Votre météo par ville

Inondations. La mobilisation des pouvoirs publics se poursuit

20-12-2023

Actualité

C’est tout frais

Les représentants de l’État, de la Région, des Départements du Nord et du Pas-de-Calais ainsi que les élus des communes sinistrées étaient réunis le 19 décembre à Saint-Omer. Ensemble, ils ont étudié la reconstruction des territoires abîmés par les violentes crues de novembre.

Conclusion de la réunion : après les inondations, beaucoup restent à penser et à faire. © Région Hauts-de-France

C’est un comité exceptionnel qui s’est réuni à La Station, à Saint-Omer (62), dans la matinée du 19 décembre. Présidée par le préfet du Pas-de-Calais, Jacques Billant, l’assemblée était constituée de l’ensemble des pouvoirs publics – État, Région, Département, mairies…- mobilisés sur la reconstruction suite aux inondations de début novembre.

” Il nous reste beaucoup de réponses à apporter, a annoncé François Decoster, le maire de Saint-Omer, à l’issue de la réunion. Nous avons montré que la mobilisation présente pendant le mois de novembre se poursuit avec méthode pour pouvoir donner les réponses les plus concrètes et opérationnelles possibles aux communes sinistrées. “ Sur sa propre ville, l’édile compte 7 millions d’euros de dégâts, sur du bâti mais également des routes, à l’instar des chemins du marais de Lyzel, restés très endommagés. ” C’est sur notre commune que l’eau est restée le plus longtemps : trois semaines au total “, rappelle-t-il.

101 millions d’euros de dégâts estimés

Parmi les 265 communes du Pas-de-Calais reconnues en état de catastrophe naturelle, pour les seuls bâtiments publics, les dégâts sont estimés à 51 millions d’euros. Auxquels s’ajoutent 50 millions d’euros de dégâts sur le réseau routier, d’après le conseil départemental, chargé de son entretien.

Concernant les particuliers, 14 000 dossiers ont été ouverts auprès des assurances, dont 10 000 ont nécessité la visite d’un expert. Dans 98 % des cas, l’expert est déjà passé. Pour le reste, Franck Levallois, directeur général de France Assureurs, s’engage à ce que la totalité des visites soient réalisées avant la fin du mois de décembre. Les passages des experts ont été suivis par le versement d’acomptes, d’en moyenne 2 600 euros, pour couvrir les ” frais d’urgence “, explique Franck Levallois. Cette ” mobilisation exceptionnelle “ du secteur – que le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, avait appelé à ” ne pas pinailler “, lors d’une visite à Saint-Omer fin novembre – a été permise par l’assouplissement du temps de travail des experts, le recours aux expertises en visio et la “ fluidification ” des procédures, notamment pour les sinistres les plus petits, dont les victimes ont été exemptées de visite d’expert et indemnisées directement.

Également, 150 demandes de relogement ont pour le moment été traitées. D’autres sont attendues, car nombre de sinistrés victimes des inondations étaient hébergés chez des proches dans l’attente de l’expertise. ” Maintenant que les visites ont été réalisées, il va falloir traiter du sujet du relogement dans le temps et trouver des solutions pérennes “, qui répondent aux contraintes des sinistrés, à savoir la proximité de l’école et du travail, rapporte le préfet du Pas-de-Calais. L’idée a été émise, entre autres, de ” mobile home dans le jardin “.

Des travaux au printemps

En théorie, dès la visite de l’expert, les travaux peuvent débuter. Dans les faits en revanche, l’hiver complique les choses. Sur la voie publique, ” les ouvrages restent fragilisés. Nous pouvons avoir des phénomènes de gel dans les semaines à venir, il n’est pas question d’engager les travaux “, insiste Jacques Billant. Idem en ce qui concerne les habitations privées : ” Nous n’avons pas de visuel complet sur la fragilisation de la fondation des maisons. C’est une attention qu’il faudra porter : là aussi, le gel peut avoir des conséquences… Il reste tout un travail à mener, les assureurs ont attiré l’attention sur les suivis dans le temps qu’il faudra réaliser “, poursuit le préfet du Pas-de-Calais.

Pour reconstruire : mobiliser les entreprises

Il sera donc nécessaire d’attendre le printemps pour obtenir un diagnostic précis des travaux à engager. Le risque étant que l’ensemble des reconstructions aient lieu simultanément et que la main-d’œuvre et les matériaux viennent à manquer. ” Nous l’avons déjà vécu après la tornade de Bihucourt (à l’automne 2022, ndlr), où nous avions eu des difficultés à mobiliser les entreprises de reconstruction “, témoigne Jacques Billant. Il admet que, cette fois, les entreprises du Pas-de-Calais et de la région ” ne suffiront peut-être pas “. Un travail est en cours, avec l’État, afin de mobiliser les entreprises au niveau national.

Conclusion de la réunion : beaucoup, finalement, reste à penser et à faire. “C’est un travail de longue haleine”, admet le préfet du Pas-de-Calais. Les prochains rendez-vous de ce comité exceptionnel sont d’ores et déjà fixés : ils auront lieu les 9 janvier et 25 janvier prochain, à Saint-Omer.

Marion Lecas

Lire aussi : Inondations : Quelles conséquences pour les sols et les nappes ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’agriculture ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires