Votre météo par ville

Lesaffre lance son campus R & D

20-10-2022

Actualité

Transformation

L’entreprise nordiste Lesaffre a inauguré son campus dédié à la recherche et au développement, où chercheurs et scientifiques vont pouvoir déterminer quels micro-organismes nourriront le monde.

La biofonderie est une révolution pour Lesaffre et un atout concurrentiel. © E. P.

L’entreprise Lesaffre, spécialiste des micro-organismes et levures fermentés, a inauguré jeudi 13 octobre son campus dédié à la recherche et au développement (R & D).

Construit sur un terrain de 19 ha entre Marcq-en-Barœul et Marquette-lez-Lille (59), le bâtiment de 23 000 m2, ultramoderne, a pour vocation d’accélérer les actions de recherche du groupe, vieux de 170 ans et qui rassemble sous son entité dix marques de quatre domaines différents. Une salle de sport et un restaurant d’entreprise font également partie du décor.

L’endroit n’est pas choisi au hasard : « Nous avons déjà sur ce site notre baking center mondial, c’est-à-dire notre centre d’application/test en conditions réelles », explique Brice-Audren Riché, directeur général du groupe Lesaffre depuis janvier.

Émulation scientifique

Lesaffre, c’est aussi 11 000 collaborateurs dans le monde, de plus de 85 nationalités. Rien que sur la métropole lilloise, 700 personnes travaillent pour le groupe. L’idée du campus : les regrouper, en partie, en un seul et même endroit.

« C’est le rassemblement d’au moins quatre lieux ainsi que de bureaux loués, explique Hassina Haït-Abdessrahim, directrice du pôle MOS (Micro OrganismeS center of excellence). Depuis que nous sommes tous sous le même toit, il y a une vraie cohésion d’équipe et une énergie particulière. Des gens qui ne se croisaient jamais échangent désormais sur leur méthode de travail. Il y a beaucoup d’informel et d’échanges de bons procédés. C’était le but ! »

Plusieurs centaines de machines sont à disposition des 300 chercheurs.

En effet, c’était le but. Brice-Audren Riché le dit sans détour : « Ce campus est le fruit d’une ambition, celle d’accélérer l’innovation, la recherche et le développement. C’est pourquoi nous avons aussi investi dans des équipements de pointe. »

La biofonderie : the machine

Plusieurs centaines de machines sont ainsi à disposition des 300 chercheurs pour pouvoir analyser, décrypter et enregistrer les souches de micro-organismes et/ou de levure.

Mais parmi ces machines, celle qui attire tous les regards c’est la biofonderie. « C’est la première du type en Europe qui soit public-privé et elle est unique en France. C’est un véritable atout concurrentiel, indique Christine M’Rini Puel, directrice R & D du groupe. Cette biofonderie est composée de 60 machines automatisées qui miniaturisent et modélisent tous les tests qu’on fait sur les micro-organismes dans le but de les analyser, d’établir leur fiche d’identité et leur potentiel fonctionnel. Avant, nous pouvions tester jusqu’à 10 000 souches par an. Avec la biofonderie, nous sommes passés à 10 000 par mois et l’objectif est d’atteindre bientôt les 10 000 par jour. À terme, ce sera 100 000 par jour ! »

Le coût de ces équipements et de bâtiment ? Impossible de le savoir mais ce que Lesaffre peut dire c’est que « le budget recherche et développement va augmenter chaque année de 10 à 15 % ».

À chaque organisme son effet

Un nombre de souches étudiées qui paraît énorme, mais qui est à remettre en perspective avec les « 80 000 souches auxquelles nous avons accès grâce à nos partenariats universitaires et start-up », rappelle Christine M’Rini Puel, un chiffre auquel s’ajoutent les 18 000 souches de la collection personnelle de l’entreprise.

C’est le service d’Hassina Ait-Abderrahim qui est responsable de l’entretien et de la caractérisation des micro-organismes de cette fameuse collection : « Nous testons les effets des micro-organismes et les classons selon ces effets. Par exemple, le diacétyle est censé donner un goût beurré, crémeux… Mais il n’est pas le seul ! Donc en fonction du produit, on va étudier s’il est possible de le produire en quantité et tester l’effet au baking center. »

Pour cela, on applique une « recette » à l’organisme ou à la levure pour le multiplier en grande quantité et pouvoir le commercialiser.

Humains, animaux, végétaux : même bateau

Du fait de la diversité des effets possibles des micro-organismes et levures, Lesaffre pense que la fermentation peut permettre de relever le défi de nourrir sainement neuf milliards d’habitants en 2050 en utilisant au plus juste les ressources de la planète. Le défi est grand et inédit.

Mais Lesaffre a un avantage : son expérience et la diversité de son activité. En tout cas c’est ce sur quoi le groupe mise.

« Il existe des quintillions de micro-organismes dans la nature. Les possibilités sont infinies », affirme Brice-Audren Riché.

23 000 m2 C’est la superficie du nouveau bâtiment consacré à la R & D.

Si le cœur historique d’activité du groupe Lesaffre est la planification (notamment autour des produits boulangers comme les levures et levains), le groupe à l’hirondelle s’est aussi développé dans le bien-être et la santé via la marque Phileo, par exemple, avec des produits qui renforcent les défenses immunitaires et réduisent l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux.

La marque Agrauxine, quant à elle, utilise les micro-organismes pour fabriquer des produits permettant de réduire l’usage de pesticides et d’améliorer la nutrition végétale. Lesaffre est également présent dans les domaines de l’agroalimentaire et de l’industrie via des marques comme Fermentis (boissons fermentées) ou Leaf (bioéthanol).

Bref, les micro-organismes sont utiles partout. Et comme le rappelle Christine M’Rini Puel, « des micro-organismes vivent dans les fonds marins, sans oxygène et sans lumière. Si l’on pouvait savoir comment ils font ça et appliquer ces propriétés sur terre, ça pourrait être révolutionnaire ». 

Eglantine Puel

Lire aussi : Junia : interview de Marie Stankowiak, responsable du département Agriculture et paysages

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires