Votre météo par ville

Étude : C’est quoi être un jeune en ruralité ?

20-12-2023

Actualité

C’est tout frais

C’est quoi être un jeune en ruralité ? C’est pour répondre à cette question de la MSA du Nord-Pas de Calais, que le cabinet d’études Exaeco a réalisé une étude pour comprendre ce qu’est la réalité d’un jeune en milieu rural pour adapter l’offre d’actions sociales et sanitaires sur les territoires.

C'est quoi être un jeune en ruralité ? - L'étude en chiffres clés
C’est quoi être un jeune en ruralité ? – L’étude en chiffres clés © TeT

Mardi 5 décembre 2023, le cabinet d’études Exaeco restituait les résultats de la première phase d’une étude sur les jeunes en milieu rural. Objectif, répondre à cette question : c’est quoi être un jeune en ruralité ?

Commandé par la MSA du Nord-Pas de Calais, ce travail avait pour objectif de « mieux comprendre les enjeux quotidiens des jeunes et adapter / enrichir l’offre sanitaire et sociale de la MSA et de l’ensemble des acteurs engagés dans l’accompagnement des jeunes et l’animation des territoires ruraux », explique la MSA. Pour cela, le cabinet Exaeco a réalisé dans dix communautés de communes (CC) du Nord-Pas de Calais, des entretiens individuels d’une heure à une heure et demie, avec une cinquantaine de jeunes, âgés de 14 à 25 ans.

Ont été retenues les CC des Hauts de Flandre, du Pays de Lumbres, de Desvres-Samer, du Haut-Pays du Montreuillois, des 7 vallées, du Ternois, des Campagnes de l’Artois, du Sud-Artois, du Pays de Mormal et du Cœur de l’Avesnois. En parallèle, quatre ateliers thématiques (trois avec les jeunes, un avec les professionnels de l’accompagnement) ont été réalisés. Résultat : des profils, des trajectoires et des phénomènes se dessinent.

La soupape de décompression

Ce que constate rapidement Exaeco, c’est qu’une fois entrés au collège, les jeunes ruraux ne pratiquent quasiment plus d’activité extrascolaire. « Le fait est que, généralement, le transport pour aller au collège leur prend beaucoup de temps. Ensuite, les activités extrascolaires pour leur âge sont trop loin de chez eux », explique Adrien Dupret, chef de projet pour Exaeco, en charge de cette étude. C’est un peu un cercle vicieux : moins de collégiens pratiquent une activité extrascolaire, donc la diversité de propositions pour eux s’amoindrit. “Je pratiquais la danse quand j’étais plus jeune. Je ne peux plus aujourd’hui car ils n’en font plus“, témoigne ainsi Margot, 17 ans.

« Ce qu’on constate c’est que par conséquent, ils n’ont plus de soupape de décompression », ajoute Thierry Cardinael, président d’Exaeco. Au-delà de la soupape, ce problème prive ces jeunes « d’une activité structurante en dehors de la famille et de l’école. Le rôle du coach, figure d’autorité, peut souvent aider dans les cas de harcèlement ». Or, sur les 50 jeunes rencontrés, 40 % ont vécu ou vivent du harcèlement scolaire. « Le sujet arrive sur la table au bout de dix minutes d’entretien, ce qui montre que c’est une part importante de leur vie », indique Adrien Dupret. « Ce harcèlement a lieu à l’école mais aussi en ligne et surtout les “poursuit” : du primaire au lycée », précise Thierry Cardinael. Conséquences : des parcours scolaires difficiles et des choix d’orientations pour s’éloigner des harceleurs, comme le départ en internat (souvent vécu comme un changement de vie).

Le scooter : symbole de liberté pour les jeunes

De fait, le quotidien est rythmé par le triptyque école-domicile-école. Aller à l’école ne se révèle pas toujours simple. Les déplacements prennent une place très importante dans le temps de ces jeunes : « Pour aller au lycée, je prenais le bus à 6 h le matin pour 1 h 30 de trajet et je rentrais à 20 h tous les soirs pendant deux ans. J’avais l’impression de ne plus vraiment vivre. Le week-end, j’étais trop fatiguée pour sortir avec les copines », raconte Virginie, 18 ans.

Écoutez aussi : L’agriculture selon eux – les étudiants agricoles se dévoilent

Deux profils se détachent passé 18 ans : ceux qui ont le permis, et ceux qui ne l’ont pas. Pour ceux qui ne l’ont pas, le scooter devient généralement l’alternative à la voiture et surtout un billet vers la liberté. Mais, « une différence se dessine clairement entre les filles et les garçons. Pour l’ensemble des garçons rencontrés, le BSR (brevet de sécurité routière nécessaire pour circuler à scooter, ndlr) et le permis sont soit en projet soit obtenu. Tandis que pour les filles, aucune n’a le BSR. Les raisons invoquées sont souvent que leurs parents trouvent cela “trop dangereux” ou bien, qu’elles n’en ont pas besoin puisqu’elles ont un compagnon qui les conduit partout. Autrement dit, elles sont dépendantes très jeunes de leur conjoint pour se déplacer », détaille Adrien Dupret.

Par ailleurs, s’ils savent qu’il existe des aides pour financer le permis, peu y ont recours, soulevant le problème récurrent du non-recours aux droits.

Gâchis de compétences

Cette mobilité compliquée et ces parcours scolaires difficiles ont des répercussions sur les études supérieures et les carrières professionnelles de ces jeunes. « Il y a un vrai gâchis de compétences. Les jeunes rencontrés choisissent leur orientation en fonction du territoire, pas de ce qui leur plaît », explique Thierry Cardinael. Antonin raconte : « Je rêvais de faire carrière dans le théâtre. Mes parents m’en ont découragé. C’était cher, loin et selon eux, il n’y avait pas de débouché. C’est un vrai regret. Finalement j’ai fait Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives, ndlr) et puis je me suis tourné vers la carrière de professeur des écoles. » Le cabinet Exaeco constate un phénomène d’immobilisme et de résignation : « On s’attendait à beaucoup de choses, mais pas à cette résignation. Quand on demandait à un jeune qui nous disait qu’il ne pouvait pas aller à Lille, quelle était la raison, on nous répondait “c’est comme ça”. »

Un profil est à détacher des autres : ceux des enfants d’agriculteurs. Très ancrés dans leur territoire et, souvent, avec un avenir professionnel déjà bien en tête, ils ne vivent pas l’éloignement pour les études, les voyages, etc. avec appréhension comme leurs autres camarades. « Lorsqu’on est ancré dans son territoire, que l’on sait d’où l’on vient et où l’on va, on n’a pas peur de partir. »

Face à cela, quelques préconisations ont été émises par le cabinet : améliorer l’accompagnement des victimes de violences et les aider dans leur reconstruction ; lutter contre la reproduction des inégalités de genre ; développer la prévention des troubles de la santé mentale ; requestionner la problématique de la mobilité ; créer de nouveaux cadres d’ouverture sur le monde ou encore sortir des contraintes pour se former selon les envies.

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires