Votre météo par ville

Une filature de lin dans les Hauts-de-France en 2022

09-03-2021

Actualité

Terre à terre

Ses métiers à tisser avaient quitté la France pour la Pologne. Dans un véritable retour aux sources, l’entreprise Safilin va recréer une unité dans les Hauts-de-France. Un investissement de 5 millions d’euros.

Le lieu d’implantation de la future filature de Safilin dans les Hauts-de-France va être dévoilé prochainement par l’entreprise. Le site accueillera à terme 14 métiers à filer. © Coccideo

C’est une relocalisation symbolique. Celle de Safilin, filateur de lin et chanvre, annoncée le 8 mars 2021. L’entreprise a choisi les Hauts-de-France, qui concentrent 40 % de la production mondiale de lin mais qui a perdu toutes ses filatures, pour s’installer. Une annonce qui ouvre la voie à une création textile 100 % made in France, du champ au produit fini.

Lire aussi : Une filature va voir le jour en 2021 au pays du lin, en Normandie

Recommencement

Créé en 1778 par la famille Salmon, Safilin ouvre en 1860 à Armentières (59) sa première usine de filature et de tissage de lin. L’entreprise devient, en 1922, le plus grand linier européen. En 1995, alors que la crise industrielle impacte le secteur textile, Safilin s’installe en Pologne et y ouvre deux filatures, l’une à Szczytno et l’autre à Milakowo. Elles emploient 500 salariés. De ces sites sortent chaque année 4 500 tonnes de fils à destination de tisseurs et tricoteurs français et à travers le monde. La société compte 300 clients et affiche un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros.

Un quart de siècle plus tard, “pour accompagner le développement de Safilin, nous avons décidé de réimplanter une unité de filature de lin au cœur de notre bassin historique, dans les Hauts-de-France », indique Olivier Guillaume, président de Safilin. L’entreprise prévoit l’aménagement d’un bâtiment de 6 000 m² dont l’emplacement exact sera dévoilé prochainement. Il accueillera à terme 14 métiers à filer. Ces derniers seront spécialement acheminés des usines polonaises afin d’être installés et réglés en région. Le démarrage de la production est attendu dans un an, entre janvier et mars 2022.

Relance

Dès juin 2022 nous serons ainsi en mesure de proposer une large gamme de fils de lin 100 % français, en complément de notre offre de fils polonais », déclare le dirigeant. Les filatures polonaises de Safilin resteront ouvertes ; l’entreprise produira 350 tonnes par an au sein de son outil français, soit 10 % environ de sa production totale.

Cette décision fait suite aux nombreuses sollicitations d’entreprises textiles françaises souhaitant disposer d’un fil français, mais aussi à la demande des consommateurs de l’hexagone d’acheter des produits naturels et locaux », explique Olivier Guillaume.

Safilin annonce que 30 collaborateurs seront recrutés courant 2021 (entre juillet et décembre) puis 20 autres d’ici 2024. Ils seront formés par des opérateurs polonais, ainsi que par des anciens salariés aujourd’hui retraités. 

Représentant un investissement de 5 millions d’euros, cette initiative est soutenue par la Banque publique d’investissement (BPI) dans le cadre de France Relance et par la Région Hauts-de-France. 

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires