Votre météo par ville

Sophie Merlier, engagée par nature

23-05-2024

Actualité

C’est tout frais

À 54 ans, Sophie Merlier multiplie les engagements : agricultrice, patronne, élue, présidente. Naturel pour cette fille d’engagée.

sophie merlier © Région HDF

« Je ne me suis jamais posé la question. » Et quand on se charge de le faire, Sophie Merlier ignore comment elle aurait pu faire autrement que de s’engager. L’engagement, elle est tombée dedans toute petite comme Obélix dans la marmite de potion magique.

Née de parents agriculteurs en grandes cultures, qui déploient une toute petite activité de travaux agricoles, très localement et surtout histoire de rentabiliser les machines : c’était en 1972, à Bapaume, avant de grandir dans la ferme à Grévillers. Née d’une mère, surtout, qui sera « toute sa vie engagée au sein de Gaec et sociétés, association affiliée à la FNSEA ayant pour mission de promouvoir l’agriculture de groupe. Elle s’est battue toute sa vie », formule l’héritière.

L’engagement, elle est tombée dedans toute petite comme Obélix dans la marmite de potion magique.

L’agriculture n’est pourtant pas une évidence – « même si je ne m’imaginais pas que l’exploitation puisse disparaître » – et c’est le hasard des inscriptions qui la conduisent à suivre des études agricoles plutôt que généralistes, comme elle s’y préparait mentalement. C’est encore un hasard qui lui offre son premier emploi de formatrice à l’institut agricole d’Hazebrouck en tant que responsable d’un BTS action commerciale. « Ce n’était pas mon domaine mais comme je n’avais pas d’a priori, j’y suis allée », glisse celle pour qui l’ouverture est un réflexe. Sophie Merlier est alors tout juste mariée à Damien, agriculteur à Blendecques, où ils vivent.

Cheffe d’entreprise

Quand vient le temps de reprendre l’exploitation familiale six ans plus tard, du côté de Bapaume, la question de poursuivre l’activité de travaux agricoles ne se pose pas. « Damien avait bien mécanisé l’activité sur son exploitation et pouvait venir s’installer ici. J’ai repris l’exploitation de mes parents en 2001, lui a conservé la sienne et nous avons créé l’entreprise de travaux agricoles (ETA) et de transport agricole SARL Merlier-Lequette. » Une société qui emploie une cinquantaine de salariés aujourd’hui et qui intervient dans un triangle Lillers – Meaux – Abbeville en semis de précision, épandage, travaux liés aux oignons, aux betteraves.

Et une activité qui se tourne aussi de plus en plus vers la méthanisation (fauchage, ensilage) ainsi que le transport agricole. « Tout ça donne une quarantaine de moteurs sur la route chaque jour », calcule la cheffe d’entreprise, qui gère davantage le côté managérial et communication, quand son « binôme » de mari est clairement du côté des machines et de la technique. « Comme souvent dans les ETA », note celle qui dit n’avoir jamais vécu son statut de femme comme un frein. « Je trouve que les femmes peuvent globalement prendre leur place en agriculture encore faut-il qu’elles soient visibles, un autre sujet  », estime la jeune quinquagénaire.

La présidente et les permanentes du Geiq 3A (à droite, Nadège Bardé la directrice) © Geiq 3A

C’est son implication comme cheffe d’entreprise qui conduit, naturellement pense-t-elle encore, Sophie Merlier vers le Geiq 3A, (Groupement d’employeurs d’insertion et de qualification en agriculture et agroalimentaire), qui rayonne sur une partie du Nord-Pas de Calais et en bordure de Somme. « Le constat de départ était le manque de main-d’œuvre. Avec la création du groupement en 2013, nous avons pu accompagner l’insertion, parfois la reconversion par la formation. Nous avons choisi de travailler sur l’agricole et l’agroalimentaire pour leur complémentarité dans les saisons. » Un groupement d’employeurs simple a été constitué en parallèle, qui vise à pérenniser ces emplois. La présidente du Geiq 3A observe « les résultats d’un travail de fond » depuis un peu plus de dix ans et estime que « si les tensions existent toujours, elles sont moins fortes qu’alors. Un travail de fond qui profite à l’agriculture dans son ensemble ». Le Geiq 3A, c’est 66 équivalents temps plein créés en 2023. Et l’élue de formuler : « La ruralité vit de l’agriculture, qui vit aussi de la ruralité ».

« Faire du lien »

A-t-on précisé qu’avant le Geiq, c’est sur les bancs de la chambre d’agriculture que Sophie Merlier a pris l’habitude de s’asseoir, élue parce qu’identifiée par ses racines maternelles ? « Pour découvrir les sujets dans leur globalité » et pas seulement d’un point de vue fermo-centré, c’est essentiel pour celle qui fonctionne en écosystème. C’est pour ça qu’elle aime tant avoir différentes casquettes : « Pour faire du lien entre les sujets, rebondir de l’un à l’autre », exprime celle qui est aussi présidente de la caisse locale du Crédit Agricole à Bapaume et, depuis 2015, conseillère régionale dans le groupe de la majorité Les Républicains et apparentés.

« Pas militante, encartée pour l’occasion, j’ai accepté pour faire du lien encore une fois », explique Sophie Merlier, saluant au passage la parité sans laquelle « beaucoup d’hommes auraient rêvé d’être à sa place ». Une casquette de plus pour peser, à sa petite mesure – elle n’est pas vice-présidente ni même présidente d’une commission – sur les sujets liés à l’agriculture, what else, et aux lycées. « J’aurais aimé siéger dans la commission des transports, ou des PME et de la formation mais c’était pris », regrette à peine celle qui apprend doucement qu’on ne peut pas tout faire. C’est pour ça qu’elle a attendu, presque sagement, que les réunions parents-profs de ses quatre enfants soient derrière elle avant de multiplier les engagements. Sans se poser de questions. 

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires