Votre météo par ville

Décarbonation : 13,6 millions d’euros pour ArcelorMittal Dunkerque

18-01-2023

Actualité

Environnement

Le 8 novembre était lancé le plan de décarbonation des 50 sites les plus émetteurs de CO2 en France. Le « champion » : ArcelorMittal Dunkerque, où le ministre de l’Industrie, Roland Lescure, s’est rendu lundi pour annoncer une première enveloppe de 13,6 millions d’euros.

Le ministre de l’Industrie Roland Lescure a annoncé une enveloppe de 13,6 millions d’euros pour accompagner le site dunkerquois du sidérurgiste dans sa décarbonation.
Le ministre de l’Industrie Roland Lescure a annoncé une enveloppe de 13,6 millions d’euros pour accompagner le site dunkerquois du sidérurgiste dans sa décarbonation. © J.D.P

Décarboner l’industrie, c’est le double défi – écolonomique si l’on ose – du plan lancé le 8 novembre dernier par Emmanuel Macron, qui visait les «  50 sites les plus émetteurs de France ». Un défi écologique, évidemment, un défi économique également : c’est seulement en parvenant à négocier le virage de la transition que l’industrie française pourra s’assurer un avenir.

Une prise de conscience collective qui n’a pas attendu ce 8 novembre et qui se décline sur le territoire dunkerquois par la constitution, dès 2018, du collectif CO2, récemment renommé « comité décarbonation ». ArcelorMittal «  est au cœur du sujet mais fait aussi déjà partie des solutions avec des actions mises en place comme la récupération de la chaleur fatale pour le réseau urbain  », rappelle le sous-préfet de l’arrondissement de Dunkerque, Hervé Tourmente. Avec le sidérurgiste, Aluminium Dunkerque, Ferroglobe et Comilog, trois autres industriels du territoire, gros émetteurs eux aussi. À leurs côtés, la chambre de commerce et d’industrie, la communauté urbaine de Dunkerque ou encore le Grand port maritime et l’Ademe.

La nécessité ne fait pas un pli, le terreau existe avec «  une collaboration rare » sur le territoire, noteront tour à tour le P.-D.G. d’ArcelorMittal France comme le ministre de l’Industrie, Roland Lescure, en visite lundi 16 janvier. Objectif de sa venue : acter la participation de l’État, à hauteur de 13,6 millions d’euros (un peu plus de 6 millions d’euros sont également fléchés vers l’autre site du géant sidérurgique, à Fos-sur-Mer (13), produisant encore de l’acier et où le projet global de décarbonation est estimé à 300 millions d’euros). Car c’est l’ensemble du processus de fabrication d’acier qu’il s’agit de remettre à plat. «  C’est notre responsabilité sociétale », a formulé le P.-D.G. d’ArcelorMittal France, Matthieu Jehl.

ZIBaC, pour des territoires industriels bas carbone

La coulée continue, à ArcelorMittal Dunkerque, où sont produits les brames d’acier. © J.D.P
La coulée continue, à ArcelorMittal Dunkerque, où sont produits les brames d’acier. © J.D.P

« Ce que nous nous apprêtons à faire n’a pas été fait depuis la construction des dernières grandes industries sidérurgiques ou celle des dernières raffineries.  » Le P.-D.G. pose l’ampleur de la feuille de route de décarbonation du sidérurgiste. Comme ne manque  pas de rappeler le ministre de l’Industrie : « Parmi les 50 sites les plus émetteurs de CO2 en France, ArcelorMittal Dunkerque (Grande-Synthe pour être très précis) est le grand champion ». Et qu’au total sept des 50 plus gros émetteurs se situent dans le Dunkerquois.

Avec une marge de progression énormissime, par rapport aux autres industries, mais aussi par rapport aux autres sites mondiaux du groupe plus avancés dans la décarbonation en raison d’infrastructures plus récentes (notamment les fours électriques, qui viendront remplacer les hauts fourneaux à terme), le site nordiste a logiquement servi de décor au lancement du plan ZIBaC pour « zones industrielles bas carbone ».

Celui-ci, rappelle le gouvernement, « vise à proposer des territoires clé en main pour l’implantation de nouvelles industries décarbonées afin de renforcer l’attractivité du pays » en accompagnant le déploiement, sur les zones sélectionnées, « de l’ensemble des infrastructures nécessaires à la transition écologique de l’industrie : production d’hydrogène, installations de capture de carbone et de transport vers des forages de séquestration souterraine, renforcement des réseaux électriques, mise en place de réseaux de chaleur…  »

Une stratégie déjà payante, note le sous-préfet qui rappelle l’installation prochaine de l’usine de fabrication de cellules de batteries bas-carbone Verkor sur le territoire (500 millions d’euros investis, 1 200 emplois directs à l’horizon 2025). Ce lundi, c’est tout symboliquement que le ministre de l’Industrie a donc déclaré « premiers lauréats de l’appel à projet ZIBaC les usines ArcelorMittal de Dunkerque et de Fos-sur-Mer ».

1,4 milliard d’euros

Le P.-D.G. d’ArcelorMittal
France Matthieu Jehl  et le ministre de l’Industrie
encadrent le responsable du
dernier né des parcs à matières
permettant d’intégrer une part
d’aciers recyclés dans la
fabrication de fonte.
Le P.-D.G. d’ArcelorMittal France Matthieu Jehl (avec le gilet fluo) et le ministre de l’Industrie encadrent le responsable du dernier né des parcs à matières permettant d’intégrer une part d’aciers recyclés dans la fabrication de fonte. © J. D. P.

Concrètement pour le site sidérurgique, trois leviers pour réduire l’émission de CO2 qui, comme le rappelle Matthieu Jehl « est un élément de la recette et pas juste la conséquence d’un processus de fabrication. Car le carbone possède un haut potentiel de réduction du minerai de fer. Nous allons donc changer la recette, et modifier les ingrédients mais aussi une partie des casseroles ». En filant ainsi la métaphore culinaire, il affirme que les hauts fourneaux seraient au cœur du problème. Aujourd’hui, sur les trois installations emblématiques, deux sont à l’arrêt. Le dernier devrait tenir jusque 2035-2040, après révision d’usage (un quasi grand carénage), date de la fin annoncée, donc, des hauts fourneaux.

Premier levier : l’adjonction d’acier recyclé dans le processus de fabrication de la fonte qui permet de remplacer grosso modo l’équivalent d’un haut fourneau. C’est 1 million de tonnes de CO2 économisées par an.

Deuzio : alimenter les infrastructures au gaz naturel puis à l’hydrogène et émettre de l’eau (H2O) au lieu du CO2. Pour ça, utiliser une nouvelle recette de fonte et déployer des fours électriques.

Enfin, travailler sur le captage-stockage du CO2 avant de l’enfouir dans la mer du Nord ou de le valoriser en chimie pour la production, par exemple, de combustibles artificiels dits « fiouls verts ». À ce sujet, DMX, un démonstrateur, permet actuellement de tester ce processus de captage puis stockage avant, les études devront suivre, d’imaginer que faire de ce CO2.

L’ensemble des processus et infrastructures visant à réduire les émissions de plus de 50 % devrait être opérationnel pour la fin 2026. L’enveloppe globale a été estimée à 1,4 milliard d’euros et les 13,6 millions annoncés par le ministre lundi 16 janvier visent d’abord à financer les études nécessaires au lancement du chantier pharaonique. Pour que l’État puisse poursuivre ses financements, il faudra encore le feu vert de l’Europe. 

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Ingredia : La coopérative se dote d’une nouvelle chaufferie biomasse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires