Votre météo par ville

Une filature de lin dans les Hauts-de-France en 2022

09-03-2021

Actualité

Terre à terre

Ses métiers à tisser avaient quitté la France pour la Pologne. Dans un véritable retour aux sources, l’entreprise Safilin va recréer une unité dans les Hauts-de-France. Un investissement de 5 millions d’euros.

Le lieu d’implantation de la future filature de Safilin dans les Hauts-de-France va être dévoilé prochainement par l’entreprise. Le site accueillera à terme 14 métiers à filer. © Coccideo

C’est une relocalisation symbolique. Celle de Safilin, filateur de lin et chanvre, annoncée le 8 mars 2021. L’entreprise a choisi les Hauts-de-France, qui concentrent 40 % de la production mondiale de lin mais qui a perdu toutes ses filatures, pour s’installer. Une annonce qui ouvre la voie à une création textile 100 % made in France, du champ au produit fini.

Lire aussi : Une filature va voir le jour en 2021 au pays du lin, en Normandie

Recommencement

Créé en 1778 par la famille Salmon, Safilin ouvre en 1860 à Armentières (59) sa première usine de filature et de tissage de lin. L’entreprise devient, en 1922, le plus grand linier européen. En 1995, alors que la crise industrielle impacte le secteur textile, Safilin s’installe en Pologne et y ouvre deux filatures, l’une à Szczytno et l’autre à Milakowo. Elles emploient 500 salariés. De ces sites sortent chaque année 4 500 tonnes de fils à destination de tisseurs et tricoteurs français et à travers le monde. La société compte 300 clients et affiche un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros.

Un quart de siècle plus tard, « pour accompagner le développement de Safilin, nous avons décidé de réimplanter une unité de filature de lin au cœur de notre bassin historique, dans les Hauts-de-France », indique Olivier Guillaume, président de Safilin. L’entreprise prévoit l’aménagement d’un bâtiment de 6 000 m² dont l’emplacement exact sera dévoilé prochainement. Il accueillera à terme 14 métiers à filer. Ces derniers seront spécialement acheminés des usines polonaises afin d’être installés et réglés en région. Le démarrage de la production est attendu dans un an, entre janvier et mars 2022.

Relance

« Dès juin 2022 nous serons ainsi en mesure de proposer une large gamme de fils de lin 100 % français, en complément de notre offre de fils polonais », déclare le dirigeant. Les filatures polonaises de Safilin resteront ouvertes ; l’entreprise produira 350 tonnes par an au sein de son outil français, soit 10 % environ de sa production totale.

« Cette décision fait suite aux nombreuses sollicitations d’entreprises textiles françaises souhaitant disposer d’un fil français, mais aussi à la demande des consommateurs de l’hexagone d’acheter des produits naturels et locaux », explique Olivier Guillaume.

Safilin annonce que 30 collaborateurs seront recrutés courant 2021 (entre juillet et décembre) puis 20 autres d’ici 2024. Ils seront formés par des opérateurs polonais, ainsi que par des anciens salariés aujourd’hui retraités. 

Représentant un investissement de 5 millions d’euros, cette initiative est soutenue par la Banque publique d’investissement (BPI) dans le cadre de France Relance et par la Région Hauts-de-France. 

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des moutons boulonnais « écopâturent » à Genech et Pont-à-Marcq
Le troupeau de moutons boulonnais de l’établissement agricole Institut de Genech va valoriser des espaces verts d [...]
Lire la suite ...

Le lin fait sa fashion week
La filière mondiale du Lin se mobilise en lançant à partir d'aujourd'hui pour la "Fashion Revolution week". Objectif [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : quels sont les atouts des cultures intermédiaires ?
Au-delà d’être une obligation réglementaire, les couverts avant la culture de pommes de terre sont préconisés par [...]
Lire la suite ...

Groupama aide les agriculteurs à s’équiper de sondes connectées pour le fourrage
Groupama Nord-Est propose un accompagnement financier pour inciter les agriculteurs à s’équiper de sondes de tem [...]
Lire la suite ...

Éléonore Peretti : « Créer du lien est la raison d’être du MusVerre »
Éléonore Peretti est la nouvelle directrice du MusVerre de Sars-Poteries (59). Elle défend les atouts et le rôl [...]
Lire la suite ...

Bruxelles et les États membres entendent numériser le secteur agricole
Dans le cadre de la révision du plan coordonné 2021 sur l’intelligence artificielle publiée le 21 avril, la Commiss [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires