Votre météo par ville

Galop d’essai pour Aurélien Hollander au Salon de l’agriculture 2020

04-02-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

Éleveur de chevaux boulonnais à Wavrans-sur-l’Aa (62), Aurélien Hollander, présentera l’une de ses juments pour la première fois au Salon de l’agriculture. Il la fera participer au trophée “Trait d’Avenir”. Ce portrait s’inscrit dans le cadre de notre grand format sur le SIA 2020.

Aurélien Hollander avec la jument qu’il présentera au Salon international de l’agriculture 2020. © DR

La vie ne lui a pas fait de cadeau, mais lui, ne s’en plaint pas. Bien au contraire. Aurélien Hollander, 39 ans, est éleveur de chevaux à Wavrans-sur-l’Aa (62). Une activité à laquelle il se voue avec passion. Avec mérite aussi. Atteint de la maladie de Little depuis sa naissance, sa pathologie lui provoque une raideur musculaire au niveau des membres inférieurs. Et à défaut de pouvoir tenir parfaitement sur ses jambes, Aurélien Hollander s’appuie sur un remarquable état d’esprit.

Briller pour avancer

Une force de conviction qu’il emportera avec lui au prochain Salon international de l’agriculture 2020. Membre du syndicat hippique boulonnais, Aurélien Hollander présentera une jument de race boulonnais. Il la fera aussi concourir au trophée “Trait d’Avenir”. Une compétition scindée en deux épreuves. Une première de traction, la seconde de maniabilité ludique. Voilà six mois qu’Aurélien Hollander prépare sa jument pour l’événement. Pas question de faire pâle figure. “J’y vais pour gagner», dit-il avec un grand sourire conquérant.

Aurélien Hollander entraîne sa jument à l’exercice de traction. © DR

Une victoire signifierait beaucoup pour lui. “Cela me donnerait du crédit pour mes futurs projets.” Car Aurélien Hollander est à un tournant. Ses problèmes musculaires liés à sa maladie s’accentuant avec l’âge, il peine de plus en plus à s’adonner à son travail d’éleveur. Il mûrit depuis quelque temps une réorientation de son activité. Pour lui donner plus de sens. Mettre à l’honneur aussi ses 19 chevaux boulonnais, une race à faible effectifs qu’il est urgent de préserver. “Si on ne les utilise plus, on ne les élève plus. Si on ne les élève plus, ils disparaîtront », s’inquiète-t-il.

Projet vertueux

Une idée lui est alors venue. Dès le mois d’avril 2020, Aurélien Hollander se lancera dans le maraîchage en traction animale. Un projet qui répond aux enjeux écologiques d’aujourd’hui tout en utilisant les bienfaits des chevaux.

Les cheveux sont un outil de traction précieux, assure-t-il. Ils ont un vrai intérêt dans les espaces sensibles, en forêt par exemple, pour le travail de débardage notamment. Des communes les utilisent également comme moyen de déplacement ou de ramassages d’ordures. Je m’en félicite car c’est un très bon moyen de les pérenniser.

D’autant que le maraîchage en traction animale, Aurélien Hollander s’y connaît un peu. “Mon père et mon grand-père étaient maraîchers. J’ai été bercé par des histoires de chevaux utilisés pour l’agriculture dans le marais audomarois, d’où je suis originaire ». Avant de philosopher sur le cheminement qui l’a profondément conduit à se lancer dans sa future activité. “Quand on ne sait plus où on en est, il faut savoir d’où on vient.”

Aurélien Hollander, dans son écurie. © DR

Simon Henry

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires