Votre météo par ville

Petits pois : record à la baisse pour la récolte 2020

06-08-2020

Actualité

Organisations agricoles

La sècheresse et les problèmes sanitaire entraînent une des plus mauvaises récoltes de petits pois depuis 30 ans en France.

Terres et territoires - petits pois récolte
Le rendement moyen global est inférieur de 10 % par rapport au prévisionnel convenu entre industriels et organisations de producteurs. © V. Marmuse

Les petits pois ont fait figure de valeur rassurante pour les Français pendant le confinement. Ils sont nombreux à les avoir plébiscité pendant cette période.

Pourtant, la filière fait grise mine alors que la récolte touche à sa fin dans toutes les régions de production. “C’est une des plus mauvaises récoltes depuis 30 ans en France”, constate Luc Desbuquois, agriculteur dans le Nord et président du Cénaldi, association nationale des organisations de producteurs (AOP) de légumes pour l’industrie.

Sur les 29 000 ha semés, dont les deux tiers sont situés dans les Hauts-de-France et dans le centre de la France, le déficit en volume atteint les 30 000 tonnes sur les 170 000 tonnes produites en moyenne habituellement. 

Rendement de référence en baisse

Le début de campagne a été catastrophique. Au premier tiers de la récolte, fin juin, le rendement moyen était inférieur de 30 % par rapport au prévisionnel. Près de 1 000 ha (3 % des surfaces emblavées) ont été abandonnés pour aléas climatiques ou sanitaires.

Même si les rendements se sont améliorés, le rendement moyen global reste inférieur de 10 % par rapport au prévisionnel convenu entre industriels et organisations de producteurs.

Lire aussi : Lin : la récolte des semences bat son plein

Le rendement prévisionnel, ou de référence, s’établit à partir de la moyenne des cinq dernières années. Il s’établit à environ 70 q/ha dans les Hauts-de-France. Il n’a cessé de diminuer depuis 2016, pour tenir compte de la succession des campagnes déficitaires. “Pour obtenir un volume de production identique, les industriels doivent donc emblavés plus de surfaces”, précise Luc Desbuquois.

Climat défavorable

Excès d’eau et sècheresse, vents desséchants et orages de grêle, écarts de températures… Rien n’a été épargné à la culture du petit pois, légume tendre et fragile, cultivé en plein champ. Il supporte mal les conditions climatiques toujours plus imprévisibles et extrêmes”, indique le Cénaldi dans un communiqué.

À ces aléas, s’ajoute le manque de protection contre les agresseurs : maladies racinaires et pucerons transmettant les viroses se sont multipliés. “Dans certains secteurs, nous n’avons pas réussi à maîtriser les attaques de pucerons, se désole Luc Desbuquois. Les conséquences sur les plantes à cycle court comme les pois sont encore plus importantes qu’en betterave”.

La situation est identique dans tous les bassins de production européens.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires