Votre météo par ville

Les agriculteurs bio “à poil” à Paris

02-06-2021

Actualité

C’est tout frais

Une délégation d’agriculteurs bio des Hauts-de-France s’est rendue aux Invalides à Paris mercredi 2 juin 2021. Le but : manifester contre les éventuelles pertes d’aides induites par la future PAC.

manif bio invalides ©Fnab
La manifestation a pris place sur les pelouses des Invalides, mercredi 2 juin 2021. © Fnab

Des agriculteurs en sous-vêtements sur la pelouse des Invalides à Paris. C’est la façon, pour le moins estivale, qu’avaient choisi les agriculteurs bio ce mercredi 2 juin à Paris pour protester contre la réforme de la PAC, qui va entraîner selon eux en moyenne une perte de 66 % des subventions à la bio.

manif bio invalides 1
©C. Caroux

Emmenée par Bio en Hauts-de-France, une délégation d’une quarantaine d’agriculteurs et une dizaine de salariés de l’organisation ont foulé en début d’après-midi les pelouses de la capitale. “On avait espoir d’avoir 100 manifestants, explique Christophe Caroux, président de Bio en Hauts-de-France, mais vu la météo il y a du travail dans les champs… Sinon, nous aurions été plus nombreux.”

Inquiétude

manif bio invalides 2
©C. Caroux

Les producteurs sont inquiets. “C’est dangereux, décrypte Christophe Caroux. On veut notamment mettre en termes d’aides la bio au même niveau que la HVE, alors que ça n’a rien à voir. En termes de services écologiques ou d’embauche de main-d’œuvre par exemple, l’agriculture bio est plus vertueuse ! Nous portons aussi la voix des citoyens.”

Des aides aujourd’hui gérées par les régions pourraient aussi revenir dans le giron de l’État. “Comme notre région était en retard au niveau surfaces bio, nous avions des aides en plus. Nous les perdrons si elles sont gérées au niveau national. L’agriculture bio n’est pas assez développée en France pour se suffire à elle-même. Les ambitions du gouvernement en termes de surfaces bio n’ont plus lieu d’être. Si la PAC passe telle quelle, on va vers des déconversions.”

manif bio invalides 3
©C. Caroux

Le gouvernement répond

“L’objectif est bien de doubler les surfaces”, a rappelé le cabinet du ministre lors d’un point presse le 1er juin, confirmant l’objectif du gouvernement d’avoir 18 % de la surface agricole en bio utile d’ici 2027. L’enveloppe budgétée pour les aides à la conversion (340 millions d’euros (M€) par an en moyenne sur la période 2023-2027) serait même un montant jamais atteint.

Le cabinet défend aussi les modalités de “l’éco-régime”, jugées trop laxistes en matière environnementale, et assure que les exploitations bio seront automatiquement éligibles au niveau supérieur. Leur part sur l’ensemble des paiements directs n’est pas encore déterminée. Les négociations portent aujourd’hui sur un chiffre de 25 % (contre 30 % pour les anciens paiements verts).

manif bio invalides 4
©C. Caroux

Alors que le renforcement du référentiel de la HVE est à l’étude, le ministère “assume” la priorité donnée aux aides à la conversion à l’agriculture biologique sur les aides au maintien car “la demande croit plus vite que la production en France”. L’aide aux petits maraîchers, prévue dans la nouvelle PAC et dotée de 10 M€ bénéficiera à de nombreux agriculteurs bio, assurent-ils.

D’autres dispositifs continueront à soutenir le développement de l’agriculture bio : le crédit d’impôt bio de 3 500 €, reproduit en 2021, ainsi que le Fonds Avenir Bio, créé en 2008 et doté de 5 M€ supplémentaires dans le cadre du plan France relance. Les Régions ne pourront plus mettre en œuvre de mesures “surfaciques”. Elles pourront en revanche continuer à soutenir l’agriculture biologique par l’aide à l’investissement.

Lucie De Gusseme et Actuagri

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires