Votre météo par ville

Les entreprises de teillages de lin toujours à l’arrêt 

08-04-2020

Actualité

C’est tout frais

Les entreprises de teillage de lin du Nord et du Pas-de-Calais ont progressivement suspendu leurs activités en raison des mesures liées au Covid-19. Début avril, aucune d’entre elles n’avaient repris la production.

Les teilleurs n’envisageraient pas de reprendre leurs activités à très court terme. © DR

Des entreprises totalement vides… Dès le début du confinement, les 22 teilleurs de lin français ont stoppé leurs chaînes de transformation afin de préserver la santé de leurs salariés face à l’épidémie de coronavirus.

La première semaine d’avril, dans les départements liniers – Seine-Maritime, Eure, Calvados, Somme, Oise, Aisne, Nord, Pas-de-Calais, Seine-et-Marne – aucun teillage n’avait repris ses activités.

Le Cipalin, comité interprofessionnel de la production agricole de lin, annonce même dans son dernier communiqué que les teilleurs n’envisagent pas de reprendre leurs activités à très court terme. « Dans le contexte de crise sanitaire actuel, il est très important que nos usines de teillage restent à l’arrêt durant toute la période de confinement », souligne Marc Depestele, dirigeant du teillage du même nom.

Le retard de production touche les semis

Les stocks constitués au niveau national sont de 20 500 tonnes de fibres teillées au 1er mars 2020, soit 1,5 mois de production, souligne le Cipalin. Le retard pris depuis l’arrêt des teillages a inévitablement des conséquences sur le secteur agricole.

Pour 2020, une nouvelle hausse de plus de 15 % des surfaces emblavées par rapport à 2019 est pressentie, soit plus de 135 000 ha en France. Alors que la période de semis bat son plein, « seuls quelques ajustements peuvent être encore réalisés pour limiter cette forte croissance des emblavements » et ce report de stock de paille, note le Cipalin. 

« Les liniculteurs peuvent notamment réduire les surfaces emblavées en laissant les fourrières nues de lin et les semer avec un autre couvert végétal (trèfle, moutarde…). Impérativement semées, ces fourrières pourraient alors être classées en SIE (surfaces d’intérêt écologique) et éligibles aux primes PAC, sous certaines conditions. »

Filateurs immobilisés

À l’aval, l’économie mondialisée de la filière lin se trouve fortement touchée par la crise mondiale du coronavirus. Les filateurs, principaux clients des teilleurs, se trouvent en difficulté.

Si les filateurs chinois ont repris une activité partielle, « les filateurs indiens sont à l’arrêt à la suite des mesures de confinement décrétées par les autorités et entrées en vigueur en date du 25 mars ».

En Europe, les filatures polonaises, lituaniennes et italiennes sont soit à l’arrêt soit en activité réduite. « La filière du lin a traversé de nombreuses crises. Celle-ci, même si elle est inédite, nous mettra à l’épreuve mais nous la traverserons, grâce à notre résilience et aussi grâce à nos salariés, assure Pierre D’Arras, directeur du teillage Van Robaeys frères. Nous mettrons tout en oeuvre pour pérenniser les emplois et assurer le savoir-faire, lors de la reprise de l’activité. »

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires