Votre météo par ville

Eau : “Désimperméabiliser” pour régner sans envahir

31-03-2023

Actualité

C’est tout frais

À l’occasion de la journée mondiale de l’eau le 22 mars dernier, l’IMT Nord Europe a accueilli la séance plénière du parlement des jeunes pour l’eau Artois-Picardie. L’occasion de parler imperméabilité des sols et solutions pour y remédier.

En végétalisant les espaces anciennement minéraux, l’IMT Nord Europe a fortement réduit son impact sur l’imperméabilisation des sols. © IMT Nord Europe

C’est sur le campus douaisien de l’IMT Nord Europe, fusion des Mines de Douai et de Télécom Lille, que les lycéens du parlement des jeunes pour l’eau Artois-Picardie se sont réunis en séance plénière ce 22 mars.

Le lieu n’a pas été choisi au hasard. Ce campus a fait l’objet d’une rénovation d’ampleur visant à le transformer en éco-campus. Parmi les axes de travail les plus importants : la “désimperméabilisation” du campus. L’occasion de parler des villes, de l’eau, des sols et du regard qu’on lui porte.

Lire aussi : La transformation en éco-campus de l’IMT : Un exemple à suivre

Du tout à la rue au tout-à-l’égout

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, dans les villes c’était le “tout à la rue”. Cela véhiculait des maladies liées à l’eau. Ces maladies restent parmi les premières causes de mortalité dans certaines régions du globe, explique Hervé Canler, chargé d’étude à la gestion des eaux pluviales à l’agence de l’eau Artois-Picardie. C’est pourquoi au XIXe, avec le mouvement hygiéniste, on est passé au “tout-à-l’égout”. L’eau stagnante est devenue l’ennemi et était considérée comme un déchet qu’il fallait évacuer le plus vite possible à l’extérieur des villes.”

Si cette doctrine a permis de vaincre les épidémies liées à l’eau, elle a créé d’autres problèmes : imperméabilisation des sols, invisibilité de l’eau et modification importante des cours d’eau.

Ainsi, si dans des zones naturelles, environ 50 % de l’eau de pluie reste dans les sols et 10 % s’évaporent ; dans les villes, seule 5 % de l’eau de pluie va dans les sols et 55 % s’évaporent.

Par ailleurs, selon Hervé Canler, “les métiers liés à l’assainissement de l’eau sont décorrélés de l’aménagement. On se pose les questions après coup”. 

Résultat, alors que les réseaux d’eau sont dimensionnés pour un volume donné, lors de fortes précipitations, le système ne peut plus faire face et ce sont les déversoirs d’orages qui réceptionnent. Cette eau en surplus est envoyée directement à la mer sans le passage par la station d’épuration.

“ville transparente”

Aussi, pour ce spécialiste, le système actuel a montré ses limites : inondations et coulées de boue en sont les preuves. Mais quelles solutions apporter ? Grossir les tuyaux et construire de nouveaux bassins d’orage ?

C’est un cercle vicieux d’investissement sans fin.” 

Pour lui, la solution est de changer de regard sur l’eau et favoriser son infiltration pour qu’elle reprenne son cycle naturel.

Pour cela, il faut parvenir à “une ville transparente, c’est-à-dire laissant passer l’eau. Il faut (re)découvrir les rivières, et profiter de chaque projet de rénovation pour intégrer la gestion des eaux pluviales dans la réflexion mais aussi le faire pour les nouveaux projets”.

Changer de regard sur l’eau et favoriser son infiltration pour qu’elle reprenne son cycle naturel.

Certains grands principes peuvent ainsi être mis en place comme ne pas concentrer l’eau, ne pas imperméabiliser grâce à des matériaux adaptés (“on peut même le faire pour les voiries !”) ou encore donner au moins deux fonctions à un même espace.

On peut imaginer la création d’espaces verts, pour le loisir, mais en creux plutôt que bombé afin de favoriser l’écoulement de l’eau.”

Mais enfin et surtout, pour Hervé Canler, la solution sera celle de la collaboration.

Il faut que cela devienne l’affaire de tous les services qui gèrent la ville afin de ne plus gérer après-coup mais bien en amont.”

Eglantine Puel

Lire aussi : Objectif ZAN : Comment l’appliquer ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires