Votre météo par ville

« La lutte contre le harcèlement scolaire doit être le fait de tous »

08-11-2023

Actualité

C’est tout frais

Ancienne sénatrice du Pas-de-Calais, Sabine Van Heghe a dirigé la mission d’information sur le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement.

Sabine Van Heghe, ex-sénatrice du Pas-de-Calais, alerte sur le harcèlement scolaire © S.V.H

Depuis 2015, la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire se déroule chaque premier jeudi qui suit les vacances de la Toussaint.

Au lendemain de ce jeudi 9 novembre 2023, Sabine Van Heghe, ancienne sénatrice du Pas-de-Calais (PS), qui a mené la mission d’information sur le harcèlement à l’école et le cyberharcèlement, revient sur ce combat.

En quoi la mission d’information a-t-elle consisté ?

Elle a été déléguée par le Sénat, tous groupes politiques confondus, et a duré six mois, d’avril à octobre 2021. Nous avons auditionné l’ensemble des acteurs en lien avec le harcèlement scolaire : les parents de victimes, les professeurs, les associations, mais aussi les représentants de la justice, de la police et des réseaux sociaux. Ces six mois ont donné lieu à un rapport dans lequel nous avons dégagé 35 propositions, pragmatiques et facilement applicables, qui ne nécessitent pas de passer par la loi, mais simplement par une décision ministérielle et un processus réglementaire.

Depuis ce rapport, avez-vous constaté des progrès dans la lutte contre le harcèlement ?

Aucune de nos préconisations n’a vu le jour ! Notre rapport a pourtant été remis en main propre au ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Jean-Michel Blanquer, puis à son successeur, Pap Ndiaye.

Même les déclarations de Gabriel Attal, à la rentrée dernière, qui sont certes bienvenues, ne font jamais référence ni à notre rapport ni au programme pHARe (un plan global de prévention et de traitement des situations de harcèlement mis en place obligatoirement depuis 2021 dans les écoles et collèges et depuis 2023 dans les lycées, ndlr). On se contente de superposer des « mesurettes » les unes aux autres. Pourquoi ? À quoi notre travail a-t-il servi, alors que 20 jeunes continuent de se suicider chaque année ? Dans les établissements où tout se déroule bien, c’est toujours le fait de l’équipe pédagogique, qui s’est saisie d’elle-même du problème sur la base du volontariat. La lutte contre le harcèlement à l’école doit être le fait de tous. Elle n’est à mon sens pas suffisamment prise au sérieux. Personne ne devrait avoir peur de parler, qu’il s’agisse des enfants ou des chefs d’établissement.

L’une de nos préconisations voulait par exemple exclure le « climat social » de la grille de notation des collèges. Car il arrive que des chefs d’établissement ne disent rien par crainte que leur notation ne baisse. D’autres minimisent, évoquent des « chamailleries » ou ne voient tout simplement pas ce qui se passe. Il faut former les professeurs à la détection des signaux faibles, il faut clairement identifier des ambassadeurs, à qui les enfants pourraient se confier. Soyons clairs : je ne jette surtout pas la pierre aux enseignants, qui sont surchargés. La solution est évidemment de renforcer les effectifs, avec un personnel médico-social, du personnel chargé d’écoute. Toute la chaîne doit être impliquée.

Quelle est la situation dans le Pas-de-Calais ?

Nous avons eu des drames à déplorer, malheureusement nous ne sommes pas meilleurs qu’ailleurs. J’ai toutefois, à la fin de mon mandat, mis en place une table ronde. Elle est d’ailleurs toujours d’actualité et réunit tous les services de l’État en charge de la question : la police, la gendarmerie et l’Éducation nationale. Nous avons décidé d’un certain nombre de mesures : une lettre d’avertissement aux enfants, une convocation des parents au commissariat – ça marque ! – une expérimentation sur un accueil spécifique en service de police pour les jeunes victimes de harcèlement.

Nous tiendrons prochainement une réunion pour faire le point sur la mise en œuvre de ces mesures. Mais cela montre que localement, on peut aussi décider de prendre le problème à bras-le-corps.

À propos du cyberharcèlement, les décideurs ont-ils vraiment une marge de manœuvre sur les réseaux sociaux ?

Très peu. Lorsque nous avons auditionné les responsables des réseaux sociaux, nous avons compris que tout était très compliqué. Comment vérifier, comment sanctionner ? Le respect de la vie privée sur internet impose différents obstacles.

L’Union européenne doit s’en mêler afin de contraindre les réseaux sociaux. Dans les textes, ça commence à bouger. Dans les faits, rien ne se passe. Il manque de la volonté et des moyens.

Propos Recueillis Par Marion Lecas

Lire aussi notre série “sur les bancs de l’école” : l’Institut Genech et ses transitions

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires