Votre météo par ville

Enseignement : l’Institut de Genech et ses transitions

12-10-2023

Actualité

#Tracetonsillon

À bientôt 130 ans, l’Institut de Genech veut se tourner résolument vers l’avenir. En conjuguant les transitions au pluriel, l’établissement privé ancré dans la Pévèle entend préparer les jeunes à vivre et s’épanouir dans le XXIe siècle.

Né à la fin du XIXe siècle, l’Institut de Genech fêtera ses 130 ans en 2024. © L. T.

Rue de la Libération, à Genech, l’Institut – comme on l’appelle – se dresse fièrement le long de la route. L’ancienne ferme côtoie l’internat, puis se suivent l’administration, le restaurant scolaire et le magasin, chacun marquant une étape de la construction du groupe scolaire qui compte aujourd’hui 3 300 apprenants dont 1 000 internes, 450 collaborateurs et s’étend sur 3 sites, Lesquin, Bavay et, donc, Genech.

Restons pour le moment dans la Pévèle. Une fois les grilles franchies, d’autres bâtiments émergent, salles de classe, amphithéâtre, terrains de sport, jusqu’à la ferme équestre, la bergerie ou encore la future fromagerie. Visite guidée avec Pascal Souyris, directeur général depuis 2017.

1. Son histoire

C’est en 1894 que naît l’Institut de Genech. « À l’image de ce qui se faisait dans le Nord, c’est un notable de Bouvines qui a offert la ferme pour créer l’école, raconte Pascal Souyris. Il a fait appel à l’église pour que les prêtres se chargent de l’enseignement. » Lorsque sonne la première rentrée scolaire, six élèves répondent à l’appel.

Les années 1960 marquent l’accélération du développement de l’établissement. « Pendant 30 ans, une classe s’ouvre chaque année », rapporte le directeur.

2. Ses infrastructures

Outre les salles de classe, bâtiments dédiés à l’administration, restaurant scolaire et internat, le site de Genech compte aussi une ferme équestre, une bergerie, des espaces verts, un laboratoire in vitro, un verger, une exploitation maraîchère, un magasin, un parc paysager, une ferme pédagogique et, bientôt, une fromagerie. Une quarantaine de personnes travaillent sur l’exploitation-école et les ateliers de production.

3. Sa philosophie

« La société a changé, les attentes sont fortes aujourd’hui, annonce d’emblée Pascal Souyris. Le monde agricole doit nourrir les hommes et les femmes du pays et contribue au respect de la biodiversité, au stockage du carbone… »

L’établissement veut ainsi s’inscrire dans les transitions que vit l’humanité et a réécrit son projet dans ce sens. « Ce sont les jeunes qui feront le monde de demain, à nous de leur offrir une ouverture au sens large pour y vivre de façon heureuse. » D’autant que la pandémie a accentué la fragilité perçue chez les jeunes et l’équipe pédagogique veut « donner les armes pour affronter demain. »

L’école se veut aussi celle de toutes les agricultures, raisonnée, biologique, permacole ou autre. « Nous sommes attentifs à cette ouverture car le rapport du Giec nous le rappelle : les solutions sont multiples », insiste le directeur.

4. Ce qui a changé en dix ans

L’Institut a donc enclenché « ses » transitions, liées les unes aux autres dans le projet de RSE (responsabilité sociétale des entreprises, ndlr) écrit par l’équipe :

  • transition éducative, pour « s’adapter à chaque jeune » et révéler ses « intelligences multiples ». Un bâtiment est sorti de terre dans ce but (voir ci-après).
  • transition de gouvernance, en misant sur l’intelligence collective et en associant équipes, apprenants, familles et monde professionnel dans ses choix, puisque, nous dit-on, « la quête de sens passe aussi par la participation aux décisions. »
  • transition énergétique, avec des bâtiments, eux aussi, intelligents. « Un bilan carbone sera fait cette année par l’Ademe et permettra d’ajuster les investissements », souligne Pascal Souyris.
  • transition digitale, en équipant chaque apprenant d’un outil pour viser l’acquisition des compétences autant que l’apprentissage de sa bonne utilisation.

5. Ses projets

Parmi les travaux en cours, un bâtiment, baptisé « Agora easy learning », est en construction, et devra permettre, par différents espaces d’apprentissage de donner plus d’autonomie aux élèves.

L’internat sera, lui, rénové, devant la hausse du nombre de pensionnaires, 10 % par an, compte le directeur. « Les internats sont pleins !, relève-t-il. Les jeunes et leurs familles ont besoin de cette solution. » D’autant que la demande d’internat de proximité aussi est forte.

Parallèlement, l’établissement veut se tourner vers l’international, la mobilité étant « l’un de [ses] axes de développement », individuelle (stage) comme collective (voyages d’études).

L’école vise également un fonctionnement bas-carbone. « Nous devons être exemplaires devant les jeunes », souligne le directeur. Des panneaux photovoltaïques permettent aujourd’hui une autonomie à hauteur de 30 %. Mais l’objectif est d’atteindre une production de 70 % de la consommation énergétique. « La transition est en cours dans le contenu de nos formations mais aussi dans nos outils », note le directeur.

Enfin, à plus court terme, la fromagerie transformera dès janvier prochain le lait produit à quelques mètres sur l’exploitation de l’école en fromages consommés sur place ou vendus en magasin. « Ce sera aussi un outil au service du territoire, complète le directeur, qui précise que les producteurs pourront venir fabriquer leurs fromages. »

Louise Tesse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires