Votre météo par ville

Les alternatives aux pesticides de synthèses : l’enjeu clé du règlement « SUR »

04-05-2023

Actualité

C’est tout frais

Les députés européens de la commission de l’Agriculture planchent depuis plusieurs mois sur le règlement sur l’utilisation durable des pesticides (SUR). L’ambition est de réduire de moitié l’utilisation de pesticides de synthèse d’ici 2030 dans l’Union européenne. Un pari qui ne pourra être gagné sans l’avènement des produits de biocontrôle.

Union européenne europe drapeaux commission européenne © Pixabay
Les députés européens de la commission de l’Agriculture planchent depuis plusieurs mois sur le règlement sur l’utilisation durable des pesticides (SUR). © Pixabay

Réduire de moitié l’utilisation et les risques liés aux pesticides dans l’Union européenne d’ici 2030. Voilà l’ambition du fameux règlement SUR, attendu par les agriculteurs qui, pour le moment, ne savent pas trop sur quel pied danser.

Le fait est qu’ils ont des craintes : comment assurer la productivité sans pesticides ? Quelles sont les alternatives et la recherche avance-t-elle bien ? Répondra-t-on toujours à la demande sans ces produits ?

129 substances

Pour le docteur en génétique végétale Christian Huyghe, également directeur scientifique de l’agriculture à l’Inrae, « l’immobilité n’est ni une option politique, ni une option technique. Si on ne fait rien, d’ici 2050, plus aucun pesticide ne sera efficace ». En effet, selon lui, l’un des problèmes avec l’usage des pesticides dans l’Union européenne est qu’on les a longtemps considérés comme des intrants, alors que « ce sont des médicaments. Donc contrairement à des intrants, ils n’ont pas de courbe de réponse : ce n’est pas parce qu’on en met plus que c’est plus efficace. »

Voilà donc une première solution : la mise en place de pratiques agricoles adaptées. Mais au-delà des leviers techniques que les agriculteurs peuvent déjà mettre en place, il manque encore des alternatives aux pesticides de synthèses. Un problème qui sera bientôt réglé, selon Jennifer Lewis, directrice générale de l’IBMA (association des fabricants de produits de biocontrôle) depuis 2019. « Aujourd’hui, des milliers d’hectares sont sous biocontrôle, mais nous avons besoin d’une réglementation sur les pesticides pour favoriser le recours aux produits de biocontrôle. À l’horizon 2030, si les processus de réglementation de l’utilisation des pesticides de synthèses étaient accélérés, alors on aurait plus de produits de biocontrôle sur le marché. Actuellement, 129 substances pourraient constituer des alternatives : 54 sont déjà disponibles mais les autres arrivent bientôt. » Cela dit, la cinquantenaire le reconnaît, la réglementation ne suffira pas, il faudra faire tomber le « mur des oppositions et résistances ».

Changement de paradigme

Pour faire lever ce mur, « La France a lancé il y a trois ans des réflexions à propos de “cultiver et protéger autrement” en posant un objectif à 0 sur l’utilisation des pesticides, raconte Christian Huyghe. Il ressort cinq messages de ces travaux : c’est possible, il faut un changement des pratiques concerté de la production (des agriculteurs) et de la consommation (des consommateurs), il existe déjà beaucoup de leviers techniques, il ne faut donc pas attendre la recherche pour mettre en pratique ces techniques, il est nécessaire d’avoir une orientation politique forte et stable. » 

Eglantine Puel

Lire aussi : Pesticides : Où en est l’Europe ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires