Votre météo par ville

Confinement : les quantités de dons alimentaires en forte hausse

07-04-2020

Actualité

C’est tout frais

Solaal a enregistré de plus grosses quantités de dons alimentaires qu’au cours d’une semaine classique, dans les Hauts-de-France et surtout au niveau national. L’association rappelle que le don, défiscalisé, peut être une solution pour un producteur sans débouchés.

“Dans le contexte du Covid-19, Solaal peut aider, gratuitement, les acteurs du milieu agricole à trouver des débouchés à leurs invendus”. C’est ce qu’a tenu à rappeler l’association facilitant le lien entre les donateurs des filières agricoles et les associations d’aide alimentaire.

Mais il semble que les agriculteurs n’ont pas attendu la piqûre de rappel et ont donné, par la force des choses… plus que d’habitude.

“Nous avons de nouveaux donateurs, mais aussi des agriculteurs qui donnaient régulièrement et ont fait plus de dons ces derniers temps, en raison de la fermeture des restaurants et cantines notamment”, observe Cécile Peltier, chargée de mission Solaal dans les Hauts-de-France.

Cinq fois plus de tonnes de fruits et légumes

Et pour illustrer ce phénomène, elle sort les chiffres : “Au niveau national, 200 tonnes d’aliments ont été données au cours de la 2e semaine de confinement. Cela représente 10 % des dons annuels !”. En résumé, la filière agricole a donné une quantité de fruits et légumes cinq fois plus élevée qu’en temps normal.

Dans les Hauts-de-France, on observe la même tendance, dans une moindre mesure : ” Les agriculteurs ont fait don de 28 641 kilos depuis le 16 mars 2020. Au cours de l’année 2019, ce sont 350 tonnes qui avaient été données”, détaille Cécile Peltier. Ainsi depuis le début du confinement, plus de 8 % des dons annuels ont été effectués. Il y a donc eu une hausse de 50 % des quantités de pommes de terre, carottes, betteraves, fraises et autres fruits et légumes données aux associations.

Autre observation : de nouveaux aliments ont fait leur apparition. “On a vu des produits qui jusque là n’avaient jamais été donnés, comme la viande sous vide”, précise Cécile Peltier.

dons alimentaires @Solaal
Photo d’illustration – dons alimentaires dans la région gérés par Solaal. © Solaal

“Tout le monde a fait des compromis”

Une fois les dons effectués, Solaal se charge de la répartition des produits vers les associations habilitées (La Croix rouge, le Secours populaire, les Resto du coeur ou encore les épiceries solidaires Andes… – toute la liste est à retrouver : ici). En général, ce sont elles qui viennent récupérer les denrées dans les exploitations.

Cette fois-ci, il a fallu s’adapter à la situation. “Beaucoup de bénévoles étant retraités, certains n’ont pas pu se déplacer (pour des raisons sanitaires, ndlr), explique Cécile Peltier. Les donateurs ont très bien compris la situation, certains agriculteurs ont livré directement, d’autres ont stocké. Tout le monde a fait des compromis, c’était beau à voir !”.

dons alimentaires @Solaal
Photo d’illustration – dons alimentaires dans la région gérés par Solaal. © Solaal

“Quand on a besoin de nous, on est là”

“En cas de crise, Solaal est toujours là, notre efficacité a été prouvée, souligne la chargée de mission. Avec le soutien des associations d’aide alimentaire, nous avons tout fait pour récupérer les produits. De plus, toutes les filières agricoles ont également communiqué sur notre association, c’est très appréciable.”

Alors pour faire un don vous aussi, rendez-vous sur le site de Solaal : https://dons.solaal.org/ . Pour rappel, à la suite du don, l’association d’aide alimentaire délivre une attestation au donateur. Il peut ainsi bénéficier d’une réduction d’impôt de 60 % du coût de revient du produit donné.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires