Votre météo par ville

Sécheresse : L’Yser souffre, les contrôles s’annoncent

28-07-2022

Actualité

Environnement

Les niveaux d’alerte sécheresse sont montés d’un cran vendredi 15 juillet, accompagnés de nouvelles restrictions pour limiter l’utilisation de la précieuse ressource en eau. Des opérations de contrôles sont menées, comme le long de l’Yser, qui a atteint un niveau critique.

Bassin de l’Yser © LT

À quelques pas de l’Yser, une mare sert de terrain de jeu aux chasseurs de gibier d’eau. Depuis quelques jours, un tuyau l’alimente, puisant l’eau dans la rivière dont le filet se réduit de jour en jour. « C’est un prélèvement illégal, constate Bertrand Warnez, chef du service de l’office français de la biodiversité (OFB) du Nord. Le drame est que l’on perd sur tous les tableaux puisque la grande surface de la mare favorise l’évaporation de l’eau. » La pompe aspire chaque heure 5 m3 depuis plusieurs jours. Or, depuis le 15 juillet, le bassin de l’Yser est placé en alerte renforcée, ce qui interdit ce genre de pratique.

En déplacement à Bambecque (59) mardi 26 juillet, Hervé Tourmente, sous-préfet de l’arrondissement de Dunkerque, constate les bas niveaux du cours d’eau. Le filet d’eau s’écoule à 15 litres par seconde, contre 80 habituellement. « Nous sommes inquiets pour la ressource en eau et le milieu aquatique », alerte-t-il. L’enjeu en période de crise est de maintenir l’eau potable.

L’écoulement de l’Yser est encore visible mais sans davantage de pluviométrie dans les dix jours, une rupture est à craindre. « On n’a jamais vu aussi peu d’eau à cet endroit à cette époque, alarme Bertrand Warnez. On a un niveau exceptionnel et très précoce de fragilité du cours d’eau et du manque de débit. »

Bertrand Warnez, chef de service départemental de l’Office français de la biodiversité, constate un niveau exceptionnel et précoce de fragilité de l’Yser. © L. T.

Sensibiliser avant de verbaliser

Dans un premier temps, des contrôles sont effectués dans un but pédagogique. « Nous sommes dans une phase d’information et de sensibilisation, remarque Bertrand Warnez. Ces contrôles ont vocation à préserver la biodiversité et la ressource en eau. L’usage de l’eau doit être raisonné et raisonnable. »

Dès ce week-end, les agents habilités à effectuer des contrôles verbaliseront. « La sanction sera une contravention de cinquième classe, passible de 1 500 € d’amende, assortie d’une confiscation des moyens mis en place pour prélever l’eau », détaille-t-il.

Le niveau d’alerte renforcée, déclenché le 15 juillet, induit des restrictions pour les usages de l’eau pour tous les acteurs. Arrosage des pelouses, des espaces verts ou des terrains de sport sont interdits de 8 h à 20 h, remplissage des piscines privées et des plans d’eau ainsi que le lavage des voitures en dehors des centres spécialisés sont interdits. Pour les agriculteurs, l’irrigation des cultures est interdite les mardi, jeudi, samedi et dimanche, de 10 h à 19 h. Quant aux plans d’eau – on en compte 17 000 dans le département du Nord – on ne peut les remplir au-delà de 30 %, « ce qui est déjà une certaine souplesse », souligne Antoine Lebel, directeur départemental de la direction des territoires et de la mer du Nord.

En 2019 et 2020, années de sécheresse également, une vingtaine d’agents sur le terrain au quotidien ont ainsi effectué près de 200 contrôles annuels.

Les agriculteurs respectueux

Pour l’OFB, un équilibre est à trouver entre les différents intérêts et usages et ce que la rivière peut supporter. « Là, tout ce qui vit dans la rivière est en souffrance », reprend Bertrand Warnez. S’ajoutent une réduction des habitats disponibles et le manque de dilution de la pollution.

« Globalement, les agriculteurs sont respectueux des arrêtés sécheresse, reconnaît Bertrand Warnez. C’est un milieu très organisé, associé en amont à l’information de l’administration. Les irrigants ont pris les réflexes naturels de s’adresser à l’administration pour demander les autorisations. »

Pour Antoine Lebel, une réflexion sur la définition des usages et des cultures prioritaires est toutefois à engager dans les deux ans avec le monde agricole. « On a un niveau de connaissance insuffisant de ce qui est prélevé, explique-t-il. Il y a une hausse d’usage de l’irrigation dans le Nord, notamment pour la culture de la pomme de terre avec plus de 30 % de surfaces supplémentaires. Il ne faut pas oublier les légumes, qui sont aussi une production historiquement régionale. Les pratiques agricoles devront être encadrées pour être équilibrées. »

La situation hydrologique devrait s’aggraver dans les prochaines semaines puisque les modèles météo n’annoncent pas de pluie pour ces 15 prochains jours sur les Hauts-de-France, prévient Agate météo. Depuis le 1er janvier, tous les postes météorologiques – dont Dunkerque – connaissent un déficit pluviométrique parfois supérieur à 40 % par rapport à la normale. 

Louise Tesse

Lire aussi : Nord-Pas de Calais : Alerte à la sécheresse sur les cours d’eau

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires