « Ils ont contrôlé mon électricité, mais pas le sol », raconte l’éleveur, sceptique. Après étude de la situation et la vente d’une soixantaine d’animaux pour donner de l’air au cheptel, un compromis est proposé en février dernier : la réfection, gratuite, de l’électricité et la mise à la terre des bâtiments de l’exploitation. Les travaux viennent de débuter. Avec, on l’espère, des améliorations en perspective sur le comportement du troupeau de Philippe Marchandier.

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Betterave : Alors, ça donne quoi cette bataille contre les pucerons ?
Pour réduire l'usage des pesticides, Martin Gosse de Gorre a confié une partie de sa production à l'Institut techniqu [...]
Lire la suite ...

Mérite agricole : Une conférence sur la PAC
Pour sa conférence annuelle, l'Amicale des membres du mérite agricole accueille Philippe Tabary. Le spécialiste des q [...]
Lire la suite ...

MSA, « l’amortisseur social »
La Mutualité sociale agricole Nord-Pas de Calais tenait son assemblée générale vendredi 16 septembre sur fond de cri [...]
Lire la suite ...

L’ONF réitère l’opération « Tous en forêt ! »
Les forestiers se rendent tous sur le terrain et invitent les usagers à venir les rencontrer mercredi 28 septembre à p [...]
Lire la suite ...

Frappadingue : une course de collégiens dédiée aux abeilles à la Casseline
Vendredi 23 septembre de 8h30 à 17h00, La Frappadingue traversera le site de La Casseline située sur le flanc sud du M [...]
Lire la suite ...

Numéro 280 : 16 septembre 2022

Au cœur des terres

#terresetterritoires