Votre météo par ville

« Les difficultés ne sont pas les mêmes à 20 ans ou 50 »

12-06-2020

Actualité

C’est tout frais

Les Jeunes agriculteurs du Nord-Pas de Calais réagissent au projet d’avis présenté au Cese le 9 juin concernant la transmission des exploitations.

Fabien Housez, président des JA Nord-Pas de Calais. © DR

Après le vote du Conseil économique social et environnemental du projet d’avis intitulé Entre transmettre et s’installer, l’avenir de l’agriculture !, le rapporteur Bertrand Coly, liste 18 préconisations pour dynamiser la transmission des exploitations. Les Jeunes agriculteurs du Nord-Pas de Calais, par la voix de son président Fabien Housez réagissent.

« De manière générale, nous sommes satisfaits de l’avis du Cese. Lors d’une transmission d’une exploitation, il nous semble important d’impliquer le cédant. Nous essayons de tout mettre en œuvre pour que cela aille dans ce sens. Au niveau régional, nous avons essayé de mettre en avant la transmission grâce au « point accueil installation transmission », où les cédants peuvent être accompagnés pour réussir leur cessation d’activité. Ils ont accès à des réunions d’information ou peuvent s’inscrire sur le répertoire départemental d’installation.

Nous nous accordons à augmenter l’âge requis pour accéder aux dotations jeunes agriculteurs mais nous émettons des réserves. Les difficultés ne sont pas les mêmes lorsqu’on a 20 ou 50 ans. La situation est bien différente lorsqu’on commence dans la vie par reprendre une exploitation ou quand on se convertit à l’agriculture à 50 ans. Bien sûr, il est important que les reconversions perdurent et qu’elles soient aidées, mais peut-être avec un autre mécanisme ? Ou avec un autre statut ?

Concernant le droit à l’essai, nous allons dans le même sens que l’avis : il faut favoriser les tests grandeur nature. Le preneur doit avoir un ordre d’idée sur les conséquences de son futur projet que ce soit d’ordre économique, de la charge de travail ou de l’entente avec ses associés potentiels. La proposition de présenter les projets en commission départementale d’orientation de l’agriculture me semble cohérente. Pour certains projets, il serait plus facile d’évaluer le projet en présence du porteur. Dans le Nord, nous avons déjà fait cette demande.« 

Propos recueillis par Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Zones humides : attention fragiles !
La journée mondiale des zones humides a lieu le 2 février, date de la signature à Ramsar (Iran) de la convention qui [...]
Lire la suite ...

Éthanol : la consommation d’E85 en forte hausse en 2021 
La consommation d'E85 (éthanol à 85% dans l'essence) a grimpé de 33% en 2021, atteignant 468 000 m3, contre 351 800 m [...]
Lire la suite ...

Lait : pas de baisse de prix chez Sodiaal, rectifie Damien Lacombe 
"Notre différent avec la FNPL porte uniquement sur un indicateur faisant référence au prix FranceAgriMer", a réagi l [...]
Lire la suite ...

CBD : le Conseil d’État suspend l’interdiction de la vente de fleur brute 
Par une décision en référé rendue publique le 24 janvier, le Conseil d'État a suspendu, à titre provisoire, l'arr [...]
Lire la suite ...

Aider les agriculteurs à développer leurs savons locaux
Depuis quatre ans, Bérénice Lemaitre produit des savons artisanaux à partir de différents laits : jument, vache, c [...]
Lire la suite ...

Nord : Le département mise sur la nature
Abbaye de Vaucelles, terril des Argales ou marais d’Aymeries… Une vingtaine d’espaces naturels sont class [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires