Votre météo par ville

Galop d’essai pour Aurélien Hollander au Salon de l’agriculture 2020

04-02-2020

Grand format

Bien dans ses bottes

Éleveur de chevaux boulonnais à Wavrans-sur-l’Aa (62), Aurélien Hollander, présentera l’une de ses juments pour la première fois au Salon de l’agriculture. Il la fera participer au trophée « Trait d’Avenir ». Ce portrait s’inscrit dans le cadre de notre grand format sur le SIA 2020.

Aurélien Hollander avec la jument qu’il présentera au Salon international de l’agriculture 2020. © DR

La vie ne lui a pas fait de cadeau, mais lui, ne s’en plaint pas. Bien au contraire. Aurélien Hollander, 39 ans, est éleveur de chevaux à Wavrans-sur-l’Aa (62). Une activité à laquelle il se voue avec passion. Avec mérite aussi. Atteint de la maladie de Little depuis sa naissance, sa pathologie lui provoque une raideur musculaire au niveau des membres inférieurs. Et à défaut de pouvoir tenir parfaitement sur ses jambes, Aurélien Hollander s’appuie sur un remarquable état d’esprit.

Briller pour avancer

Une force de conviction qu’il emportera avec lui au prochain Salon international de l’agriculture 2020. Membre du syndicat hippique boulonnais, Aurélien Hollander présentera une jument de race boulonnais. Il la fera aussi concourir au trophée « Trait d’Avenir ». Une compétition scindée en deux épreuves. Une première de traction, la seconde de maniabilité ludique. Voilà six mois qu’Aurélien Hollander prépare sa jument pour l’événement. Pas question de faire pâle figure. « J’y vais pour gagner», dit-il avec un grand sourire conquérant.

Aurélien Hollander entraîne sa jument à l’exercice de traction. © DR

Une victoire signifierait beaucoup pour lui. « Cela me donnerait du crédit pour mes futurs projets. » Car Aurélien Hollander est à un tournant. Ses problèmes musculaires liés à sa maladie s’accentuant avec l’âge, il peine de plus en plus à s’adonner à son travail d’éleveur. Il mûrit depuis quelque temps une réorientation de son activité. Pour lui donner plus de sens. Mettre à l’honneur aussi ses 19 chevaux boulonnais, une race à faible effectifs qu’il est urgent de préserver. « Si on ne les utilise plus, on ne les élève plus. Si on ne les élève plus, ils disparaîtront », s’inquiète-t-il.

Projet vertueux

Une idée lui est alors venue. Dès le mois d’avril 2020, Aurélien Hollander se lancera dans le maraîchage en traction animale. Un projet qui répond aux enjeux écologiques d’aujourd’hui tout en utilisant les bienfaits des chevaux.

« Les cheveux sont un outil de traction précieux, assure-t-il. Ils ont un vrai intérêt dans les espaces sensibles, en forêt par exemple, pour le travail de débardage notamment. Des communes les utilisent également comme moyen de déplacement ou de ramassages d’ordures. Je m’en félicite car c’est un très bon moyen de les pérenniser. »

D’autant que le maraîchage en traction animale, Aurélien Hollander s’y connaît un peu. « Mon père et mon grand-père étaient maraîchers. J’ai été bercé par des histoires de chevaux utilisés pour l’agriculture dans le marais audomarois, d’où je suis originaire ». Avant de philosopher sur le cheminement qui l’a profondément conduit à se lancer dans sa future activité. « Quand on ne sait plus où on en est, il faut savoir d’où on vient. »

Aurélien Hollander, dans son écurie. © DR

Simon Henry

Facebook Twitter LinkedIn Google Email

Au cœur des terres

#terresetterritoires