Votre météo par ville

Matignon vise l’équité des territoires

22-06-2023

Actualité

C’est tout frais

Lors d’un déplacement dans la Vienne jeudi 15 juin, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé un plan France Ruralités 2023-2027. L’enjeu ? Lutter contre les fractures territoriales dans un contexte de transitions.

À travers ce plan France Ruralités 2023-2027, la Première ministre souhaite « permettre à la ruralité d’exprimer son potentiel ». © D. R.

Selon l’Insee, la ruralité se définit comme l’ensemble des communes peu ou très peu denses. Elle englobe 88 % des communes nationales pour l’équivalent d’un tiers de la population, soit 22 millions de Françaises et de Français qui vivent actuellement dans les territoires ruraux. Ces territoires sont multiples, dans leurs enjeux et leur capacité à faire face aux grandes transitions, économique, numérique et écologique.

« En lançant France Ruralités, nos ambitions sont claires, annonçait Élisabeth Borne en déplacement dans la Vienne le 15 juin dernier, répondre aux attentes légitimes de nos concitoyens en milieu rural et permettre à la ruralité d’exprimer son potentiel pour relever les défis à venir. » La Première ministre a détaillé un plan en quatre axes courant jusqu’à la fin du mandat présidentiel et visant à mettre en place des solutions adaptées et différenciées, répondant aux spécificités de chaque territoire.

Boîte à outils et tirelire

« Aujourd’hui, sur fond de sentiment d’abandon ou de relégation dans nos ruralités, nous avons besoin d’un plan ambitieux et lisible pour nos territoires ruraux au service des habitants, renchérissait Dominique Faure, ministre déléguée chargée des collectivités territoriales et de la ruralité. Nous devons proposer aux communes rurales une boîte à outils et des moyens adaptés à leur diversité, tous les territoires n’ont pas la même trajectoire mais tous doivent être accompagnés par l’État. »

Le plan veut apporter des solutions en matière de logement, de mobilités ou encore de sécurité. 

Parmi les quatre axes définis dans le plan, un programme baptisé « Village d’avenir » sera lancé pour aider les communes rurales à mener à bien leurs projets. 100 chefs de projet « ingénierie » seront recrutés par l’État et déployés dans les préfectures avec la mission d’accompagner les maires de petits villages à passer de l’idée au projet. Les maires pourront candidater auprès de leur préfet de département, par groupe de 2 à 8 communes, « afin de constituer un groupement de petits villages, unis par un projet collectif autour de l’habitat, des transports, du patrimoine ou encore de la santé  ».

En outre, la dotation « biodiversité » pour les villages sera portée de 42 millions d’euros « à plus de 100 millions d’euros » « afin de leur permettre d’entretenir et de développer les aménités rurales ». Les ruralités contiennent en effet 90 % des surfaces protégées françaises et possèdent de nombreuses ressources, indispensables à la transition écologique (parcs naturels, forêts, étangs), lit-on dans le dossier décryptant le plan.

Par ailleurs, pour « apporter des solutions aux problèmes du quotidien des habitants des campagnes », le plan veut apporter des solutions en matière de logement, de mobilités ou encore de sécurité. Côté transports, un fonds de 90 millions d’euros sur trois ans permettra ainsi d’aider les collectivités à déployer des services de mobilité « innovants ». Face à la dégradation du bâti dans certains centres bourgs, une « prime de sortie de la vacance » sera mise en place pour remettre des biens immobiliers sur le marché de la résidence principale. Un fonds de soutien au commerce en milieu rural doit également être pérennisé avec un abondement de 60 millions d’euros sur trois ans. Concernant l’accès aux soins, le gouvernement va lancer 100 « médico-bus » dotés de spécialistes, notamment des gynécologues, dans des endroits « où il est le plus difficile d’accéder » aux soins.

Le dernier axe vise à pérenniser le dispositif des zones de revitalisation rurale (ZRR). Il doit permettre aux entreprises, collectivités, etc. en zone rurale de bénéficier d’exonérations fiscales et sociales. Il s’agit ici de « dynamiser et continuer à revitaliser les petites communes via des aides économiques afin de soutenir l’installation d’entreprises, de professionnels de santé, etc. » Pour la ministre déléguée chargée des collectivités territoriales et de la ruralité, l’enjeu est de « permettre aux territoires d’effectuer leurs transitions », pour une « véritable égalité des chances dans notre pays. » 

Qu’en pensent les maires ruraux du Nord et du Pas-de-Calais ?

Les annonces gouvernementales ont laissé les présidents des associations de maires ruraux des deux départements « sur leur faim », comme le répète Hubert Degrève côté Pas-de-Calais. « Je considère que l’État se contente de surfer sur une majorité de sujets sans creuser pour connaître les remèdes qui pourraient être apportés à beaucoup d’absences. » Sur l’ancien « agenda rural », s’il reconnaît que les maisons France services ont « permis de combler en partie l’absence et la fermeture des structures institutionnelles, peu des 178 mesures ont été réalisées. Ici, c’est exactement la même chose ! » Et de citer les écoles, grandes absentes du plan, ou encore les médico-bus qui l’interrogent : s’il y en a un par département, combien de fois passera-t-il par l’une des 890 communes du Pas-de-Calais ? « La commune rurale a besoin d’argent pour se développer », revendique l’élu qui demande « depuis des décennies une revalorisation suffisamment conséquente de la dotation globale de fonctionnement (62 € pour un rural et 124 € pour un urbain). »

Côté Nord, Jean-Gabriel Masson voit simplement dans le plan « un effet d’annonces » qui, s’il « part d’une bonne intention » demande maintenant de l’« ampleur » du « concret ». « L’important est de créer une dynamique. Nous sommes agiles pour aller vite dans nos projets mais avons besoin d’accompagnement pour aller loin. » Le représentant des maires ajoute que « la transition énergétique serait compliquée sans passer par nos campagnes. » La phase de mise en œuvre opérationnelle démarre seulement, reconnaît-il, il faudra voir comment « se saisir des opportunités » pour « rendre atteignable ces dispositifs ».

Louise Tesse Avec Afp

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires