Votre météo par ville

Éducation : Les élèves font des bulles de savoir

16-05-2023

Actualité

C’est tout frais

Le deuxième tome de la BD Super Espèces sera dessiné sur la base de story-boards imaginés par les élèves de l’académie. Parmi eux, les CE2/CM2 de l’école Arago de Boulogne-sur-Mer, qui ont bénéficié d’un atelier avec l’illustrateur Anatole Blondiaux.

Éducation : Les élèves font des bulles de savoir © J.P.D.

Il y a Timéo, 9 ans, qui adore dessiner les animaux en tête desquels les guépards.

Et Inaya, 10 ans, qui préfère, elle, dessiner les animaux de la ferme mais qui ” a dessiné un château entier l’autre jour “, explique sa copine.

Il y a encore Lilian, 8 ans, qui préfère lui dessiner des joueurs de foot, des astronautes et des météorites. Des dessins qu’il vend ensuite à ses cousins, “pour 1 euro“.

Et puis Amandyne, 11 ans, qui se penche généralement sur les visages, “ mais de femmes parce que leurs cheveux sont plus faciles à faire “.

Ben oui il faut la comprendre. Elle est surtout entourée d’hommes sans cheveux justifie-t-elle sans pour autant viser son instituteur, pas très chevelu mais c’est un hasard : Franck Dufossé, ” maître ” des CM2 de l’école Arago à Boulogne-sur-Mer.

Les CE2/CM2 co-auteurs d’une BD sur la biodiversité

Une classe pas tout à fait comme les autres déjà, puisqu’elle fait partie de l’aire marine éducative (AME) (lire l’encadré ci-dessous) de Boulogne-sur-Mer.

Dans le cadre de leur participation à l’Aire marine éducative, les CM2 ont réalisé un inventaire de la biodiversité de la plage du moulin Vibert. © J.P.D.

À l’invitation du conseiller pédagogique et jamais repue d’initiatives liées au développement durable, la classe de monsieur Dufossé a postulé cette année au concours Super Espèces en envoyant une planche réalisée collectivement.

Le règlement imposait à chaque classe (mais ici les CE2 d’à côté se sont greffés au projet tant il était intéressant) de choisir parmi quelques espèces présentes dans les Hauts-de-France et d’écrire un scénario, puis d’en tirer un story-board (sorte de brouillon).

Après discussions et vote, les 31 élèves ont choisi le milieu maritime, what else, et le grand dauphin pour espèce principale, et le requin-pèlerin et l’eider à duvet (un oiseau) en secondaire. Ils ont aussi retenu un titre : “Retour à l’envoyeur”.

Le choix du thème, une évidence, la pollution humaine. Résultat : un story-board imaginé, dessiné et rédigé collectivement, accompagné d’une fiche technique sur les espèces en question.

Retenues avec 24 autres à l’échelle régionale, les deux classes verront le résultat de ce travail intégré dans une véritable bande dessinée imprimée, compilation de ces planches, qui leur sera remise en fin d’année accompagnée d’un diplôme d’auteur/autrice de BD Super Espèces.

Ce projet, porté par la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), a été coordonné par Ombelliscience, agence régionale de culture scientifique.

Outre la création de la BD, une cinquantaine d’ateliers ont été dispensés aux classes de primaire, collège et lycée ainsi qu’à un centre socioculturel.

Chaque lauréat a bénéficié d’un atelier avec un naturaliste, pour affiner son scénario et sa fiche technique, et d’un atelier illustration pour apprendre à dessiner, comme par magie ou presque, les espèces retenues.

Lire aussi : La Fête de la mer de retour à Dunkerque

Un grand dauphin sauce super-héros

Jeudi 4 mai, Anatole Blondiaux, l’illustrateur professionnel qui avait intégralement signé le premier tome de Super Espèces et qui sera cette fois chargé de transformer les story-boards des élèves en planches prêtes à imprimer, a appris à la trentaine de gamins à dessiner un grand dauphin.

Le storyboard avec lequel les classses de CE2-CM2 de l’école Arago, à Boulogne-sur-Mer, ont été qualifiées pour le concours Super espèces © J.P.D

Avec ses techniques de dessinateur de BD, celui qui est plus coutumier des super-héros façon comics, a dévoilé ses trucs de pro.

Pour lui, l’idée de Super espèces est ” de montrer que toutes les espèces autour de nous ont une forme de superpouvoir. Et de montrer aux enfants que la biodiversité des Hauts-de-France peut être tout aussi intéressante que les lions, les dragons ou les licornes “, formule l’illustrateur.

Pendant l’atelier, le jeune professionnel dessine l’animal au tableau, étape par étape. Ainsi, les enfants voient les ronds et les traits se transformer en animal marin.

Pour eux, une feuille, un crayon de couleur bleu et quelques feutres.

Le crayon bleu a été l’un des outils de l’atelier illustration, secret de professionnel de la BD oblige! © J.P.D.

Pas de gomme surtout, c’est le premier truc qu’apprend Anatole Blondiaux aux petits bédéistes.

On trace d’abord l’esquisse au crayon bleu sans jamais gommer au risque d’abîmer le dessin ou la feuille.

Les bons traits seront ensuite encrés au feutre noir et le résultat, une fois passé à la photocopieuse, ne gardera que les contours ainsi choisis.

Pas facile pour ces habitués du résultat de laisser les mauvais traits, de ne pas chercher à effacer les erreurs.

On commence par dessiner un cadre dans la feuille, puis un rond qui fera la tête et une ligne directionnelle qui indique vers où regardera l’animal.

Encore une courbe autour de laquelle se déploiera le corps.

Comme ça ? Comme ça monsieur ? ” Les élèves hèlent l’illustrateur qui doit rassurer rang par rang, inviter à rectifier parfois.

Et après les quelques étapes qui feront naître le corps, les nageoires ou le museau, le crayonné est prêt pour l’encrage.

Une fois les contours ainsi définis et le passage à la photocopieuse, reste la couleur.

Pour ça une nouvelle astuce : utiliser des feutres à alcool qui ne se mélangent pas entre eux et permettent de réaliser dégradés et superpositions.

Les enfants sont scotchés par le résultat final, par la transformation de quelques traits en un grand dauphin convainquant.

Le superpouvoir du pas à pas.

Timéo, 9 ans.

J.P.D.

Inaya, 10 ans.
Lilian, 9 ans.
Amandyne, 11 ans.

C’est quoi une aire marine éducative ?


L’aire marine éducative (AME) permet à une ou plusieurs classes d’un établissement d’être co-gestionnaires d’un espace maritime avec une collectivité.

L’objectif est d’émettre un diagnostic et de proposer solutions et améliorations dans sa gestion.


Pour l’école Arago de Boulogne-sur-Mer, trois classes sont engagées (un CE2, un CM1 et un CM2) soit 59 élèves cette année qui cogèrent la plage du moulin Wibert avec la mairie.

Les élèves siègent au Conseil des enfants pour la mer, y élisent leur président de séance et y débattent plusieurs fois par an avant de voter leurs résolutions.

Dans cet exemple, les élèves ont choisi de travailler sur la pollution en nettoyant régulièrement la plage et en créant des panneaux d’information. Ils ont également dressé un inventaire de la biodiversité de l’AME. Une initiative née en Polynésie française et déployée depuis en métropole qui vise à faire des élèves de véritables écocitoyens.

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Zoo : Lille et Dunkerque rouvrent leurs portes

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires