Votre météo par ville

Flore. La liste rouge des espèces qui disparaissent

19-07-2019

Actualité

C’est tout frais

Ce n’est pas un inventaire à la Prévert mais un bilan objectif, élaboré par le Conservatoire botanique de Bailleul (59) qui a de quoi faire blêmir… 132 espèces végétales indigènes ont disparu des Hauts-de-France et 200 sont menacées.

Clémence Henderyckx, du Conservatoire botanique national de Bailleul, présente la liste rouge et l’une des plantes menacées, l’œillet des chartreux, espèce vulnérable. © DR

On peut croire au miracle. Imaginer une main divine venir baisser le thermostat de la planète et ainsi soulager nos glaciers, nos animaux, nos poumons et nos plantes. On peut ne pas croire, refuser de voir. On peut aussi constater, pour agir. C’est le parti pris du Conservatoire botanique national de Bailleul, qui, comme dix autres en France, observe l’évolution des végétaux, les préserve et sensibilise le public à leur importance.
La liste rouge qu’il vient d’établir (au même titre que les autres conservatoires) est le fruit de plusieurs années de recherches concrètes sur le terrain par des scientifiques et des collaborateurs bénévoles, mais aussi documentaires, parmi les herbiers et ouvrages botaniques  existants.
Près de 3,6 millions de données ont ainsi été étudiées, triturées, décortiquées par les équipes, avec un objectif : établir un bilan objectif du niveau de menace pesant sur les espèces de plantes vasculaires (avec racines) et bryophytes (type de mousses) dans les Hauts-de-France.
« Un travail de longue haleine, précise Clémence Henderyckx, chargée de communication au conservatoire. La méthodologie de travail a été établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). C’est en fait la combinaison, pour chaque espèce, de plusieurs critères : la réduction de la population (sur un maximum de 10 ans), sa répartition géographique, le nombre et la taille des populations. »

Plus d’espèces menacées dans la région
Et le bilan des études est pour le moins inquiétant : sur les 1 500 espèces indigènes connues depuis les premiers recensements du XIXe siècle, 132 ont totalement disparu dans la région comme l’adonis couleur de feu ou la menthe à longue feuille (8,8 % du total des espèces indigènes) et 200 sont menacées comme certaines orchidées ou la raiponce bleue (13,3 %).
« Ce qui ne veut pas dire que ces espèces ont totalement disparu. Elles peuvent être présentes dans d’autres régions françaises et européennes », tente de rassurer Clémence Henderyckx. Deuxième inquiétude, la menace semble accentuée dans notre région, puisqu’au niveau national, 9 % de la flore vasculaire sont menacés, c’est 4 % de moins que pour les Hauts-de-France. Concernant les mousses briophytes, le constat est encore plus alarmant : si 47 espèces indigènes ont disparu en région, sur les 544 connues, 122 sont menacées. C’est près d’un quart du total des espèces…
Si la disparition des animaux a tendance à émouvoir fortement, celle des végétaux revêt tout autant d’enjeux, pas toujours perçus par le grand public… « C’est tout un écosystème qui est menacé, déplore Clémence Henderyckx. Les espèces ont besoin les unes des autres pour vivre. Prenons un exemple tout simple, certaines espèces de papillons ont besoin de certaines espèces d’orties pour pondre, cette dépendance existe partout ! Mais, chaque plante a une valeur patrimoniale, elle a le droit d’exister en tant qu’espèce vivante ! Une plante qui disparaît, c’est aussi le témoin qu’un milieu disparaît… »

La graine, trésor de patrimoine
Sans étonnement, l’équipe de scientifiques voit dans les mutations de nos modes de vies l’explication à ce bouleversement des écosystèmes : l’industrialisation, l’urbanisation massive avec l’artificialisation des sols, l’intensification agricole avec le retournement des terres et l’utilisation d’herbicides. La première raison avancée est la déprise agricole.
« Il s’agit des espaces qui étaient autrefois utilisés pour l’agriculture, l’élevage… et ne le sont plus, précise Thibault Pauwels, chef du service écocitoyenneté. Sur les coteaux calcaires par exemple, on faisait de l’élevage de moutons, l’arrêt de cette pratique a favorisé l’installation des genévriers et prunellier en quantités tellement grandes que le milieu a changé et que les orchidées (notamment) présentes se sont raréfiées jusqu’à disparaître pour certaines. Voici pourquoi aujourd’hui nous conseillons aux gestionnaires d’espaces naturels de pratiquer l’écopâturage. » Les espèces envahissantes et les espèces végétales exotiques ou animales, comme le rat musqué dans le Marais audomarois par exemple, font partie des menaces les plus récentes.
Secouées, mais pas abattues, les équipes du conservatoire, portées par leur mission de transmettre aux générations futures le patrimoine végétal sauvage, poursuivent leurs efforts. Dans leurs congélateurs, reposent près de 33 millions de graines de végétaux. Elles serviront à des réintroductions, comme celle de la cigüe (considérée en danger) dans le Marais audomarois, en veillant toujours à ce que les conditions lui soient favorables : si le milieu n’est pas propice, cela ne servira à rien… Elles seront, pour certaines, distribuées aux adhérents du conservatoire afin qu’ils les plantent dans leurs jardins puis ramènent leurs graines l’année suivante.
Enfin, pour certaines, elles seront plantées et surveillées comme le lait sur le feu, dans le cocon de nature où chantent encore les batraciens des jardins du conservatoire. C’est le cas de la saponaire des vaches (en danger critique) ou l’œillet des chartreux (menacé) choyées sur place, le temps, espérons-le, de leur retrouver des terres accueillantes, dans le monde réel.
Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Concours : Mélodie Lehoucq, jeune championne de dessert
À 18 ans, Mélodie Lehoucq a terminé 5 du championnat de France du dessert catégorie juniors. La championne régional [...]
Lire la suite ...

Plan Bio : Rencontre entre acteurs des territoires
Organisée par la région Hauts-de-France et la Draaf, une rencontre des territoires bio s'est tenue le mardi 21 mai dan [...]
Lire la suite ...

Sélection : Le Boulonnais comme passion
Marie-Laure et Jean-Pierre Longueval élèvent et sélectionnent des moutons du Boulonnais depuis un peu plus d'une déc [...]
Lire la suite ...

Portrait : Julien Tourtelot, le footballeur maraîcher
À 27 ans, Julien Tourtelot porte plusieurs maillots. Celui de footballeur à l'US Vimy en Nationale 3, la sixième divi [...]
Lire la suite ...

Portrait : Gregory Nocqs, agriculteur traileur
Agriculteur installé à Thiant, près de Valenciennes, Gregory Nocqs est un passionné de trail qui court pour le plais [...]
Lire la suite ...

Événement : à Tilloy-lès-Mofflaines, Terres en fête se prépare
Terres en fête débute vendredi prochain mais, depuis plusieurs semaines déjà, organisateurs et entreprises prestatai [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires