Votre météo par ville

Stockage des pommes de terre : « C’est une année de découverte »

14-01-2021

Actualité

Culture

Cette année, sans CIPC, le stockage des pommes de terre s’avère compliqué. Comment s’organisent les producteurs ? Rencontre avec Arnaud et Alexandre Debruyne, agriculteurs dans les Flandres, qui stockent une partie de leurs pommes de terre jusqu’en mai.

Arnaud Debruyne stockage pommes de terre ©LD
Arnaud Debruyne utilise le produit Dormir en thermonébulisation pour stoker au mieux ses pommes de terre, faute de pouvoir utiliser du CIPC. ©LD

Les règles du jeu ont changé pour le stockage des pommes de terre en cette campagne 2020-2021. Fini l’application systématique du chlorprophame (CIPC), l’homologation de cet anti-germinatif a pris fin en août dernier.

« C’est une année de découverte », annonce Arnaud Debruyne, qui est pourtant habitué au stockage de pommes de terre depuis plus de six ans. Lui et son frère Alexandre cultivent 65 hectares de pommes de terre à Rubrouck et Quaedypre (59) et stockent environ 3 000 tonnes entre les mois de novembre et mai. Des stocks principalement destinés aux industriels et au marché du frais de la région.

Une première année sans CIPC nébuleuse qu’Arnaud Debruyne et son frère espèrent ne pas revivre l’an prochain. Il existe bien d’autres produits moins coûteux comme l’éthylène, ou curatif comme l’huile d’orange, mais la filière n’a pas encore assez de recul concernant leur efficacité et la préservation de la qualité des tubercules. Autre solution : stocker dans des réfrigérateurs. « C‘est une autre organisation et cela demande un véritable investissement, mais nous y réfléchissons », concède-t-il.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Numéro 281: 23 septembre 2022

César Losfeld au service de la raclette
Reprise en 2018 par l'entreprise d'affinage roubaisienne César Losfeld, la Fromagerie des régions, à Maroilles, produ [...]
Lire la suite ...

Bio. Elle joue la débrouille pour assurer son avenir
Agnès Kindt est frappée de plein fouet par la crise qui touche l'agriculture biologique. La maraîchère à Houplines [...]
Lire la suite ...

Euralimentaire. Dans l’antre du marché de gros
Deuxième au national derrière Rungis, le marché de gros Euralimentaire de Lomme ouvre ses grilles aux professionnels [...]
Lire la suite ...

Une nouvelle distillerie au Quesnoy
Partageant le même toit que la brasserie traditionnelle de l'Avesnois, la distillerie artisanale CQFD s'apprête à ouv [...]
Lire la suite ...

De l’usine automobile aux champs de patates
Après avoir été ingénieure automobile, Cécile Fléchel-Lebrun a finalement eu envie de reprendre les rênes de l'ex [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires