Votre météo par ville

Kombucha : Bulles d’opale veut sa bouteille biosourcée

06-10-2022

Actualité

Environnement

Nouvelle ambition pour Bulles d’Opale : la micro-brasserie de kombucha lance un appel à participation afin de produire sa bouteille biosourcée.

Anne Savignard a lancé un financement participatif. © Frédéric Briois

« Nous avons besoin de vous. pour que notre boisson pétille dans une bouteille encore plus respectueuse de la nature.  » Voilà l’appel lancé sur la plateforme de financement participatif Miimosa par Anne Savignard et Frédéric Briois, fondateurs de la jeune marque Bulles d’opale.

Depuis 2020, la microbrasserie produit du kombucha à Pernes les-Boulogne (62). Et parce qu’ici on ne se contente pas d’espérer un monde meilleur mais qu’on y œuvre, une nouvelle étape vient s’imposer dans le processus de production : la création d’une bouteille biosourcée, c’est-à-dire composée de plastique végétal et entièrement compostable industriellement. Le projet repose ici sur l’utilisation de bagasse, résineux fibreux de la canne à sucre, et sera développé par l’entreprise spécialisée Lys packaging.

DU VERRE AU VERT

« Du verre au vert », traduit cette volonté de réduire l’empreinte carbone du produit fabriqué avec une part d’ingrédients locaux. L’idée était de peser encore un peu moins sur l’environnement en optant pour une bouteille… plus légère. Quatre fois moins lourde que l’actuelle bouteille en verre, c’est un impact diminué en proportion lors du transport. Les études réalisées par la microbrasserie avancent la réduction de 27 % de gaz à effet de serre par bouteille. Et comme le flacon, réemployable, est aussi compostable industriellement avec les biodéchets (le compostable, obligatoire à l’échelle nationale en 2024), l’opération a tout bon.

Évidemment les idées ne suffisent pas, ni la volonté de les transformer en actes. Il faut donc financer cette ambition environnementale accrue, c’est là que vous intervenez sur Miimosa, plateforme de financement participatif dédié à la transition agricole et alimentaire, une cagnotte est en ligne jusqu’au 30 octobre.

Le coût global du projet, estimé à 20 500 euros, sera en partie financé par un prêt bancaire et un apport personnel. Reste plusieurs milliers d’euros à trouver, qui permettront de financer l’étude technique, d’acheter le premier moule, de réaliser les étiquettes ou d’acheter une visseuse… autant de petites bulles dans un océan d’éco-ambitions. 

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Viande. Le biltong : Le nouveau saucisson ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Découvrez le supplément élevage – Avril 2024

Numéro 360 : 12 avril 2024

3 questions à Quentin Blond,vétérinaire et président du Conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Hauts-de-France
  quentin blond, vétérinaire et président du conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Haut [...]
Lire la suite ...

Mettre en commun ses forces pour mieux fonctionner
Travailler en Coopérative d'utilisation des matériels agricoles peut favoriser le bien-être des éleveurs en leur lib [...]
Lire la suite ...

La traite, un moment clé à ne (surtout pas) négliger
La traite est un moment important de la journée, mais elle peut aussi s'avérer pénible, à la fois pour le trayeur et [...]
Lire la suite ...

Une charte pour le bien-être animal
Créée en 1999, la charte des bonnes pratiques d'élevage ne cesse de s'adapter aux demandes sociétales et réglementa [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires