Votre météo par ville

“Découvrir comment éviter l’adaptation d’un virus à l’être humain”

27-05-2020

Actualité

C’est tout frais

Jean-Luc Angot, chef du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire au ministère de l’Agriculture, revient le temps d’une interview sur les épidémies d’origine animale.

Interview réalisée par l’Institut de l’élevage. Retrouvez le podcast sur le site de l’Idele.

Jean-Luc Angot, chef du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire au ministère de l’Agriculture. © Ministère de l’agriculture

Spécialiste de la santé publique vétérinaire en France, Jean-Luc Angot revient sur les facteurs de propagation de maladies animales à l’homme et insiste sur une meilleure coopération entre médecine humaine et animale.

75 % des nouvelles maladies sont issues de zoonoses, ces maladies animales qui se transmettent à l’homme. Le Covid-19 en fait partie. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Il y a plusieurs facteurs qui expliquent cette augmentation de zoonoses. Tout d’abord, la croissance démographique et la densité de population humaine jouent un rôle très important. Ensuite, le trafic international de personnes ou de biens de plus en plus dense et qui favorise la propagation de ces épidémies. De manière plus anecdotique, on pense également aux transformations des habitudes alimentaires et à la consommation plus importante de protéines animales, mais aussi à l’évolution des systèmes culturaux et d’élevage.

Toutefois, le facteur primordial est la modification des écosystèmes. Elle est induite par le changement climatique mais aussi par la déforestation. On peut penser plus classiquement à la création de réserves d’eau stagnantes qui favorisent le développement des larves de moustiques vecteurs de virus. Dans un autre cas, avec la déforestation, les élevages sont plus proches des milieux naturels et donc des animaux sauvages. La transmission et l’adaptation des virus aux élevages ou aux humains sont donc plus probables.

“Avec la déforestation, les élevages sont plus proches des milieux naturels et donc des animaux sauvages. La transmission et l’adaptation des virus aux élevages ou aux humains sont donc plus probables”, Jean-Luc Angot, chef du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire au ministère de l’agriculture. © Pixabay

La proximité des élevages avec la faune sauvage favorise les mutations des virus. Est-ce qu’un élevage intensif est davantage protégé ?

En un sens, dans un élevage intensif, la promiscuité des animaux est plus importante et les possibilités de mutations du virus plus importantes. Mais dans un autre sens, la concentration des animaux dans un même lieu permet d’avoir une surveillance plus accrue. Il y a aussi moins de contacts avec la faune sauvage.

Cette proximité entre la faune sauvage, les élevages et les humains semble évidente en Asie avec les marchés de viande sauvage. Qu’en est-il dans d’autres pays ?

La viande sauvage est principalement consommée en Asie et en Afrique. N’oublions pas que le sida a son origine dans la viande de singe. Cependant, les marchés de viande sauvage sont interdits. Mais il y a toujours une différence entre interdire et faire respecter cette interdiction. Sans contrôles ni sanctions il est difficile de faire évoluer les mentalités. D’autant plus que c’est une pratique culturelle.

La libéralisation des échanges commerciaux continue d’être débattue, notamment avec les accords UE-Mercosur. Quels sont les risques de ce type d’accord d’un point de vue sanitaire ?

Ces accords vont développer les échanges internationaux et augmenter les risques de zoonoses. Ces trafics pourront être à l’origine d’un développement de maladies émergentes ou réémergentes.

Face à cela, quel est le rôle de la communauté européenne ?

Suite à la crise du H5N1 en 2006, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) ainsi que la Banque de France et de nombreuses fondations ont créé un programme commun appelé “One health” (“Une seule santé”, ndlr).

L’idée est de faire coopérer les médecines humaines et animales pour avoir une vraie continuité. En 2020, à l’heure du Covid-19, il est temps que ce programme soit concrètement mis en œuvre afin d’améliorer la recherche interdisciplinaire. Le but est avant tout de découvrir comment nous pouvons éviter l’adaptation d’un virus à l’être humain. Et ainsi empêcher l’émergence de nouvelles maladies.

Interview de Philippe Chotteau (Institut de l’élevage) retranscrite par Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires