Votre météo par ville

Irrigation : la gestion volumétrique, ça ne sera finalement pas pour cette année

22-02-2024

Actualité

C’est tout frais

L’association des irrigants du Nord-Pas de Calais a tenu son assemblée générale, jeudi 15 février, à Lorgies. L’occasion d’annoncer que la gestion volumétrique, qui devait remplacer la gestion horaire à partir de cette année, ne s’appliquera finalement pas tout de suite.

L'association des irrigants du Nord-Pas de Calais a tenu son assemblée générale le 15 février à Lorgies.
L’association des irrigants du Nord-Pas de Calais a tenu son assemblée générale le 15 février à Lorgies.

Les inondations qu’a connues le territoire ces dernières semaines et la crise agricole ont eu raison de l’application de la nouvelle gestion de la ressource en eau pour les irrigants du Nord-Pas de Calais.

Pour rappel, en juin 2021, un décret était venu redéfinir les modalités des arrêtés-cadres sécheresse pris par le préfet pour limiter les prélèvements d’eau dans le milieu naturel lorsque les débits des cours d’eau et le niveau des nappes phréatiques deviennent insuffisants pour assurer l’ensemble des usages. « Sans cela, les seuils de déclenchement des alertes auraient été modifiés et cela aurait permis de déclencher plus rapidement les restrictions », a rappelé Gabriel Delory, président de l’association des irrigants du Nord-Pas de Calais. La gestion volumétrique devait donc venir remplacer la gestion horaire. « Ce n’était pas notre volonté, mais c’est la solution qui nous a été proposée la moins mauvaise à nos yeux », insiste Gabriel Delory.

La nouvelle réglementation devait s’appliquer dès cette année aux irrigants des bassins de la Lys et de l’Yser, avant d’être déployée sur l’ensemble du Nord-Pas de Calais en 2025. « Mais les récents événements ont retardé son application, elle a été mise en stand-by », a annoncé Jacques Blarel, directeur adjoint de la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais.

Pour mettre en place cette nouvelle méthode, l’association des irrigants du Nord-Pas de Calais et la chambre d’agriculture s’étaient rapprochées de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire déjà soumise à cette méthode depuis plusieurs années et qui utilise un outil web dédié baptisé Irrig’eau. Des tests avaient été faits l’an passé notamment sur le bassin de la Lys.

Concrètement, en l’état actuel des choses, les irrigants devraient déclarer sur l’outil web les cultures irriguées qui génèrent un volume d’eau maximum prélevable par point de prélèvement d’ici le 31 mars. Les volumes feront l’objet d’une ventilation par quinzaine par agriculteur durant la période estivale. En cas d’arrêté sécheresse, les restrictions s’appliqueraient sur les volumes d’eau concernés. Tous les 15 jours, un relevé des compteurs doit être fait afin de suivre la consommation pour respecter ces éventuelles restrictions.

Appel aux volontaires

Si la gestion volumétrique est reportée à une date qui n’a pas encore été actée, les protagonistes veulent continuer les phases de tests : « Nous souhaitons poursuivre l’expérimentation de l’outil afin de continuer à l’améliorer et à l’adapter aux réalités du terrain », indique Aurore Vasseur, conseillère à la chambre d’agriculture.

D’autant que dans l’assemblée, les inquiétudes sur cette nouvelle méthode sont encore nombreuses : « Il faut déclarer les cultures irriguées par point de prélèvement, mais que se passe-t-il si la pompe du forage tombe en panne et qu’on doit prélever sur un autre forage ? », s’interroge l’un. « Les volumes sont-ils reportables s’ils ne sont pas utilisés ? », demande un autre. « Il ne faut pas avoir peur de l’outil, ce n’est pas un carcan, nous avons la main dessus », a tenté de rassurer le président des irrigants du Nord-Pas de Calais. 

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires