Votre météo par ville

L’agriculture des Hauts-de-France, victime collatérale du Brexit ?

30-01-2020

Actualité

C’est tout frais

12 % des exportations agricoles et agroalimentaires des Hauts-de-France étaient destinées au marché britannique en 2018. Un chiffre qui illustre les enjeux commerciaux à venir. Ce 31 janvier 2020, l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne devient effectif.

12 % des exportations agricoles et agroalimentaires des Hauts-de-France ont été destinées au marché britannique en 2018. © Freepik

Cette fois, le train est en marche. Et sauf coup de théâtre, il ne devrait pas s’arrêter en cours de route. En effet, à partir de ce 31 janvier 2020, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne (UE). Du moins, sur le plan institutionnel. Car si les eurodéputés britanniques cessent à cette date de siéger dans les institutions de l’UE, le Royaume-Uni continuera à faire partie de l’union douanière européenne.

Et ce, pendant une période de transition de 11 mois (jusqu’au 31 décembre 2020) durant laquelle les États membres de l’UE et le Royaume-Uni négocieront des accords commerciaux. En vue d’une sortie définitive du Royaume-Uni de l’UE le 1er janvier 2021.

Quid des exportations agricoles des Hauts-de-France vers le Royaume-Uni ?

D’ici le 31 décembre 2020, nul doute que les agriculteurs français observeront ces tractations d’un œil plus qu’attentif. En 2017, la France était le deuxième pays fournisseur du Royaume-Uni pour les exportations agricoles et agroalimentaires.

Et la région des Hauts-de-France n’est pas en reste. Selon les chiffres de la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais, elle est la région française la plus exportatrice en direction du Royaume-Uni avec 986 millions d’euros d’exportations en 2018. Soit 12 % des exportations agricoles et agroalimentaires des Hauts-de-France destinées au marché britannique.

L’excédant commercial affiche cette même année 470 millions d’euros.

Parmi les produits les plus exportés par la région, le sucre occupe la première place. Il représente même 15 % des exportations régionales vers le Royaume-Uni.

C’est donc une relation commerciale forte qui unit à l’heure actuelle les Hauts-de-France et le Royaume-Uni. Reste à voir si elle se poursuivra avec la même intensité après le « real Brexit ».

Simon Henry

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
MSA : Vers un rapprochement avec le régime général ?
Dans un rapport rendu public le 26 mai, la Cour des comptes invite la Mutualité sociale agricole (MSA) à "prendre des [...]
Lire la suite ...

Crise sanitaire : les propositions des députés pour l’agriculture « d’après »
Six groupes de travail transpartisans avaient été constitués au début de la crise sanitaire par les députés de la [...]
Lire la suite ...

Covid et biodiversité : les nouvelles recommandations du Sénat
La commission du développement durable du Sénat a publié, le 26 mai 2020, huit recommandations relatives à la crise [...]
Lire la suite ...

« Nous sommes très inquiets pour l’avenir de la betterave européenne »
Difficulté à lutter contre les pucerons sans néonicotinoïdes,cours du sucre en baisse, prix payé qui n'apporte p [...]
Lire la suite ...

Enseignement agricole : la reprise en juin, un galop d’essai pour septembre
Les établissements de l'enseignement agricole régionaux marchent sur des œufs. Reprendront, reprendront pas le 2 jui [...]
Lire la suite ...

« Découvrir comment éviter l’adaptation d’un virus à l’être humain »
Jean-Luc Angot, chef du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire au ministère de l'Agriculture, revien [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires