Votre météo par ville

Le Parlement de la mer réaffirme son soutien à la pêche

10-11-2022

Actualité

Environnement

Lancé officiellement en février sous l’impulsion du Conseil économique, social et environnement régional, le Parlement de la mer a tenu sa première séance plénière physique lundi 7 novembre à Dunkerque. L’occasion d’un point d’étape sur ses grands chantiers.

Le port de Boulogne est le premier port de pêche français.  © Office de tourisme

Présidé par Jean-François Rapin, président de la commission des Affaires européennes au Sénat et conseiller régional, le Parlement de la mer est officiellement né le 4 février 2022. Près de trois ans après la naissance de l’idée lors d’un colloque du Ceser (Conseil économique, social et environnemental régional) sur l'”ambition littoral”.

A cette occasion, la conclusion de la présentation d’une vaste étude sur “les opportunités et les défis de la façade maritime” y était limpide. L’idée de constituer un Parlement de la mer, qui permettrait “de fédérer l’ensemble des acteurs régionaux pour favoriser une gestion concernée des enjeux majeurs” s’imposait. “Tout le monde est concerné par la mer, y compris les habitants de Maubeuge ou de Saint-Quentin“, formule Laurent Degroote. Pour le président du Ceser, “tout ce qui se passe sur le littoral constitue une activité nourricière pour l’ensemble de la région“.

“Une richesse de demain”

Quatre commissions ont été déclinées, comme autant de chantiers à mener : l’économie maritime, la transition écologique et climatique, l’activité littorale et maritime, et les ports. Chacune est présidée par un élu du territoire. Le Parlement tenait sa première plénière en physique lundi 7 novembre à Dunkerque. “Cette instance, c’est la reconnaissance par la région de sa façade littorale, on a parfois eu l’impression qu’elle oubliait un peu cet atout, or la mer est une richesse de demain, notamment dans le contexte de décarbonation que nous connaissons“, rappelle Patrice Vergriete, maire de Dunkerque, président de la communauté urbaine de Dunkerque (CUD) et président de la commission portuaire du Parlement.

Atouts économiques et touristiques vs. contraintes foncières et environnementales, “le littoral est en plein chamboulement“, formule le maire de Dunkerque. D’où l’intérêt d’une instance de concertation qui ouvre la porte au grand public via un espace où chacun est invité à publier avis, informations, alertes ou suggestions sur les enjeux de la façade maritime.

Les principaux défis identifiés par le Parlement sont la gestion des risques naturels littoraux d’érosion côtière et de submersion marine ; la valorisation du littoral dans son ensemble ; l’attractivité des places portuaires et le fonctionnement aux frontières suite à la mise en œuvre du Brexit, et l’emploi maritime régional.

Car c’est bien là l’un des sujets sensibles, avec les projets éoliens en mer : la pêche. L’activité nourricière de la mer, c’est la logistique et le transport, le commerce et les énergies. C’est aussi l’aquaculture et la pêche, la base de la richesse maritime. Or combien reste-t-il de pêcheurs à Dunkerque ? Une petite dizaine de rescapés, que la CUD a bien essayé d’accompagner, “pour le symbole“.

Une pêche pleine de défis

Alors il reste Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français et première plateforme européenne de traitement du poisson. Et là, il faudra prouver sa capacité à tenir, à résister aux effets délétères du Brexit pour les pêcheurs, amenés à aller toujours plus loin ; à tenir face aux pratiques de pêche électrique des Hollandais, qui vident littéralement les fonds marins de leurs ressources.

Il y aura encore le défi de la transition, avec l’adaptation des bateaux à la nécessaire dynamique de décarbonation. “La Région est aux côtés des pêcheurs, fileyeurs ou chalutiers“, réaffirme Jean-François Rapin, rejoint par cet espoir de Laurent Degroote : “Le plan régional d’aide à la pêche (27 millions d’euros pour 2022-2027, ndlr) devra permettre d’imaginer un nouveau développement de la pêche.” Dont acte.

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Réchauffement climatique : Une catastrophe annoncée

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires