Votre météo par ville

Lin : une récolte très étalée dans le temps dans des conditions difficiles

02-09-2021

Actualité

Culture

L’excès d’eau a engendré un retard sur les arrachages et enroulages des lins dans la région. La qualité est très hétérogène avec des parcelles où le lin a pourri.

Dans le Nord et le Pas-de-Calais, environ 50 % des surfaces de lin ont été récoltées. © LD

Pluies et lins n’ont pas fait bon ménage cette année. Avec toute l’eau tombée cet été, les arrachages de lin ont pris de retard, d’autant plus qu’une partie d’entre eux étaient versés. Résultat: la récolte est retardée et très étalée dans le temps. Au 31 août, « à vue de nez, je dirai que la moitié des surfaces de lin dans le Nord ont été enroulées, estime Frédéric Ley, président de la section lin de la FDSEA du Nord. Avec les épisodes de pluie, les chantiers sont très longs cette année. » Si bien que certains lins ont été enroulés en même temps que d’autres ont été arrachés.

Dans le Pas-de-Calais, même constat. « Selon les teilleurs, environ 40 à 50 % des lins ne sont pas rentrés, annonce, de son côté, Xavier Fournier, président de la section lin du Pas-de-Calais. Il a fallu faire un choix entre les céréales et le lin et le manque de main-d’œuvre à cette période où il a fait sec ce qui a ralenti aussi les chantiers. » Le plus gros retard est à constater dans le Ternois et les Sept vallées. D’habitude les lins sont arrachés sur deux semaines au lieu de quatre cette année. À ce jour, la totalité des lins ont été arrachés et retournés au moins une fois.

Des lins pourris

Le point positif de cette campagne est le rouissage qui s’est bien déroulé. Surtout pour les lins arrachés en premier où l’alternance de pluies et de soleil a été bénéfique. « Dans les trois quarts des lins rentrés, la qualité devrait être satisfaisante », estime Xavier Fournier. Toutefois, la quantité de fibres longues devrait être moindre.

Pour ceux restants, la qualité a aussi pâti avec ces nombreuses averses. « Dans certaines parcelles, les lins ont pourri, surtout dans les linières de lin versés. La qualité sera très hétérogène selon les secteurs où la pluviométrie diffère« , annonce le président. Ce constat, il peut être fait à l’échelle du Nord et du Pas-de-Calais mais aussi au niveau des bassins de production français et européens.

Des marchés porteurs

Comme pour toutes les cultures cette année, une période de soleil et de chaleur serait bienvenue. « Si la météo nous le permet, le soleil de fin de semaine devrait permettre de rentrer pas mal de lins« , espère Frédéric Ley. Mais une chose est sûre, les débits de chantier ralentis joueront sur les coûts de production

Côté marchés, ils restent très demandeurs. La qualité n’est au rendez-vous nulle part dans les pays producteurs de lin.  Les prix devraient donc se maintenir. « Les teilleurs commencent à faire prendre conscience à leurs acheteurs que la qualité ne sera pas là, il faudra ensuite que l’offre et la demande s’équilibrent », explique-t-il.

Toutefois, la filière a demandé une dérogation de brûlage pour les lins qui ne seront pas récoltés. En France, ils représentent environ 2 à 2 500 hectares, surtout localisés en Haute-Normandie.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
lin
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires