Votre météo par ville

“La HVE est un challenge à relever”

04-02-2021

Actualité

Culture

Quinze agriculteurs supplémentaires des Hauts-de-France viennent de recevoir la certification haute valeur environnementale (HVE). Parmi eux, Philippe et son fils Thomas Demarquilly, agriculteurs à Hénin-Beaumont (62). Interview.

Thomas et Philippe Demarquilly, agriculteurs à Hénin-Beaumont (62), ont reçu la certification HVE niveau 3. © LD

Recevoir une certification HVE (haute valeur environnementale) niveau 3 est bien souvent l’aboutissement de nombreuses années de travail, de remises en question de ses pratiques et d’essais. Interview de Philippe Demarquilly, agriculteur en grandes cultures avec son fils, Thomas, également propriétaire d’une microbrasserie à Hénin-Beaumont (62). Ils ont officiellement reçu le sésame vendredi 29 janvier 2021 à la ferme pilote du groupe Carré à Gouy-sous-Bellonne (62).

Quelles modifications dans vos pratiques agricoles avez-vous dû faire pour obtenir, aujourd’hui, la certification HVE 3 ?

Cela fait trois à quatre ans que nous travaillons dans notre exploitation sur des pratiques agroécologiques. Pour la biodiversité, nous avons réimplanté des haies, nous continuons d’entretenir celles déjà présentes et nous avons intégré des jachères dans notre assolement.Concernant les intrants, nous avons diminué notre IFT (indice de fréquence des traitements) en investissant dans une station de traitement de l’eau. En moyenne, nous utilisons 30 % de moins de produits phytosanitaires.

Nous avons également testé l’utilisation de biostimulants. Ils permettent de renforcer les défenses de la plante et permettent une meilleure décomposition du sol. L’idée est de retrouver un sol vivant pour qu’il puisse se défendre face aux aléas. Nous avons donc épandu de la fumure de fond organique et ainsi diminué les apports d’engrais chimiques. Aussi, nous avons réduit les fréquences des labours sans pouvoir l’arrêter puisqu’il est essentiel pour le désherbage de certaines parcelles. Nous nous appuyons élégamment sur des OAD (outils d’aide à la décision) et des stations météo pour intervenir dans nos champs.

Qu’est-ce que va vous apporter cette certification ?

Tout d’abord c’est une reconnaissance des efforts que nous réalisons depuis trois ans, cela redore le blason de notre agriculture française et cela donne de la valeur à l’exploitation.

La certification HVE est un challenge à relever et cela demande un investissement en temps mais aussi financier. Nous devons absolument avoir un retour sur cet investissement. Pour le moment, nous allons apposer le logo sur nos bouteilles de bière et espérons valoriser la certification directement. Mais du côté des cultures de vente, les transformateurs n’ont pas encore de marchés spécifiques à nous proposer. On sent que ça bouge, que certains industriels en parlent davantage mais les filières ne sont pas encore prêtes pour valoriser nos produits. Une chose est sûre, nous ne voulons pas que la HVE devienne un simple accès aux marchés.

Quelle est la prochaine étape ?

La certification HVE nous donne envie d’aller encore plus loin dans nos réflexions. Nous travaillons plus intelligemment, j’estime que nous ne faisons plus le même métier qu’il y a dix ans. En faisant partie de l’association “Éco Phyt“, nous sommes stimulés dans nos démarches et cela donne envie de s’impliquer dans les bonnes pratiques agricoles. L’équipe est motrice et sans elle, je ne serais jamais arrivé au bout de la certification HVE, qui est tout de même très exigeante.

Propos recueillis par Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires