Votre météo par ville

Énergie : installer des trackers solaires, mode d’emploi

21-03-2024

Actualité

Hors-champ

Pour répondre à ses objectifs énergétiques, la France peut compter sur ses agriculteurs. L’Ademe estime qu’ils sont 90 000 à produire des énergies renouvelables. Rencontre avec l’un d’entre eux, Bastien Deman, qui a misé sur les trackers solaires.

Bastien Deman a installé huit trackers sur son exploitation. © V. M.

Éleveur porcin sur la commune de Flêtre (59) au Gaec Asseman, Bastien Deman a installé quatre trackers solaires en janvier 2022 avec l’entreprise OKWind. Convaincu, il en a ajouté quatre autres en juillet 2023.

« L’idée de départ c’était de faire face à la crise énergétique », explique-t-il. Produire le plus d’électricité possible pour répondre à la demande énergétique de ses 350 truies. C’est pour ça qu’il réfléchit à l’installation de trackers, qui permettent une production plus importante et constante qu’un panneau fixe sur toiture. S’il considère que son projet est une réussite, c’est grâce à l’anticipation.

L’accompagnement

Pour bien débuter son projet, il est important d’être bien accompagné et de vérifier auprès de son assureur et de sa banque que l’installation est conforme à leurs conditions. C’est ainsi que Bastien Deman a été conforté dans son choix de trackers plutôt que de panneaux solaires car les assurances peuvent être réticentes quand on pose des panneaux sur des bâtiments accueillant des porcs ou des volailles.

Il est également possible de faire réaliser des études économiques par un installateur ou son centre de gestion. À noter que l’installation de tracker ne permet pas de bénéficier d’aide.

Lire aussi : Photovoltaïque : installation sur son exploitation, mode d’emploi

« Pour un tracker de cette taille (117 m2 d’une puissance de 22 kWc pour une production annuelle de 35 000 kWh, ndlr), il faut compter environ 55 000 euros hors taxes d’investissement, précise Fabrice Ruer, qui a suivi le projet chez OKWind. Le retour sur investissement est en moyenne de huit ans, mais il est influencé par le tarif d’achat de l’électricité. L’idéal serait d’arriver à consommer 100 % de la production des trackers. »

Chez Bastien Deman, l’électricité est utilisée directement pour les besoins de son exploitation et le surplus, essentiellement l’été, vendu sur le réseau. D’un point de vue technique, pour assurer le meilleur rendement des trackers et éviter les ombrages, leurs mats doivent être espacés de 35 mètres entre le nord et le sud et de 45 mètres entre l’est et l’ouest. Attention également à ne pas être dans un périmètre de moins de 500 mètres autour d’un monument historique, soumis à avis de l’architecte des Bâtiments de France, qui pourrait compromettre le projet.

La mise en place

Une fois la réflexion menée, et la décision prise, il faut compter entre six et neuf mois entre le lancement des demandes administratives et la production du premier électron. « En dessous de 12 trackers raccordés sur le même site, il n’y a pas besoin de permis de construire, une déclaration préalable de travaux suffit, ajoute Fabrice Ruer. Ça fait gagner du temps ! »

En termes de travaux justement, le socle en béton sur lequel repose le tracker est de 13 m3. « OKWind m’a fourni le ferraillage, et j’ai réalisé la tranchée et le béton moi-même », explique Bastien Deman.

L’entretien

Une fois installés, les trackers vont suivre la course du soleil tout au long de la journée. Reliés à internet, ils ont accès à la météo jour après jour. Ils se réorientent toutes les 15 minutes. Lorsque le soleil se couche, les panneaux se mettent à plat pour capter la rosée qui balayera naturellement la poussière avant la remise en route à l’aube.

Chez Bastien Deman, les trackers sont placés dans une pâture, protégés par un barbelé qui empêche les bêtes d’aller se frotter dessus. Lorsque le tracker est à l’horizontal il laisse 7 m de haut entre le sol et les panneaux, ce qui permet à l’éleveur porcin de continuer à exploiter ses parcelles : « Ça ne me pose aucun problème pour passer dessous en tracteur. »

Lire aussi : Photovoltaïque : La chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais a sa doctrine

Pour sa sécurité, un anémomètre situé en haut du tracker enregistre les données du vent en temps réel. S’il dépasse les 40 km/h, les panneaux vont se mettre automatiquement en sécurité à l’horizontal afin de réduire leur prise au vent.

Les pièces mécaniques étant assez sollicitées, il est nécessaire de réaliser une maintenance et un graissage une fois tous les deux ans. L’onduleur (sous garantie) est, quant à lui, changé tous les dix ans.

Qu’est-ce qu’un tracker ?
Le tracker solaire est composé d’un mat sur lequel sont installés des panneaux photovoltaïques. Les cellules captent la lumière sur la face avant et arrière des panneaux par réflexion du sol et de son environnement. Le tracker produit 50 % d’électricité en plus que des panneaux sur toiture, grâce à son inclinaison horizontale et verticale pour capter les rayons du soleil de manière optimum. Cette énergie est transformée en courant continu, puis en courant alternatif grâce à un onduleur. L’électricité produite peut être autoconsommée, vendue au prix du marché, vendue à un prix fixe sur contrat pluriannuel ou stockée virtuellement, ce qui consiste à injecter l’électricité produite gratuitement dans le réseau quand on n’a pas besoin de l’utiliser sur site et d’aller en récupérer l’équivalent quand les besoins du site augmentent.  

Valentin Maryns, étudiant à Junia Isa dans le cadre de la Semaine de la presse et des médias

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires