Votre météo par ville

Mobilisation : “il y a une méconnaissance de ce que sont les agriculteurs” estime le sociologue François Purseigle

01-02-2024

Actualité

C’est tout frais

François Purseigle est sociologue spécialiste des mondes agricoles et auteur du livre “Une agriculture sans agriculteurs”. Il analyse la mobilisation des agriculteurs qui secoue le début d’année 2024.

François Purseigle, sociologue des mondes agricoles et auteur du livre Une agriculture sans agriculteurs © François Purseigle

François Purseigle est sociologue spécialiste des mondes agricoles et auteur du livre “Une agriculture sans agriculteurs en 2022 aux éditions Presses de Sciences Po. Il analyse la mobilisation actuelle des agriculteurs en ce début d’année 2024.

Comment le sociologue que vous êtes analyse les origines de cette crise ?

Je vais revenir sur des éléments qui font écho aux échanges que j’ai eus hier (lundi 29 janvier, ndlr) encore dans les Pyrénées-Atlantiques. Quand vous discutez avec les gens sur le terrain, cela faisait quand même quelques mois que sur WhatsApp, Facebook, un certain nombre d’agriculteurs échangeaient sur des difficultés liées notamment à la sécheresse, à l’incapacité à produire. On a des agriculteurs confrontés de plein fouet à la crise climatique, et c’est aussi pour ces raisons-là que le mouvement est parti du sud de la France. Une animatrice syndicale me parlait d’éleveurs qui créent de la valeur en produisant un lait transformé et valorisé. Mais là, cet été, les brebis n’ont pas fait suffisamment de lait ou alors de qualité moindre… Certains viticulteurs ont aussi vu leurs vignes brûler.

Donc c’est la crise d’une incapacité à pouvoir produire et faire. Ce qui est en jeu, et c’est en ça que c’est aussi un mouvement de petits patrons, c’est le sentiment qu’ils ne peuvent plus aujourd’hui exercer leur métier. Pour différentes raisons. Ces questions climatique et environnementale qui viennent les percuter, mais c’est aussi lié à l’incompréhension de ces voisins qui s’opposent à l’extension d’un bâtiment, à la création d’un méthaniseur… Et puis, et c’est pour moi fondamental, lié à une exigence réglementaire qui a du mal à être reçue par une exploitation familiale extrêmement fragilisée.

Lire aussi : Mobilisation des agriculteurs : « Il y a un alignement des planètes inédit »

Les agriculteurs ne sont pas contre les normes, ils produisent eux-mêmes des normes avec les cahiers de charges AOP, IGP, etc. Sauf que ces normes-là sont perçues comme créatrices de valeur. Le sens donné à la réglementation est difficile à percevoir pour eux. Ils ne comprennent plus le sens agronomique ni économique de certaines normes et ils considèrent qu’ils ne sont plus en positon de force pour les intégrer. Voilà ce qui se joue.

Comment répondre à tout ça ?

C’est malheureux, mais je pense qu’on ne pourra pas répondre à tout. Car il y a une partie des réponses qui se trouve à Bruxelles et puis comment voulez-vous répondre finalement avec un même outil, la politique agricole commune (PAC, ndlr), ou les mêmes instruments de politiques publiques, à des situations et des réalités très éclatées ? Il y a un certain nombre de revendications qui trouveront des réponses dans des politiques sociales, un certain nombre dans des politiques territorialisées et d’autres dans des politiques économiques. D’autre part, à toutes ces revendications, on ne va pas y répondre uniquement avec des outils et des instruments politiques. On va y répondre aussi avec des changements de pratiques, et c’est pour ça que c’est difficile de trouver un bouc émissaire. Quand je vous dis qu’il y a un sentiment d’incapacité à faire chez certains agriculteurs, c’est lié aussi au regard que portent certaines populations rurales sur leurs projets.

Justement, vous parlez d’une méconnaissance de l’opinion publique envers les agriculteurs. Dans quel sens ?

Il n’y a pas un désamour, mais il y a une méconnaissance de ce que sont les agriculteurs. On méconnaît les chefs d’entreprise qu’ils sont. On méconnaît finalement la diversité des projets entrepreneuriaux qu’ils portent. Et on les assigne à des fonctions et à des images qui ne leur correspondent pas. Dans ce ras-le-bol, il n’y a pas un désamour, mais le fait qu’ils ne sentent pas compris en qualité de chef d’entreprise. Et ça, c’est partagé aussi par les membres de la Confédération paysanne et de la Coordination rurale.

Quelle est la part de la transition écologique dans l’origine de ce mouvement ?

Si ça part d’Occitanie, c’est quand même intéressant sociologiquement. L’Occitanie est l’une des premières régions bios de France. L’une des premières régions de circuits courts et où on a des agriculteurs qui ont joué la carte de la transition. La Confédération paysanne appelle aujourd’hui à un changement de modèle et explique que le modèle productiviste et libéral a conduit à la situation actuelle. Mais dans certains cas, ce sont des agriculteurs qui ont transité qui sont aussi dans la rue. Pourquoi ? Parce que finalement, ils estiment le prix n’est pas acceptable pour les efforts qu’ils font sur le plan de la transition, notamment en matière d’agriculture biologique ou de circuits courts.

Les revendications sont très variées, comment l’analysez-vous ?

Vous ne pouvez avoir que des revendications diverses car vous avez un monde agricole très éclaté. Vous avez derrière un agriculteur un chef d’entreprise industriel, parfois un commerçant ou un artisan, parfois un père de famille. Donc c’est logique qu’on ait un éclatement des revendications. Mais la question qu’il faut se poser avec l’étendue de ces revendications, c’est aussi : est-ce qu’on ne demande pas beaucoup à l’agriculture ? Est-ce qu’on ne demande pas beaucoup à un secteur qui est intrinsèquement fragilisé ? Posons-nous ces questions-là.

Cette mobilisation peut-elle être un tournant ?

Je n’en sais rien. Mais malgré tout, elle est inédite parce que protéiforme, parce qu’elle est mutli-localisée et parce qu’elle transcende les filières.

Lire aussi notre dossier :  toute l’actualité concernant les mobilisations des agriculteurs

Propos Recueillis Par Kévin Saroul

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires