Votre météo par ville

Hauts-de-France : quel risque de submersion marine sur le littoral ?

21-03-2024

Actualité

C’est tout frais

Selon une étude publiée en janvier 2024 par l’Insee, plus de 20 000 personnes vivent dans une zone exposée à la submersion marine dans les Hauts-de-France. Arnaud Héquette, chercheur au laboratoire d’océanologie et de géosciences de l’université du littoral Côte d’Opale, décrypte la situation.

La digue des Alliés, à Dunkerque, protège la ville de la submersion marine. Elle est régulièrement réensablée depuis une dizaine d’années. © J. D. P

Dans les Hauts-de-France, plus de 20 000 personnes vivent dans une zone exposée à l’aléa submersion marine. C’est le résultat d’une étude publiée par l’Insee, l’Institut national de la statistique et des études économiques. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Éclairage avec Arnaud Héquette, chercheur au laboratoire d’océanologie et de géosciences de l’université du littoral Côte d’Opale (Ulco) et spécialiste de la question.

La submersion marine, qu’est-ce que ça veut dire concrètement ?

Il y a plusieurs types de submersion marine. Soit la rupture d’un ouvrage au sens large : une digue ou une dune côtière, un objet quel qu’il soit qui va protéger les terres de l’arrière. Le deuxième type de submersion possible est la submersion par déversement. Là, le niveau d’eau est tellement haut que ça passe par-dessus l’ouvrage et l’eau va déborder à l’intérieur des terres. Et puis il y a des submersions par paquets de mer. Les vagues vont projeter de l’eau, vague après vague, à l’intérieur des terres. Ces trois types de mécanisme, ce sont des événements qui sont ponctuels, à marée haute et à haut niveau de tempête.

Mais ces phénomènes vont devenir de plus en plus réguliers…

Oui, ces hauts niveaux d’eau vont devenir forcément de plus en plus fréquents. Je pense, par exemple, à une étude réalisée par des collègues britanniques. Ils ont montré qu’en augmentant le niveau de la mer d’une quarantaine de centimètres pendant le XXIe siècle, ce qui se produisait une fois par siècle en 1990 se produirait tous les ans en 2100. Ce qu’il risque de se produire c’est que les niveaux les plus extrêmes seront plus hauts, et les phénomènes de submersion marine de plus en plus fréquents.

Comment s’y préparer ?

Ça dépend de chaque configuration littorale et ça dépend aussi des enjeux. On ne va pas réagir de la même façon si on a des dunes côtières et à l’arrière un espace naturel, ou si une plage est adossée à une digue et à des habitations. Par exemple, au niveau de dunes qui protègent l’arrière-pays, on peut jouer sur leur dynamique naturelle et l’aider à se reconstituer avec des méthodes douces : des fascines, des ganivelles, des oyats… Ces moyens fonctionnent plutôt bien, mais ils sont pour autant liés à l’état des plages.

On peut aussi réalimenter artificiellement les plages en sable, à l’image du grand rechargement de la digue des Alliés à Dunkerque (réalisé en 2014, ndlr). Ça sert à protéger la digue et ce rechargement, en particulier, a bien fonctionné. La limite, c’est que le sable aura tendance à partir, mais il n’est pas nécessairement perdu. À Dunkerque, une partie du sable s’est, par exemple, dirigée vers la plage de Malo et le gros du rechargement est toujours là, c’est plutôt une bonne nouvelle.

Géodunes – Rechargement de la plage de la digue des Alliés – novembre 2021

Il existe ensuite d’autres moyens comme la surélévation ou le renforcement des digues. C’est tout à fait possible, mais il y a plusieurs désavantages à ces méthodes. D’une part, on artificialise le littoral, on le bétonne. Puis on construit des structures statiques, rigides, avec un effet négatif sur les plages. Ces moyens de protection sont faits pour protéger ce qu’il y a derrière l’ouvrage, mais pas ce qu’il y a devant. Ça peut occasionner, et c’est souvent le cas, plus de réflexion des vagues, de remise en mouvement du sable. C’est ce qu’on observe à Wimereux, à Wissant… Cela protège, mais ce ne sont pas non plus des ouvrages indestructibles et on a vu des tempêtes faire des dégâts importants ces dernières années, comme à Wimereux par exemple. Ces ouvrages, ce sont des coûts de réalisation, mais aussi des coûts d’entretien. C’est la même chose pour les enrochements. Personnellement, je ne trouve pas ça esthétique, ça gêne l’accès à la plage et ça induit de la réflexion de la houle qui a tendance à faire disparaître la plage.

Lire aussi : Dossier : Retour sur les inondations qui frappent le Nord-Pas-de-Calais

Il n’y a donc pas de solution parfaite. Je ne dis pas que le rechargement des plages est la solution parfaite, mais c’est une des solutions et elle est d’ailleurs beaucoup employée en Belgique et aux Pays-Bas. On peut aussi faire un rechargement important, puis des rechargements ponctuels, comme à Dunkerque avec des rechargements de 30 000 m3 régulièrement depuis le grand rechargement de 2014 (1,2 million de m3, ndlr).

Sommes-nous prêts à faire face à ce risque ?

Je pense que les services de l’État prennent cela très aux sérieux. Ils veulent prévoir les choses, s’y prendre à l’avance. Il faut aussi prendre en compte qu’il n’y a pas de problème d’érosion et de submersion partout. Il y a des secteurs encore très stables et où, à l’inverse, le trait de côte ne recule pas et avance même vers la mer. À l’est de Calais, on a par exemple un secteur où c’est le cas et où ça se fait de manière naturelle.

Estimez-vous qu’il y a une prise de conscience ?

Quand j’ai commencé à travailler sur ces questions-là dans la région, il n’y avait pas beaucoup d’échos dans la société, les médias, les pouvoirs publics… Puis, petit à petit, on a de plus en plus parlé du changement climatique et on s’est rendu compte de ses impacts. On voit bien qu’on est beaucoup plus sollicité par les médias ou par les services de l’État. Ils sont pleinement engagés dans tout ça, sachant qu’il est temps de planifier. L’urgence n’est pas dans deux ans, mais forcément cette pression avec des niveaux d’eau de plus en plus élevés va faire qu’il y aura de grands changements et il faut s’y préparer. Dès maintenant, il faut planifier, se protéger de ces événements extrêmes. Ça se fait déjà comme à Dunkerque avec la digue de Malo-les-Bains et l’installation de bancs qui servent aussi de protection. Il y a déjà des moyens de s’adapter.

Devra-t-on faire des choix ?

Quand je discute avec des collègues, on en vient tous à cette conclusion : on voit bien qu’il y a des secteurs où ça va devenir très difficile de protéger ou en tout cas ça va devenir beaucoup trop coûteux de protéger par rapport à la valeur des biens à protéger. Il va bien falloir qu’on fasse des choix et on en vient alors à la notion d’acceptation. Il va falloir travailler avec la population.

Quelle vision avez-vous de l’étude récemment publiée par l’Insee ?

L’étude de l’Insee est très intéressante, elle se différencie de notre approche et s’intéresse aux aspects sociaux du risque de submersion marine (lire ci-dessous). Ce rapport de l’Insee se base sur les cartes des PPRL (lire aussi ci-dessous). C’est à l’instant T, mais ça prend en compte l’élévation future du niveau de la mer et les documents des PPRL se basent eux-mêmes sur des études réalisées par des bureaux d’études. Nous (à l’Ulco, ndlr), on fait des études qui se recoupent, mais qui n’arrivent pas nécessairement aux mêmes conclusions. Dans un projet de recherche (projet Cosaco : quel littoral dans 50 ans ?), on a essayé de voir comment peut être le littoral dans 50 ans dans deux secteurs, soit en 2065.

Par exemple, à Wissant où on a un recul de trait de côte très important depuis des années, il y a tout un lotissement menacé. Là, c’est plus un risque d’érosion que de submersion. On a montré qu’il y avait tout une zone qui pouvait subir un aléa de submersion marine dans le secteur de ce lotissement, ce qui correspond à peu de chose près à ce qu’on va retrouver dans les documents du PPRL, sauf que la différence entre le document des services de l’État et notre étude, c’est que le PPRL ne prend pas en compte l’érosion.

Reportage France Bleu Nord – février 2024

Il projette ce que pourrait être la zone submergée, en 2100 par exemple lors d’une tempête, mais avec un littoral dont la configuration ne change pas. Alors que nous, on a intégré les reculs récents du trait de côte et, en 2065, la zone serait très proche de celle du plan de prévention des risques, sauf qu’on avait un trait de côte qui était totalement différent, bien en retrait du trait de côte actuel, avec des zones de franchissement qui ne sont pas les mêmes. C’est une autre approche.

D’un autre côté, sur un autre site du côté d’Oye-Plage, dans le PPRL, on va créer une brèche même si c’est peu probable… Ça peut se comprendre de prendre le pire scenario car il s’agit de sécurité publique, mais je trouve ça un peu curieux, car on peut quand même faire des projections d’évolution du trait de côte dans le futur, en se basant sur les rythmes passés.

Les chiffres de l’étude de l’Insee

L’Insee (institut national de la statistique et des études économiques) s’est intéressé au risque de submersion marine dans une étude publiée le 30 janvier dernier

190 kilomètres

Le littoral des Hauts-de-France s’étend sur plus 190 kilomètres, de la Manche à la mer du Nord, et de la baie de Somme à la Côte d’Opale (carte ci-dessus).

7 PPRL

Les PPRL, plans de préventions des risques littoraux (lire ci-dessus), visent à limiter l’exposition au risque des personnes et des biens situés dans des zones inondables par la mer, mais aussi à définir des mesures de prévention. Dans les Hauts-de-France, sept territoires sont concernés par un PPRL : Dunkerque – Bray-Dunes, Gravelines – Oye-Plage, Calaisis, Marquenterre – Baie de Somme, Bas Champs – sud Baie de Somme, Boulonnais et Montreuillois.

0,6 % du territoire régional

Ces zones s’étendent sur 49 communes, trois départements (Nord, Pas-de-Calais et Somme) et couvrent 192 km2, soit 0,6 % du territoire régional. « Cette superficie, bien que relativement faible, concentre d’importants enjeux sociaux et économiques. En cas de submersion marine, l’eau menace aussi bien les populations que les infrastructures, les emplois et les surfaces agricoles », alerte l’Insee. Les différentes zones sont plus ou moins fortement impactées. Un quart de la population est soumis à un risque élevé : la baie de Somme et le littoral du Calaisis, et dans une moindre mesure le Boulonnais et le Montreuillois. Le risque est moins élevé pour les zones plus au nord, de Gravelines à Bray-Dunes.

0,4 % de la population régionale

Au total, 21 500 personnes vivent dans ces sept zones concernées par un PPRL, soit 0,4 % de la population régionale. Parmi elles, 1 700 sont particulièrement vulnérables (jeunes enfants et personnes âgées).

6 300 salariés

Sur ces territoires, 720 établissements (publics ou privés) emploient 6 300 salariés et « les plus gros employeurs doivent être préparés aux difficultés d’évacuer un personnel nombreux », prévient l’Insee. L’institut met aussi en avant les risques liés au tourisme, notamment en baie de Somme, dans le Boulonnais et le Montreuillois. L’attrait touristique de ces trois territoires renforce les enjeux en période estivale, avec une hausse de la population et des emplois. 

Anticiper avec les PPRL : les plans de prévention des risques littoraux

Le plan de prévention des risques littoraux, ou PPRL, est l’un des cas particuliers des Plans de préventions des risques naturels (PPRN). C’est un document réalisé à l’initiative du Préfet et sous son autorité, par les services de l’État, en concertation avec les communes concernées, les établissements publics de coopération intercommunale et les acteurs locaux.

Il vise à encadrer le développement urbain dans les zones les plus exposées aux risques de submersion marine. Le PPRL approuvé doit être annexé au document d’urbanisme de la commune, le PLU. Il s’impose à tous. Il interdit les constructions nouvelles dans les zones fortement exposées et les autorise sous certaines conditions en zone de risque modéré et déjà urbanisée.

Un PPRL peut également prescrire pour le bâti des mesures obligatoires et définir des recommandations pour diminuer la vulnérabilité des personnes et des biens. Le PPRL de Dunkerque et Bray-Dunes, approuvé en avril 2022, impose par exemple des adaptations pour les biens et activités existants (déjà construits) à réaliser jusqu’en 2027.

Kévin Saroul

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires