Votre météo par ville

Grandes cultures : rémunérer plutôt que taxer la réduction des GES

08-06-2021

Actualité

Environnement

Le think-tank Pluriagri a lancé, fin mai, un cycle de webinaires consacrés aux services environnementaux. Le premier portait sur la structuration de l’offre et de la demande en matière de gaz à effet de serre (GES).

Terres et territoires paysages agricoles colza haies © Pixabay
© Pixabay

Incitation plutôt que coercition. C’est le fil directeur des propositions faites par les intervenants durant le premier des cinq webinaires du think-tank Pluriagri. Ces derniers sont consacrés aux services environnementaux pour rendre l’agriculture neutre en carbone. « Pour atteindre cette neutralité en carbone, deux voies sont possibles : la décroissance ou la croissance », a déclaré Éric Thirouin, président de l’APGB. « Les céréaliers ont fait le choix de la croissance ». 

Selon le responsable professionnel, il faut en effet engager l’agriculture vers le progrès et « investir dans l’innovation, le biocontrôle, les pratiques agronomiques et la génétique »« Opter sur la décroissance, en misant sur la baisse de la production de céréales, en mettant en jachères des centaines de milliers d’hectares ou en taxant l’utilisation d’engrais chimiques, comme le promulgue la Commission européenne et son programme « de la fourche à la fourchette », conduira à sacrifier la souveraineté alimentaire de l’Union européenne », estime-t-il.

Un revenu complémentaire

Émettrice de gaz à effet de serre (GES) GES, l’agriculture est aussi la solution pour les réduire. Les exploitations agricoles « grandes cultures » qui s’engageraient pendant cinq ans dans le dispositif « label bas carbone » d’Arvalis pourraient dégager des revenus complémentaires de plusieurs milliers d’euros. Il est en cours de validation auprès du ministère de la Transition écologique.

Plus le prix de la tonne de carbone sera élevé, plus le dispositif d’Arvalis sera incitatif. En effet, les agriculteurs auront alors les moyens de s’engager dans un programme ambitieux. Une réduction de 0,5 tonne d’équivalent carbone par hectare et par an générerait un gain annuel de 15€/ha si la tonne de CO2 vaut 30€. À 60€/t, les gains seront de 30€/ha et par an (3 000€ pour 100 ha).

Lire aussi : Crédits carbone : quand écologie et performances économiques vont de pair dans les exploitations laitières

Programme Oléoze

Les agriculteurs qui auraient déjà adopté des pratiques agricoles vertueuses pourraient adhérer au dispositif. La méthode bas carbone « grande cultures » d’Arvalis pourrait être couplée à des méthodes similaires. Comme celles portant sur les haies ou sur la méthanisation. En revanche, la méthode « Carbon agri » retenue dans les exploitations d’élevage couvre déjà les grandes cultures.

Mieux rémunérer le produit fini est la voie choisie par le programme Oléoze du groupe Avril présenté par Émilie Halle. Les agriculteurs qui adoptent des pratiques agricoles vertueuses (réduction de la profondeur du labour, le semis direct) pour cultiver des oléagineux (colza, tournesol) « à haute réduction de gaz à effet de serre » destinés à la production de biocarburants, bénéficient d’un bonus de prix de 25 € /t en moyenne.

Dans le Nord-Pas de Calais, où le bilan carbone net de la culture de colza est largement positif, le bonus versé atteint 45 €/t. Pour cela, les agriculteurs doivent avoir opté pour le semis direct et n’épandre que des engrais organiques.

Pascale Gaillot, vice-présidente de la région « Grand Est », encourage l’essor de ces méthodes bas carbone en finançant en partie les coûts des projets. À l’échelle nationale, l’agriculture doit avoir réduit de 46 % ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2015 d’ici 2050. La France doit atteindre la neutralité carbone à cette échéance. 

Actuagri

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires