Votre météo par ville

L’agriculture des Hauts-de-France, victime collatérale du Brexit ?

30-01-2020

Actualité

C’est tout frais

12 % des exportations agricoles et agroalimentaires des Hauts-de-France étaient destinées au marché britannique en 2018. Un chiffre qui illustre les enjeux commerciaux à venir. Ce 31 janvier 2020, l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne devient effectif.

12 % des exportations agricoles et agroalimentaires des Hauts-de-France ont été destinées au marché britannique en 2018. © Freepik

Cette fois, le train est en marche. Et sauf coup de théâtre, il ne devrait pas s’arrêter en cours de route. En effet, à partir de ce 31 janvier 2020, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne (UE). Du moins, sur le plan institutionnel. Car si les eurodéputés britanniques cessent à cette date de siéger dans les institutions de l’UE, le Royaume-Uni continuera à faire partie de l’union douanière européenne.

Et ce, pendant une période de transition de 11 mois (jusqu’au 31 décembre 2020) durant laquelle les États membres de l’UE et le Royaume-Uni négocieront des accords commerciaux. En vue d’une sortie définitive du Royaume-Uni de l’UE le 1er janvier 2021.

Quid des exportations agricoles des Hauts-de-France vers le Royaume-Uni ?

D’ici le 31 décembre 2020, nul doute que les agriculteurs français observeront ces tractations d’un œil plus qu’attentif. En 2017, la France était le deuxième pays fournisseur du Royaume-Uni pour les exportations agricoles et agroalimentaires.

Et la région des Hauts-de-France n’est pas en reste. Selon les chiffres de la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais, elle est la région française la plus exportatrice en direction du Royaume-Uni avec 986 millions d’euros d’exportations en 2018. Soit 12 % des exportations agricoles et agroalimentaires des Hauts-de-France destinées au marché britannique.

L’excédant commercial affiche cette même année 470 millions d’euros.

Parmi les produits les plus exportés par la région, le sucre occupe la première place. Il représente même 15 % des exportations régionales vers le Royaume-Uni.

C’est donc une relation commerciale forte qui unit à l’heure actuelle les Hauts-de-France et le Royaume-Uni. Reste à voir si elle se poursuivra avec la même intensité après le « real Brexit ».

Simon Henry

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Diaporama : des ananas transitent de l’Equateur à Dunkerque
Le 3 août 2020 au matin, 400 tonnes d’ananas ont débarqués à Dunkerque avant d’être acheminés vers les [...]
Lire la suite ...

Bonduelle sauve la mise malgré la crise
Le groupe Bonduelle affiche une progression de son chiffre d’affaires 2019-2020 de 2,8 % à 2,85 millions d’ [...]
Lire la suite ...

124 communes reconnues en état de calamité pour excès d’eau : la liste
Les exploitations du Boulonnais et du Calaisis, dont les parcelles ont reçu des trombes d'eau à l'automne, peuvent pr [...]
Lire la suite ...

Exploitants et salariés : votre avis compte
La FRSEA Hauts-de-France, en partenariat avec les FDSEA 59 et 62, lance une vaste enquête sur les conditions de travail [...]
Lire la suite ...

Juillet 2020 « au premier rang des mois de juillet les plus secs »
« Juillet 2020 sera probablement au premier rang des mois de juillet les plus secs ». C’est ce que prévoit M [...]
Lire la suite ...

Importations : des ananas de l’Equateur à Dunkerque en ligne directe
Après plusieurs mois d'échanges entre la société internationale d'importation (Siim), Dunkerque-Port et l'armement [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires