Votre météo par ville

Groupama : Des résultats 2022 stables malgré le contexte 

21-04-2023

Actualité

Terre à terre

La section Nord-Est de Groupama annonce ” des résultats stables malgré des aléas climatiques en forte hausse pour 2022 “. Laurent Poupart, président, et Patricia Lavocat Gonzales, directrice générale, ont fait le point jeudi 13 avril avant l’assemblée générale à Reims.

La directrice générale et le président de Groupama Nord-Est. © P. Schwentzel

 ” L’année 2022 a été marquée par des événements forts : la guerre en Ukraine, la hausse des taux d’intérêts, les événements climatiques qui ont touché la région comme le monde.

Laurent Poupart, président du groupe Nord-Est de Groupama* plante le décor et chiffre. ” Alors que la sinistralité annuelle moyenne liée aux événements climatiques pour les assureurs était de 2 millions d’euros entre 2011 et 2016, elle est passée à 4 millions d’euros sur la période 2016-2021. Et elle a atteint plus de 10 millions d’euros en 2022.

Une évolution exponentielle qui a deux conséquences attendues : l’augmentation des tarifs de réassurance et celle de la prise de risque accrue pour les caisses d’assurance.

Plus de 60 millions d’euros de sinistres récoltes

Dans le détail, les deux tempêtes de début d’année – Eunice et Franklin – ont à elles seules coûté plus de 30 millions d’euros à la caisse Nord-Est de Groupama.

La sinistralité sur récoltes a atteint plus de 60 millions d’euros (41 millions pour 2021). La sécheresse sur bâtiments est un phénomène nouveau dans le nord et qui prend de l’ampleur.

Nouveaux aussi, les feux de forêt qu’il va falloir intégrer. “Tempêtes, grêle, inondations : pour nous assureurs, le véritable enjeu est de comprendre l’évolution des climats et leur impact économique ainsi que ce que nous pouvons faire pour limiter ce dernier“, annonce Patricia Lavocat Gonzales.

La directrice générale liste le rôle de l’assureur dans les cas de sinistre. Réactivité quand il s’agit de traiter 95 000 déclarations de sinistre en deux jours à la suite d’un événement climatique. Mais aussi prévention.

C’est le premier rôle de l’assureur, pense-t-elle, de mettre en place des systèmes d’information” afin de déployer des mesures de précaution.

Le coût des événements climatiques avoisine les 600 millions d’euros annuels pour le groupe (à l’échelle nationale, ndlr), cette année il est de 1,2 milliard “, rappelle Patricia Lavocat Gonzales. Elle évoque notamment des épisodes de grêle dévastateurs sur certains territoires, dont nous avons été plutôt épargnés.

Dans ce contexte, la nouveauté significative a été la réforme de l’assurance récolte attendue “depuis un bout de temps“, formule le président de Groupama Nord-Est.

Il y avait besoin d’un nouveau modèle pour couvrir mieux des agriculteurs qui, in fine, étaient mal voire pas couverts.

Alors que le nouveau régime repose sur la solidarité nationale et le partage du risque entre l’État, les agriculteurs et les assureurs et prévoit un dispositif unique à trois étages de couverture à partir de la campagne 2023, la hausse des subventions des cotisations augmente à 70 % et le taux d’indemnisation diminuera progressivement pour les non-assurés.

Si les surfaces assurées ont ainsi augmenté pour 2023 (+ 280 000 hectares en grandes cultures, + 10 000 hectares pour les vignes et + 640 000 hectares en prairies au national), “un travail de pédagogie reste à faire“, observe le président.

“Une année correcte”

En contrepoids de la hausse de la sinistralité, celle du chiffre d’affaires liée notamment au prix des céréales qui ont flambé en 2022 et sur lesquels les cotisations sont fixées : “Un effet dopant“, dit Groupama, qui permet des résultats stables malgré le contexte. S’ajoute le “beau développement de l’assurance des personnes (santé, prévoyance…)“, se satisfait la directrice générale qui résume : “Ce n’est pas une bonne année mais c’est une année correcte.

En chiffres, ça donne 16 millions d’euros de résultat social (équivalent à celui de l’an dernier).

Reste à “définir un tarif technique d’équilibre que devraient appliquer les assureurs” suite au travail en cours du pool de réassurance, explique Laurent Poupart.

Un tarif identique pour tous faute de quoi le système de couverture ne pourra pas tenir“, dit-il. Un système qui doit permettre la pérennité d’un système universel, qui doit éviter la sélection des risques couverts.

Sans oublier l’enjeu de l’inflation qui fait augmenter le coût des sinistres en faisant grimper celui des réparations : + 8 % pour le coût des réparations automobiles, + 10 % pour le bâtiment ou le risque industriel.

Nous devons agir sur ce coût des réparations pour éviter au mieux la répercussion sur les tarifs“, explique la directrice générale qui invite, pour ce, à prioriser les artisans et garages du réseau.

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Terres de Jim : Un partenariat signé avec Groupama

* Groupa Nord-Est, c’est 1 220 collaborateurs et 280 215 sociétaires sur six départements : Nord, Pas-de-Calais, Aisne, Marne, Ardennes, Aube.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires