Votre météo par ville

Élections MSA 2020 : “Défendre la spécificité de notre régime”

13-01-2020

Actualité

Terre à terre

Du 20 au 31 janvier 2020, les adhérents de la MSA sont appelés à voter pour élire leurs délégués cantonaux. Michel Brodel et Franck-Étienne Rétaux, respectivement président et directeur de la MSA Nord-Pas de Calais, reviennent sur les enjeux du scrutin.

Michel Brodel et Franck-Étienne Rétaux, respectivement président et directeur de la MSA Nord-Pas de Calais © DR

À quoi servent ces élections à la MSA  ?

Michel Brodel : Tous les cinq ans, exploitants, employeurs et salariés, actifs et retraités, votent pour élire leurs délégués cantonaux. Ce sont des ambassadeurs de la MSA. Ils représentent les ressortissants sur les deux départements. Ils ont pour mission de faire remonter les préoccupations et les demandes qui viennent du terrain. Ces élections représentent un rendez-vous important pour les territoires ruraux.

Combien de délégués seront élus dans le Nord et le Pas-de-Calais  ?

Franck-Étienne Rétaux : Le périmètre des cantons a été revu. Nous passons de 176 à 80. Ce sont 650 délégués cantonaux qui seront élus (contre 910 actuellement). Ces derniers devront ensuite élire le conseil d’administration de la MSA Nord-Pas de Calais puis son futur président lors d’une assemblée générale, le 2 avril prochain.

Comment mobiliser les votants ?

M. B. : Sur le terrain, les équipes de la MSA et les élus organisent des réunions et échangent avec les adhérents. Un véhicule sillonne la campagne pour communiquer sur les élections. Des rencontres se poursuivent avec les organisations professionnelles agricoles pour inviter les salariés à voter.

Le vote électronique est-il plébiscité  ?

F-E. R. : Oui, il est amené à se développer. Lors des dernières élections, en 2015, 10 % des votants ont choisi de voter en ligne. Cette fois, chaque adhérent va recevoir un guide mi-janvier. Plus le taux de participation sera important, plus la MSA sera légitime.

De quelle manière la MSA entend-elle défendre le régime social agricole ?

M. B. : À l’heure où les régimes spéciaux sont remis en cause, le régime agricole, porté par la MSA, doit faire valoir ses atouts : connaissance des particularités de l’agriculture, relation de proximité, accompagnement individualisé, présence en milieu rural… À la différence du régime général, nous avons des élus locaux qui permettent ce type de fonctionnement. Défendre la spécificité de notre régime agricole, en faveur des exploitants, ainsi que nos valeurs (solidarité et mutualisme) est notre priorité.

Après ces élections, quels dossiers attendent la MSA en 2020  ?

F-E. R. : Réforme des retraites et des allocations, mise en place de nouvelles complémentaires, plan d’action pour le mandat à venir sont les projets qui attendent les équipes et les élus. Plus globalement, il faut que nous soyons au plus près de nos adhérents et travaillions à améliorer la qualité de nos services (réactivité, aide à la personne…).

Propos recueillis par Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires