Votre météo par ville

Agrivoltaïsme : Denormandie donne des précisions

06-01-2022

Actualité

Environnement

Intervenant le 4 janvier au Sénat à l’occasion de l’adoption d’une résolution des sénateurs visant à lever les freins à l’agrivoltaïsme, le ministre de l’Agriculture a évoqué les grandes lignes de ce que devrait être la doctrine gouvernementale sur le sujet. 

Terres et territoires - panneaux solaires, photovoltaïque, énergie renouvelables
© Pixabay

Lors de son intervention au Sénat, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a affirmé à maintes reprises la notion de synergie entre la performance agricole et la production d’électricité. « Celle-ci doit rendre un service à celle-là et ne pas s’y substituer », a-t-il insisté. Premiers principes à respecter pour qu’une installation puisse prétendre être agrivoltaïque : être réalisée sur des surfaces déjà artificialisées et que l’activité agricole soit « significative » et cela dans la durée.

Julien Denormandie a aussi déclaré que le droit de l’urbanisme dans ce domaine sera précisé : « Les projets au sol sont déjà soumis à autorisations d’urbanisme, mais cette règlementation fait appel à des notions qui sont mal définies ». En effet, les autorisations d’urbanisme spécifient certes que le projet agrivoltaïque doit être nécessaire ou compatible avec l’activité agricole, « mais sans plus de précisions ». Conséquence : « Cela donne lieu à des interprétations très différentes selon les territoires ». Un principe important énoncé par le ministre est celui de la pérennité du respect des conditions. Pour cela, un suivi de l’activité agricole pourrait être assuré « par des mécanismes de contrôles, et de sanctions en cas de non-respect ».

Inter  : Un premier label pour les projets sur cultures

L’Afnor (Association française de normalisation) vient de mettre en ligne le référentiel du premier label sur l’agrivoltaïsme, destiné aux projets photovoltaïques sur des cultures agricoles, a-t-on appris auprès d’elle le 5 janvier. Pour décrocher ce label, les agriculteurs et développeurs photovoltaïques doivent pouvoir certifier qu’ils respectent un certain nombre de critères liés aux services apportés et au degré d’artificialisation. Par exemple, le taux de couverture de la surface agrivoltaïque doit être inférieur à 50 % de la surface cultivé.. L’occupation du sol induite par l’installation d’une structure agrivoltaïque doit être limitée à 10 % de la surface sous structure agrivoltaïque.

Par ailleurs, les projets doivent procurer un service à l’exploitation agricole, comme la protection face aux aléas climatiques, et le démontrer. Ainsi, tout projet labellisé doit être accompagné d’une zone témoin, qui a pour but de continuer d’accumuler un retour d’expérience, et d’apporter des preuves des bénéfices apportés par la structure agrivoltaïque. Si des dégâts (brûlures, gel, grêle) ont été constatés en zone témoin, ils doivent être moindres sous la structure agrivoltaïque. Un autre label dédié à l’élevage pourrait bientôt suivre.

Lire aussi : Le bioéthanol veut sa part du gâteau

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires