Votre météo par ville

Phytos : la Fondation Hulot monte au créneau

11-02-2021

Actualité

C’est tout frais

Dans une conférence de presse, le 8 février 2021, la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’Homme s’en est ouvertement pris à l’État et aux entreprises privées concernant l’utilisation des phytos.

phyto, pulvé © V. Marmuse
Dans son rapport, la FNH entend aussi porter l’effort sur le renouvellement des générations avec un objectif ambitieux : ” Viser 100 % d’installations et de transmissions en agroécologie ” d’ici 2031. © V. Marmuse

” La situation est aujourd’hui enlisée et la France, qui ambitionne de réduire l’usage des pesticides de 50 % à l’horizon 2025, a pourtant eu recours à ces produits. Leur volume a augmenté de 25 % en dix ans “, a indiqué Amandine Lebreton, directrice “Plaidoyer et Prospective” à la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’Homme (FNH).

L’étude sur laquelle elle s’appuie a été réalisée par le Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne (BASIC) et a été présentée par la FNH le 8 février.

Le ministre de l’Agriculture a vivement contesté ces chiffres. “Arrêtons de faire croire que la transition n’est pas en cours ou que l’agriculture s’y opposerait ! C’est dégradant et c’est faux”, a réagi sur Twitter Julien Denormandie, faisant état d’une baisse des volumes de ventes de pesticides de 36 % entre 2009 et 2019. Tout en dénonçant également des chiffres qui “caricaturent” la réalité, la FNSEA a prôné “de renforcer les accompagnements publics à la transition agroécologique de tous les agriculteurs” ainsi qu’une “meilleure valorisation par les prix des bonnes pratiques”.

Fort de presque 150 pages, ce rapport constate que sur les 23,2 milliards que l’ensemble de la filière agricole et alimentaire perçoit chaque année de financements publics (aides directes, exonérations fiscales, dégrèvements, etc.), ” seul 1 % de ces financements a des effets avérés sur la réduction de l’utilisation des pesticides “.

L’étude de la FNH estime que l’augmentation de 55 % de consommation de ces produits en dix ans est à imputer à 9 % des exploitations françaises. De même les financements privés (emprunts, levées de fonds, …) prolongent cet effet en maintenant ” un statu quo “.

Lire aussi : Phytos : les ventes de substances actives ont chuté d’un quart en 2019

Réorientation de la PAC

En réaction à la communication de la FNH, l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) se porte en faux. “Le secteur agricole français est engagé dans une transformation profonde de ses pratiques”, considère l’organisme dans un communiqué. L’UIPP souligne que, “d’après les données de la base officielle de ventes (BNVD), les produits phytopharmaceutiques de biocontrôle représentent désormais 36 % du total des substances actives achetées par les agriculteurs”. Elle assure également “que les quantités de produits de protection des plantes conventionnels vendues ne cessent de diminuer depuis 20 ans” et que “la France se situe dans la moyenne européenne en matière de consommation de produits phytopharmaceutiques par hectare”.

Pour Caroline Faraldo, responsable agriculture et alimentation au sein de la FNH, le poids de l’échec des politiques de réduction de pesticides “est trop souvent mis sur les épaules des agriculteurs alors que la responsabilité est du côté des pouvoirs publics, mais également de l’ensemble des acteurs du secteur”.

La FNH demande en conclusion une réorientation des aides européennes, notamment “cinq fois plus de moyens” pour l’agriculture biologique, ainsi que la mise en place d’une fiscalité bonus-malus ” sur le principe pollueur-payeur”.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires